Chronique 'Curiosités du passé'

Un mystérieux outil pédagogique sur Marguerite Bourgeoys

Le jeu de 60 cartes a été créé en 1931 par soeur Saint-Léonard de la Congrégation de Notre-Dame. Mais plusieurs mystères demeurent quant à son usage et son destin.
Le jeu de 60 cartes a été créé en 1931 par soeur Saint-Léonard de la Congrégation de Notre-Dame. Mais plusieurs mystères demeurent quant à son usage et son destin.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-01-11 15:23 || Québec Québec

Avec Curiosités du passé, Présence vous propose une nouvelle chronique qui vise à mettre en valeur des trouvailles et des curiosités liées à l’histoire religieuse du Québec. Au fil des mois, nous vous présenterons des objets inusités, parfois rares, qui, sous des airs anodins, ont une histoire à raconter.

La Congrégation de Notre-Dame a édité en 1931 un jeu de cartes éducatif portant sur Marguerite Bourgeoys, la fondatrice de la communauté qui a vécu de 1620 à 1700 et qui est devenue la première enseignante à Montréal. Sa fête liturgique est soulignée le 12 janvier.

Le jeu se présente dans une boîte cartonnée bleue poudre sur laquelle le nom «Marguerite Bourgeoys» est imprimé en majuscules. Au bas du couvercle de la boîte, on peut lire Congrégation de Notre-Dame de Montréal, puis, en petits caractères sur une troisième ligne, «Droits réservés, Ottawa, 1931».

La boîte mesure 11,5 cm. de longueur et 8,5 cm. de largeur.

À l’intérieur, soixante cartes, numérotées de 1 à 60, proposent une série de questions souvent très pointues sur la vie de la sainte canonisée en 1982 et sur son œuvre. Leur verso est identique et propose une citation du pape Pie X extraite du Décret sur l’héroïcité des Vertus de 1910:

«Marguerite Bourgeoys, par son courage invincible, ses nombreux voyages et ses travaux héroïques, mérita d’être comparée à l’apôtre saint Paul», y lit-on.

La citation occupe le haut du verso, tandis que le logo de la Congrégation, centré, occupe la partie du bas.

La carte #1 pose des questions sur la vie de la sainte: «Pourriez-vous donner la teneur de l’acte de baptême de la Vénérable [ndlr: à l’époque de la production de ces cartes, Marguerite Bourgeoys n’avait pas encore été béatifiée]?», «De quelle sollicitude fut entouré son jeune âge?», par exemple.

La carte #25 demande notamment les noms des premières élèves de la sainte et va même jusqu’à demander ce qu’elles sont devenues par la suite.

D’autres cartes, dont la #41, s’intéressent à l’histoire de la Congrégation et à ses diverses institutions dans la province.

On ignore cependant précisément comment était utilisé le jeu, même si les archivistes de la Congrégation de Notre-Dame croient qu’il avait une fonction pédagogique.

«Le jeu de cartes a été réalisé par soeur Saint-Léonard (Antonine Mondat), qui a été sous-maîtresse des novices de 1929 à 1931», explique Marie-Josée Morin, coordonnatrice du Service des archives de la communauté. «Elle a fait beaucoup de recherches sur l'histoire de la Congrégation et la fondatrice.»

Le jeu contient 300 questions et réponses sur la vie de Marguerite Bourgeoys. Les archives de la congrégation ont en leur possession deux exemplaires du jeu. L’équipe de Présence a pu en trouver un troisième. Les trois exemplaires sont identiques.

Sur la boîte de l'un des deux exemplaires aux archives, il est écrit que le jeu a été fait par sœur Saint-Léonard et par sœur Saint-Hégésippe (Marie-Julie Croteau). Cette dernière a travaillé au Bureau des archives dans les années 1920-40 pour récolter des renseignements afin d’écrire l’histoire de la congrégation.

«Nous pouvons croire que ces deux religieuses ont participé à l'élaboration du jeu de questions et réponses», avance l’archiviste Claire Goyette, selon qui peu de sœurs se souviennent aujourd’hui de ce jeu.

«Beaucoup d'enseignantes l'utilisaient pour poser des questions aux élèves. Il est devenu désuet avec l'apparition de nouveaux manuels scolaires», précise-t-elle.

