375e de Montréal

Louise Harel craint que le 375e n'oublie l'histoire religieuse de Montréal

Louise Harel.
Louise Harel.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-03-15 14:18 || Québec Québec

Montréal célébrera son 375e anniversaire en 2017. Passionnée par l'histoire de sa ville, l'ex-présidente de Vision Montréal, Louise Harel, craint que les festivités n'oublient l'histoire religieuse de la ville.

«Je suis, à ce moment-ci, plutôt inquiète», a dit hier soir l'ex-députée et conseillère municipale. «Je considère qu'il n'y a que des événements festifs qui sont à l'agenda. Il me semble qu'on relate très peu l'histoire», a-t-elle confié à l'agence de presse Présence.

«C'est comme si notre histoire n'avait pas de commencement, que cette histoire débutait avec l'année du 375e anniversaire. Cela me paraît invraisemblable», ajoute Louise Harel.

L'ex-présidente de l'Assemblée nationale déplore notamment que «l'aspect religieux soit complètement occulté» de tous les préparatifs de cette année de commémoration. Elle raconte qu'elle a participé avec des représentants de communautés religieuses à la présentation du parcours Du fleuve à la montagne, un trajet piétonnier qui sera aménagé au coût de 36 millions $ d'ici 2017. «Et bien, du fleuve à la montagne, il n'y a aucune référence à l'histoire religieuse», se désole-t-elle. «Va-t-on tenter d'occulter qu'il y a eu une messe dans les commencements de Montréal?»

Députée des circonscriptions Maisonneuve et Hochelaga-Maisonneuve de 1981 à 2008, Louise Harel reconnaît que Montréal est aujourd'hui une «ville très cospopolite».

«Je suis une tenante de la diversité et de l'accueil des nouveaux arrivants. Mais il faut absolument leur transmettre ce qu'était le commencement de ce que nous sommes devenus.» Elle précise sa pensée en pensant à tout ce que les communautés religieuses et les différentes Églises ont réalisé à Montréal, depuis 1642, dans les domaines de l'éducation et des soins de santé. Elle dit que «c'est bien plus que le commencement, ce sont les fondements, c'est le fondement de ce que nous sommes aujourd'hui».

Conférence publique

L'ex-ministre de l'Emploi et de la Solidarité a fait ces remarques après avoir prononcé, au Collège Villa Maria, une allocution sur le rôle des femmes à la fondation de Montréal.

«Je ne suis pas une historienne», reconnaît-elle. «Je suis une citoyenne qui s'est passionnée pour l'histoire de ces pionnières, des femmes audacieuses qui ont marqué d'une façon indélébile la société dans laquelle nous évoluons maintenant.»

Ces pionnières, ce sont notamment Jeanne Mance et Marguerite Bourgeoys, «des femmes intrépides, pleines d'initiatives et qui ont aussi été, quand on pense aux contraintes de leur époque, des insoumises».

Elle estime qu'il faut «secouer cette image, fanée et figée, de ces personnes dont on devient passionnément amoureux lorsqu'on les connaît mieux et qu'on découvre à quel point elles peuvent inspirer notre époque».

Le 375e anniversaire de Montréal serait donc une excellente occasion de raconter l’histoire de ces pionnières et de ces pionniers, estime Louise Harel.

C’est précisément ce qu’entend faire, dès cette année, le Centre Le Pèlerin de Montréal qui a initié un programme de conférences sur les origines de Montréal. Jusqu’en novembre, l’organisme, en collaboration avec trois congrégations religieuses féminines, accueille le public au Collège Villa Maria.

En avril, l’historienne Dominique Deslandres traitera de l’amitié entre les Français et les peuples autochtones. En novembre, la conférence sera consacrée à Paul de Maisonneuve.

 

du même auteur

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

articles récents

Les archives privées, et plus spécifiquement les archives religieuses, sont «les grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois», déplore la Société canadienne d’histoire de l’Église catholique (SCHEC).
2021-01-21 12:11 || Québec Québec

Archives religieuses, «grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois»

Une touriste québécoise admire les ruines d'une église près de Göreme en Cappadoce, en mars 2020. Les églises troglodytes comme celle-ci ont été abandonnées lorsque les dernières communautés chrétiennes de la région ont été forcées de quitter le pays en 1923.
2021-01-20 10:36 || Monde Monde

Urgence pour sauver le patrimoine chrétien en Turquie

La basilique Notre-Dame de Montréal recevra une somme de 1 M$ du gouvernement canadien.
2021-01-19 13:34 || Québec Québec

La basilique Notre-Dame de Montréal obtient 1 M$ d'Ottawa