Liban

Explosion de Beyrouth, une couche de plus à la misère

Deux explosions sont survenues le 4 août au port de Beyrouth.
Deux explosions sont survenues le 4 août au port de Beyrouth.   (CNS photo/Mohamed Azakir, Reuters)
2020-08-05 11:43 || Monde Monde

Les hôpitaux de la capitale libanaise sont submergés par les blessés de l’explosion massive dans le port de Beyrouth, qui a causé des dégâts considérables dans la ville et secoué cette nation méditerranéenne déjà dévastée par le coronavirus et sa pire crise financière depuis la guerre civile de 1975-1990.

«Les gens ne pourront pas reconstruire leurs maisons, leurs entreprises, leurs moyens de subsistance. On rapporte que des hôpitaux refusent des patients parce qu'ils n'en ont pas la capacité», a déclaré Aya Majzoub, chercheuse sur le Liban pour Human Rights Watch.

«Même avant cette explosion, il y a eu des pénuries de matériel médical, d'équipements de protection. La capacité des soins de santé était déjà surchargée. Je ne sais pas comment les hôpitaux vont pouvoir traiter ces blessures supplémentaires», a-t-elle ajouté. Les premiers rapports indiquent que l'explosion a été causée par des matériaux hautement explosifs saisis sur un navire stocké dans le port.

La grave crise économique du Liban, exacerbée par la pandémie de COVID-19, pousse les gens dans une lutte pour la survie, avertissent les organisations catholiques et autres organisations humanitaires, car un nombre croissant de familles ne peuvent plus se permettre de payer la nourriture de base, l'électricité, l'hygiène, l'eau et le combustible de cuisson nécessaires à la vie. De plus, les coupures d'électricité durent jusqu'à 20 heures par jour.

Avec l'effondrement de la monnaie libanaise de 80 % de sa valeur depuis octobre dernier, la spirale de l'inflation et le chômage qui atteint environ 55 %, Michel Constantin, de l'Association catholique d’aide au Proche-Orient (CNEWA) et de la Mission pontificale, explique que le Liban ne dispose pas d'un filet de sécurité sociale, mais que l'Église catholique tend la main pour aider les plus démunis.

Une agence du Saint-Siège, la CNEWA/Mission pontificale travaille pour, par et avec les Églises catholiques orientales pour répondre aux besoins pastoraux et fournir une aide humanitaire.

«Les gens ont perdu leur emploi, sont coincés à la maison sans travail et ont faim. Nous distribuons de la nourriture, des articles vitaux tels que des médicaments, de la nourriture et du lait pour les enfants aux familles qui ont perdu leur emploi. Non pas pour lutter contre la pauvreté, mais pour sauver des vies», a déclaré M. Constantin à l’agence Catholic News Service par téléphone depuis Beyrouth.

«Cette crise touche tout le monde, les familles libanaises, les réfugiés palestiniens et syriens. Nous allons commencer à voir des enfants mourir de faim avant la fin de l'année», a averti Jad Sakr, directeur par intérim de Save the Children au Liban.

Un récent rapport du Programme alimentaire mondial des Nations unies a indiqué que 50 % des citoyens libanais – ainsi que 63 % des Palestiniens et 75 % des Syriens du pays – avaient exprimé des doutes quant à leur capacité à trouver suffisamment de nourriture au cours du mois précédent.

Pour de nombreux Libanais, certains aspects de la crise COVID-19 rappellent également des souvenirs douloureux de la guerre civile de 1975-1990, a déclaré l'Américaine Emily Redfern, volontaire du projet Fratelli, soutenu par la CNEWA/Mission pontificale, qui vise les personnes dans le besoin.

«Si nous offrons le choix entre l'hygiène ou des boîtes de nourriture, les familles choisiront toutes de la nourriture... à chaque fois»,a expliqué Mme Redfern. En parlant du père de famille, elle a déclaré: «Il est trop fier pour accepter de l'aide, c'est une bonne chose que sa femme ne le soit pas, sinon je ne sais pas comment ils mangeraient.»