Des mystères à éclaircir

Le jeu garde toutefois une part de mystère.

«On pense que sœur Saint-Léonard – qui a été professeure de français – enseignait aux novices. Elle a fait ça pour ses élèves, pour qu’elles puissent apprendre plus facilement la vie de Marguerite Bourgeoys. Des sœurs nous l’ont dit, mais il n’y a pas de trace écrite», ajoute Mme Goyette.

Le jeu n’aurait été édité qu’une seule fois, en 1931, et il n’y aurait pas d’exemplaire à la Bibliothèque nationale, selon l’archiviste. On ignore combien d’exemplaires ont été produits, ou si une version anglaise existe.

Claire Goyette reste également intriguée par la mention «Ottawa» sur le couvercle de la boîte. Elle rappelle qu’à l’époque, la congrégation avait sa propre imprimerie dans sa maison mère, là où se trouve actuellement le Collège Dawson. Toutefois, la mention «Ottawa» ne veut pas nécessairement dire que les jeux ont été imprimés dans la capitale canadienne.

Les archivistes de la congrégation notent que sœur Saint-Léonard a été malade dans les années 1935-36 et qu’elle était à l’infirmerie de la communauté.

«Elle avait probablement ses cartes. Et des sœurs se souviennent encore de ces cartes», supposent-elles. «Le jeu a pu avoir été passé de sœur en sœur, et il se peut que des plus jeunes l’aient vu», risque Mme Goyette.

Quant au troisième exemplaire retracé, il appartenait à la grand-mère de l’auteur de ces lignes. Elle a connu sœur Saint-Léonard lors de son passage à l’école normale dans le cadre de ses études pour devenir enseignante. Elles sont par la suite devenues amies et correspondantes, bien qu’une vingtaine d’années les séparaient.

Aujourd’hui nonagénaire, elle ne se rappelle plus comment elle avait obtenu le jeu de cartes.

Vous avez déjà vu cet objet? Vous pouvez en dire davantage sur son usage? Contactez-nous à redaction@presence-info.ca.

***Mise à jour : 14 janvier 2019, 10 h 33***

Nous avons reçu cette précision de la part du professeur Claude Auger, professeur d'histoire de l'Église au Collège universitaire dominicain à Ottawa:

«Très intéressant, l'article sur le jeu de cartes à propos de Marguerite Bourgeoys! Par rapport à la mention d'Ottawa: avant la création de la Bibliothèque nationale du Québec (1967), les droits sur les nouvelles publications canadiennes étaient enregistrés à Ottawa, à la Bibliothèque nationale du Canada ou d'autres entités gouvernementales auparavant. C'est une mention de copyright, qui n'a rien à voir avec le lieu d'impression. Une toute petite partie du mystère éclaircie...»

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.


Aucun commentaire
 

du même auteur

Le Parlement canadien, à Ottawa. Les élections fédérales auront lieu le lundi 21 octobre 2019.
2019-09-13 15:02 || Canada Canada

Élections: les évêques du Québec invitent à s'engager pour la «Maison commune»

Les nouvelles orientations en matière de rites funéraires entraient en vigueur le 1er septembre pour le diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
2019-09-13 10:47 || Québec Québec

Un diocèse met l’accent sur l’aspect «missionnaire» des rites funéraires

La journée «sport spiritualité» destinée aux jeunes de 12 ans et plus se tiendra le samedi 7 septembre. Les pariticpants découvriront une partie du territoire du diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
2019-09-05 12:17 || Québec Québec

Jeunes cyclistes à la découverte de l’héritage de foi de la région de La Pocatière

articles récents

Le prêtre français Guy Gilbert.
2019-09-06 17:01 || Monde Monde || 4 Commentaire(s)

Guy Gilbert et le cri des femmes

Le Cyclorama vers 1900, à l'époque des pèlerinages en bateau à Sainte-Anne-de-Beaupré.
2019-08-09 15:09 || Québec Québec || 4 Commentaire(s)

Cyclorama, mesure et démesure

Un F/A-18E Super Hornet survole le porte-avion USS Abraham Lincoln le 18 mai 2019 dans la mer d'Arabie.
2019-07-29 12:36 || Monde Monde || Aucun commentaire

Qu'implique une escalade des tensions avec l'Iran?