Ville de Montréal

Relance du projet de la Cité des Hospitalières

La Ville de Montréal a annoncé la semaine dernière la relance le projet d'occupation du couvent des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, un bâtiment historique acquis par la Ville durant les derniers jours de l'administration du maire Denis Coderre.
La Ville de Montréal a annoncé la semaine dernière la relance le projet d'occupation du couvent des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, un bâtiment historique acquis par la Ville durant les derniers jours de l'administration du maire Denis Coderre.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-10-07 16:27 || Québec Québec

«La meilleure façon de préserver un bâtiment, c'est de l'habiter. Et cette Cité des Hospitalières, on veut l'habiter le plus rapidement possible.»

Benoit Dorais, le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, a annoncé la semaine dernière la relance le projet d'occupation du couvent des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, un bâtiment historique acquis par la Ville durant les derniers jours de l'administration du maire Denis Coderre.

Le mercredi 1er octobre, une centaine de personnes ont franchi les portes du vaste couvent que les religieuses ont quitté au début du mois d'avril. On a demandé aux visiteurs de noter sur des feuilles de papier «leurs idées sur le futur du projet et de la nouvelle vocation du site». L'événement se voulait aussi «une occasion de capter l’intérêt des organismes intéressés à occuper les lieux de façon transitoire».

«Comme nous ne sommes pas certains de ce qu'on va y faire et du mode de gouvernance qu'aura la Cité des Hospitalières, on souhaite connaître votre avis, celui des Montréalais et des Montréalaises, des organismes et des institutions», a dit Benoit Dorais aux participants qui ont pris part à une visite guidée des lieux.

En juin 2017, peu après l'achat du couvent, la Ville de Montréal annonçait pourtant les noms de futurs locataires de l'historique bâtiment. Les dirigeants de la Maison de l'innovation sociale, de Philojeunes, de la Maison de la Paix, du Centre de médiation globale McGill et de La Tablée des Chefs avaient annoncé vouloir faire partie de ce projet consacré au vivre-ensemble, «un des plus beaux projets de requalification et de mise en valeur d'un site patrimonial, non seulement à Montréal, mais au Québec», selon les mots du maire Denis Coderre.

La Table de concertation des archives religieuses de Montréal espérait aussi obtenir de grands espaces dans ce couvent, estimant qu'il n'y avait pas de meilleur endroit à Montréal pour accueillir les collections qu'elle préserve au nom de plusieurs congrégations religieuses.

Les organismes qui avaient manifesté un intérêt du temps du maire Coderre ne feraient donc plus partie des plans de la nouvelle administration? «Cela n'est pas remis en question», s'est empressé de répondre Benoit Dorais. «Les plans de certains peuvent avoir changé, d'autres ne sont plus prêts à emménager ici. Mais on n'est pas en train de rebrasser les cartes. Beaucoup de gens nous suivent et veulent encore faire partie» de la Cité des Hospitalières.

«Le défi qui est devant nous, c'est celui de la prise en charge du bâtiment», précise le président du comité exécutif.

«On doit prendre une décision. Doit-on conserver le bâtiment et l'opérer nous-mêmes? Devrions-nous gérer le bâtiment avec une institution ou un organisme à but non lucratif? C'est une question fondamentale à laquelle on va prendre le temps de bien répondre.»

Quant à la présence de la Table de concertation des archives religieuses de Montréal à l'intérieur du couvent des hospitalières, elle est toujours souhaitée, confirme Benoit Dorais. «Ils sont en  train de définir leur projet et de regarder leurs besoins. Ils restent, sans problème.»

De janvier 2020 à avril 2022, le site sera occupé de façon transitoire. «L’usage transitoire, parfois appelé occupation temporaire, est une démarche d’aménagement qui permet l’occupation d’un bâtiment vacant à court ou à moyen terme. Cette nouvelle pratique en développement immobilier veut engager une réflexion plus large sur le projet permanent», explique la Ville de Montréal dans ses documents préparés pour la relance de la Cité des Hospitalières.

***

 

 

du même auteur

Annabel Loyola et Thérèse Payer autour d'une représentation de Jeanne Mance. La religieuse Thérèse Payer, promotrice de la cause de Jeanne Mance, est décédée à la Maison des Hospitalières de Saint-Joseph, le 6 février 2020.
2020-02-13 17:19 || Québec Québec

Décès de la promotrice de la cause de Jeanne Mance

La Montréalaise Josianne Gauthier a participé, à titre d'experte, au synode sur l'Amazonie
2020-02-13 11:11 || Vatican Vatican

Les réactions de Josianne Gauthier à l'exhortation Querida Amazonia

Gérald Larose a pris la parole lors des funérailles de Jean Ménard.
2020-02-11 17:10 || Québec Québec

«Sa spiritualité donnait de la corne aux mains et du rythme aux pieds»

articles récents

Annabel Loyola et Thérèse Payer autour d'une représentation de Jeanne Mance. La religieuse Thérèse Payer, promotrice de la cause de Jeanne Mance, est décédée à la Maison des Hospitalières de Saint-Joseph, le 6 février 2020.
2020-02-13 17:19 || Québec Québec

Décès de la promotrice de la cause de Jeanne Mance

Le chant 'Hâtons-nous en chemin', composé par Robert Lebel à l'occasion du 400e de Marguerite Bourgeoys, a été présenté le 12 janvier pour la toute première fois. C'est Violaine Paradis, religieuse de la Congrégation de Notre-Dame,qui l'a interprété à la fin de la célébration.
2020-01-17 09:05 || Québec Québec

Lancement d'une année en hommage à Marguerite Bourgeoys

La chapelle de l'archevêché de Sherbrooke est l'un des sept endroits qui sera ouvert au public lors de la deuxième édition de la Balade des clochers qui se tient les 19 et 20 octobre.
2019-10-18 14:38 || Québec Québec

2e édition de la Balade des clochers en fin de semaine