Espace muséal

Une nouvelle expo pour les 50 ans de la Maison Saint-Gabriel

  • Soeur Madeleine Juneau, directrice générale de la Maison Saint-Gabriel.
  • Bas-relief représentant Jésus qui aurait été offert à Marguerite Bourgeoys par Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louix XIV.
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-05-19 09:33 || Québec Québec

La Maison Saint-Gabriel célèbre cette année son demi-siècle d'existence en tant qu'espace muséal. «C'est une occasion, une autre, de mettre en valeur notre collection, qui est très rare», a expliqué soeur Madeleine Juneau, la directrice générale du musée et du site historique, situés dans le quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal.

L'occasion est aussi bonne pour «remettre l'histoire en premier», a-t-elle dit aux invités présents lors du lancement de la nouvelle exposition Curiosités et trésors, accessible jusqu'à la fin de l'année.

Cette remarque de la directrice générale de la Maison Saint-Gabriel n'a pas échappé à la présidente d'honneur de l'exposition.

«On est à une époque d'anniversaires. Mais tous les anniversaires ne se ressemblent pas. Certains semblent oblitérer l'histoire de leur origine et j'espère que ça n'est que momentané», a lancé Louise Harel, faisant référence aux célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal.

«J'espère qu'ils retrouveront le sens de la fête. Ce sens, c'est de comprendre d'où l'on vient pour savoir où l'on va.»

Cette préoccupation est justement omniprésente à la Maison Saint-Gabriel, a poursuivi l'ex-présidente de Vision Montréal. «Ici, on veut partager l'histoire, la rendre vivante, attrayante, conviviale. À chaque fois que je suis venue ici, notamment avec mes parents, j'ai toujours apprécié comprendre que c'est ici que notre histoire a commencé.»

«Et cette histoire a débuté avec des hommes et des femmes de foi, qui avaient un rêve missionnaire. C'est l'occasion d'en parler, de l'exprimer haut et fort. Car dans 25 ans, quand on célèbrera le 400e anniversaire de Montréal, il se pourrait bien que peu d'entre nous y soient et que peu de gens se rappellent d'où nous venons», a ajouté Mme Harel.

18 000 objets de collection

Rien de tel que des objets pour raconter l'histoire, explique alors Madeleine Juneau, une religieuse membre de la Congrégation de Notre-Dame.

«En 1966, quand on a ouvert nos portes en tant que musée, nous avions environ 3000 objets de collection, tous conservés par la Congrégation.» Cette communauté religieuse veille sur le site de la Maison Saint-Gabriel depuis son achat, en 1668, par Marguerite Bourgeoys, sa fondatrice.

Au fil des dernières décennies, lors de la fermeture de maisons de la congrégation, les objets de valeur qu'elles abritaient ont trouvé place dans la collection de la Maison Saint-Gabriel. «Elle en compte maintenant 18 000», dit sœur Juneau.

Les responsables de la Maison Saint-Gabriel ont eu le difficile mandat de n'extraire des voûtes du musée que cinquante lots ou objets afin d'illustrer le 50e anniversaire de l'institution. Ils ont opté pour «des objets et des œuvres remarquables, choisis pour leurs histoires peu ordinaires».

Dans la salle d'exposition, des pièces d'orfèvrerie, des statues - dont une en papier mâché - et des œuvres d'art, toutes d'une valeur inestimable, entourent plusieurs objets étonnants. «Comment expliquer qu'un morceau d'une ceinture de sauvetage du Titanic se retrouve à la Maison Saint-Gabriel?», demande la directrice générale à un public intrigué. «Vous le saurez en visitant l'exposition», a-t-elle répondu, amusée.

La présidente d'honneur de l’exposition, Louise Harel, attire l'attention du public sur «deux tableaux offert par Jean-Baptiste Colbert à Marguerite Bourgeoys lorsqu'elle est allée chercher les lettres patentes de la communauté à Paris».

«Ce sont de véritables trésors que nous partage la Congrégation de Notre-Dame», confie Mme Harel qui tient à dire sa reconnaissance «à ces générations de femmes, membres de cette communauté, qui au cours des décennies et même des siècles ont pris un soin exceptionnel de tous ces objets qui sont porteurs de mémoire».

 

du même auteur

Un programme de soutien financier a été discrètement mis en place en 2019 par l’archevêque de Sherbrooke pour venir en aide à d’anciens membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ).
2021-03-04 00:00 || Québec Québec

Famille Marie-Jeunesse: aide offerte en échange du silence

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

articles récents

Les archives privées, et plus spécifiquement les archives religieuses, sont «les grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois», déplore la Société canadienne d’histoire de l’Église catholique (SCHEC).
2021-01-21 12:11 || Québec Québec

Archives religieuses, «grandes oubliées de la réflexion sur le patrimoine culturel québécois»

Une touriste québécoise admire les ruines d'une église près de Göreme en Cappadoce, en mars 2020. Les églises troglodytes comme celle-ci ont été abandonnées lorsque les dernières communautés chrétiennes de la région ont été forcées de quitter le pays en 1923.
2021-01-20 10:36 || Monde Monde

Urgence pour sauver le patrimoine chrétien en Turquie

La basilique Notre-Dame de Montréal recevra une somme de 1 M$ du gouvernement canadien.
2021-01-19 13:34 || Québec Québec

La basilique Notre-Dame de Montréal obtient 1 M$ d'Ottawa