Forum du Conseil du patrimoine religieux du Québec

Éducation et désir d’enracinement à la rescousse du patrimoine religieux

Le sociologue Mathieu Bock-Côté.
Le sociologue Mathieu Bock-Côté.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-11-15 14:11 || Québec Québec

Du 4 au 5 novembre s’est tenu le 5e Forum du Conseil du patrimoine religieux du Québec. Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications, et le sociologue Mathieu Bock-Côté ont tous deux souligné l’importance de l’éducation pour sensibiliser les Québécois à l’importance de sauvegarder le patrimoine religieux du Québec.

Dans une allocution prononcée à l’ouverture du Forum, le ministre Fortin a souligné que bien des élus municipaux ne voyaient pas l’importance d’investir dans la rénovation de leur patrimoine religieux. D’autant que leurs commettants ne comprennent pas toujours les raisons qui motivent la restauration d’un bâtiment d’un autre âge et sans vocation.

«Nous devons expliquer à la population que nous n’investissons pas par conviction religieuse. Nous le faisons parce que l’Église fait partie de notre histoire», a-t-il déclaré.

Outre son appel à une meilleure éducation en la matière, Luc Fortin a annoncé la création d’un groupe de travail chargé de revoir l’inventaire du patrimoine religieux moderne, bâti entre 1945 et 1975. Le groupe sera chargé, entre autres, de faire des recommandations sur les statuts que le ministère pourrait octroyer à ces édifices particuliers.

Mathieu Bock-Côté

Comme pour donner suite aux propos du ministre Fortin sur l’importance d’éduquer la population et les élus municipaux à l’importance de la sauvegarde du patrimoine religieux au Québec, le sociologue Mathieu Bock-Côté a prononcé un discours sur la relation trouble qu’entretiennent les Québécois à leur propre histoire et à tout ce qui peut la leur rappeler.

Le sociologue a mentionné que devant leur histoire, les citoyens sont confrontés à deux tentations qui ont une incidence sur la manière dont ils considèrent le patrimoine religieux. La première de ces tentations, selon lui, est l’oubli.

«Nous avons la tentation du grand oubli. Nous nous tournons vers le passé et nous disons: "Ce sont des vieilleries. Peut-être peuvent-elles intéresser des passionnés d’archéologie, mais nous, modernes, nous ne devons rien à ce monde ancien. C’est un monde qui ne nous dit rien." C’est la tentation de l’oubli.»

La deuxième tentation qui guette les Québécois est la tendance à considérer le passé comme un monde essentiellement mauvais.

«Il y a aussi, peut-être plus grave encore, la tentation de la criminalisation du passé. Nous nous tournons vers le passé avec ce sentiment d’être devant un monde fondamentalement incompréhensible sinon qu’il nous semble détestable. Et d’une certaine manière, nous nous félicitons alors de ne pas y ressembler. Or, c’est l’orgueil du moderne qui le pousse à dire: "Je regarde dans ce passé et je n’y vois qu’une chose: la confirmation de notre excellence au temps présent."»

«Le drame de la société québécoise, a-t-il poursuivi, c’est qu’elle conjugue ces deux dispositions lorsqu’elle se tourne vers son passé. La société québécoise a à la fois le désir de l’oubli et le désir de répudier ce qu’elle a été.»

Malgré l’existence de ces deux tentations, il y a chez les contemporains, selon le sociologue, le désir de l’enracinement pour faire face à l’effervescence d’une société sans repères.

«Il y a aujourd’hui dans le cœur de l’homme occidental le désir de renouer avec une certaine part d’héritage. Il y a le sentiment que nous évoluons dans un monde frénétique, un monde barbare, un monde qui mutile l’homme à vouloir le transformer en tout et en n’importe quoi. Il y a au cœur de l’homme occidental un appel à l’enracinement, c’est-à-dire la capacité, non plus pour l’homme d’être absolument aspiré par le mouvement du monde, mais d’être enraciné dans un lieu, enraciné quelque part, d’être intégré dans un monde qui a un sens pour lui et dont il doit prendre soin.»

Mathieu Bock-Côté a également souligné que l’Occident redécouvre que «l’homme qui n’a pas de racines, n’est pas plus libre. Il est condamné à l’assèchement.» Ce qui lui a fait dire qu’il est possible de rester optimiste face à l’avenir du patrimoine religieux au Québec.

 

du même auteur

Un cours en ligne offert dès le 12 octobre par l'Université de Montréal se penchera sur les liens entre guérison et religions au Québec.
2020-10-01 10:10 || Québec Québec

Guérison et religions au Québec: revisiter les idées reçues

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

articles récents

Les archives privées, et plus spécifiquement les archives religieuses, sont «les grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois», déplore la Société canadienne d’histoire de l’Église catholique (SCHEC).
2021-01-21 12:11 || Québec Québec

Archives religieuses, «grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois»

Une touriste québécoise admire les ruines d'une église près de Göreme en Cappadoce, en mars 2020. Les églises troglodytes comme celle-ci ont été abandonnées lorsque les dernières communautés chrétiennes de la région ont été forcées de quitter le pays en 1923.
2021-01-20 10:36 || Monde Monde

Urgence pour sauver le patrimoine chrétien en Turquie

La basilique Notre-Dame de Montréal recevra une somme de 1 M$ du gouvernement canadien.
2021-01-19 13:34 || Québec Québec

La basilique Notre-Dame de Montréal obtient 1 M$ d'Ottawa