Forum du Conseil du patrimoine religieux du Québec

Éducation et désir d’enracinement à la rescousse du patrimoine religieux

Le sociologue Mathieu Bock-Côté.
Le sociologue Mathieu Bock-Côté.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-11-15 14:11 || Québec Québec

Du 4 au 5 novembre s’est tenu le 5e Forum du Conseil du patrimoine religieux du Québec. Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications, et le sociologue Mathieu Bock-Côté ont tous deux souligné l’importance de l’éducation pour sensibiliser les Québécois à l’importance de sauvegarder le patrimoine religieux du Québec.

Dans une allocution prononcée à l’ouverture du Forum, le ministre Fortin a souligné que bien des élus municipaux ne voyaient pas l’importance d’investir dans la rénovation de leur patrimoine religieux. D’autant que leurs commettants ne comprennent pas toujours les raisons qui motivent la restauration d’un bâtiment d’un autre âge et sans vocation.

«Nous devons expliquer à la population que nous n’investissons pas par conviction religieuse. Nous le faisons parce que l’Église fait partie de notre histoire», a-t-il déclaré.

Outre son appel à une meilleure éducation en la matière, Luc Fortin a annoncé la création d’un groupe de travail chargé de revoir l’inventaire du patrimoine religieux moderne, bâti entre 1945 et 1975. Le groupe sera chargé, entre autres, de faire des recommandations sur les statuts que le ministère pourrait octroyer à ces édifices particuliers.

Mathieu Bock-Côté

Comme pour donner suite aux propos du ministre Fortin sur l’importance d’éduquer la population et les élus municipaux à l’importance de la sauvegarde du patrimoine religieux au Québec, le sociologue Mathieu Bock-Côté a prononcé un discours sur la relation trouble qu’entretiennent les Québécois à leur propre histoire et à tout ce qui peut la leur rappeler.

Le sociologue a mentionné que devant leur histoire, les citoyens sont confrontés à deux tentations qui ont une incidence sur la manière dont ils considèrent le patrimoine religieux. La première de ces tentations, selon lui, est l’oubli.

«Nous avons la tentation du grand oubli. Nous nous tournons vers le passé et nous disons: "Ce sont des vieilleries. Peut-être peuvent-elles intéresser des passionnés d’archéologie, mais nous, modernes, nous ne devons rien à ce monde ancien. C’est un monde qui ne nous dit rien." C’est la tentation de l’oubli.»

La deuxième tentation qui guette les Québécois est la tendance à considérer le passé comme un monde essentiellement mauvais.

«Il y a aussi, peut-être plus grave encore, la tentation de la criminalisation du passé. Nous nous tournons vers le passé avec ce sentiment d’être devant un monde fondamentalement incompréhensible sinon qu’il nous semble détestable. Et d’une certaine manière, nous nous félicitons alors de ne pas y ressembler. Or, c’est l’orgueil du moderne qui le pousse à dire: "Je regarde dans ce passé et je n’y vois qu’une chose: la confirmation de notre excellence au temps présent."»

«Le drame de la société québécoise, a-t-il poursuivi, c’est qu’elle conjugue ces deux dispositions lorsqu’elle se tourne vers son passé. La société québécoise a à la fois le désir de l’oubli et le désir de répudier ce qu’elle a été.»

Malgré l’existence de ces deux tentations, il y a chez les contemporains, selon le sociologue, le désir de l’enracinement pour faire face à l’effervescence d’une société sans repères.

«Il y a aujourd’hui dans le cœur de l’homme occidental le désir de renouer avec une certaine part d’héritage. Il y a le sentiment que nous évoluons dans un monde frénétique, un monde barbare, un monde qui mutile l’homme à vouloir le transformer en tout et en n’importe quoi. Il y a au cœur de l’homme occidental un appel à l’enracinement, c’est-à-dire la capacité, non plus pour l’homme d’être absolument aspiré par le mouvement du monde, mais d’être enraciné dans un lieu, enraciné quelque part, d’être intégré dans un monde qui a un sens pour lui et dont il doit prendre soin.»

Mathieu Bock-Côté a également souligné que l’Occident redécouvre que «l’homme qui n’a pas de racines, n’est pas plus libre. Il est condamné à l’assèchement.» Ce qui lui a fait dire qu’il est possible de rester optimiste face à l’avenir du patrimoine religieux au Québec.

 

du même auteur

Lorraine Derocher, une spécialiste de la protection de l’enfance dans les milieux sectaires, craint que le développement physique et psychologique des mineurs soit compromis au sein de certains mouvements isolés qui prédisent l’apocalypse.
2020-04-23 15:18 || Québec Québec

Une sociologue s’inquiète pour les enfants membres de mouvements apocalyptiques

La mission des intervenants en soins spirituels prend une importance accrue en ce temps de pandémie.
2020-04-14 18:57 || Québec Québec

Les intervenants en soins spirituels, rouage délicat pendant la pandémie

Des pèlerins prient au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. «Nous n’avons pas de base financière nous permettant de vivre cette situation encore très longtemps», confie le recteur Pierre-Olivier Tremblay au sujet des mesures pour endiguer la pandémie.
2020-04-02 10:58 || Québec Québec

Frappée de plein fouet, l’industrie du tourisme religieux garde espoir

articles récents

Le curé de la paroisse de la Bienheureuse-Dina-Bélanger, Gérard Busque, responsable de l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre 2019, désapprouve l’avis d’intention de classement pour que le bâtiment devienne bien patrimonial.
2020-05-30 12:16 || Québec Québec

Avis d’intention de classement pour l'église du Très-Saint-Sacrement

Un document rare conservé au département des archives de l'archidiocèse de Montréal.
2020-05-13 16:08 || Québec Québec

Un archiviste religieux s'inquiète du contrecoup de la pandémie

Un groupe de Québec s’active pour donner une vocation communautaire et socioculturelle à l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre dernier.
2020-05-05 17:52 || Québec Québec

Un groupe espère toujours sauver l’église du Très-Saint-Sacrement