M. Constantin a déclaré que l'agence avait choisi d'aider «les plus pauvres des pauvres, non pas les défavorisés, mais ceux qui ne peuvent pas s'en sortir seuls». «Nos partenaires ont sélectionné ceux qui ont un besoin extrême d'articles de survie», a-t-il déclaré au sujet des opérations de son groupe, basé à Beyrouth, mais couvrant la Syrie, l'Irak et l'Égypte en plus du Liban.

Jusqu'à présent, des dons d'environ 500 000 dollars américains ont été reçus et sont utilisés dans les quatre pays qui luttent contre les épidémies de coronavirus; ces pays connaissent également des conflits, des difficultés économiques et accueillent des réfugiés de guerres régionales.

M. Constantin a déclaré que lui et neuf autres personnes font également partie d'une équipe de cellule de crise sous la direction du cardinal libanais Bechara Rai, patriarche maronite. Les membres de l'équipe aident l'église à mieux «identifier et prioriser les besoins», tout en faisant appel à l'aide des Libanais de la diaspora, des gouvernements étrangers ainsi que des organisations non gouvernementales catholiques et internationales.

«Nous avons créé un réseau au Liban pour aider les familles dans le besoin et empêcher toute famille de mourir de faim», a récemment déclaré le cardinal Rai à Radio Vatican. «La moitié de la population libanaise vit sans la nourriture dont elle a besoin, et beaucoup sont sans travail.»

Caritas Liban, la Saint-Vincent de Paul et d'autres institutions ainsi que des paroisses font partie de ce réseau de coopération.

Rita Rhayem, qui dirige Caritas Liban, a averti que la communauté internationale est restée largement silencieuse alors que les organisations luttent pour aider non seulement les Libanais, mais aussi les réfugiés et les travailleurs migrants syriens.

Caritas aide à fournir une aide au logement et de la nourriture aux réfugiés et un abri aux travailleurs domestiques étrangers expulsés par les employeurs qui ne peuvent plus se permettre leurs services, mais l'agence humanitaire catholique doit également chercher des ressources pour cette aide.

«Les deux derniers mois ont été très difficiles pour Caritas Liban: le nombre de bénéficiaires a triplé alors que les personnes qui nous soutenaient auparavant ne peuvent plus le faire», a déclaré M. Rhayem lors d'une conférence de presse en juillet dernier, lors de la présentation du rapport annuel de Caritas Internationalis à Rome.

Dale Gavlak

***

 

 

du même auteur

Le cardinal Antonio Cañizares Llovera (photo) de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur.
2020-09-17 15:01 || Monde Monde

Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

Des jeunes manifestent contre la brutalité policière à Bogota, en Colombie, le 13 septembre 2020.
2020-09-14 16:00 || Monde Monde

Violences policières en Colombie: calme et justice souhaités

Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.
2020-09-08 17:11 || Monde Monde

Une loi australienne pour obliger les prêtres à briser le secret de la confession

articles récents

Responsable du Service de solidarité sociale du diocèse de Saint-Jean-Longueuil, Daniel Pellerin se réjouit de la reconnaissance officielle obtenue par le Réseau d'aide aux travailleuses et travailleurs migrants agricoles du Québec.
2020-08-24 16:58 || Québec Québec

Une subvention et une reconnaissance pour le RATTMAQ

De Québec à Butembo, l'assomptionniste Pacifique Kambale entend suivre l'appel de la fraternité.
2020-08-18 19:40 || Monde Monde

Pacifique, l’appel de la fraternité

Le prêtre maronite Elia Mouannes baptsans Simon Charbel Nader le 15 août 2020 dans l'église Mar Mikhael endommagée par l'explosion du port de Beyrouth du 4 août.
2020-08-18 14:55 || Monde Monde

Une paroisse de Beyrouth où s'expriment espoir et colère