Fondée en 1984

Fermeture de la Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec

Faute de moyens, la Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec (CPTRQ) fermera ses portes le 30 juin 2019.
Faute de moyens, la Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec (CPTRQ) fermera ses portes le 30 juin 2019.   (Archives Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2019-05-29 16:14 || Québec Québec

La Corporation du patrimoine et du tourisme religieux de Québec (CPTRQ) fermera ses portes le 30 juin 2019. Les difficultés à trouver l’argent nécessaire au bon fonctionnement de la corporation sont la principale cause de cette fermeture, mettant ainsi fin à une aventure qui aura duré plus de trois décennies.

Fondée en 1984, la CPTRQ était l’unique organisme de Québec à offrir l’accès et l’interprétation de bon nombre de lieux du patrimoine religieux, qu’ils soient en usages, reconvertis ou d’accès limité. Elle agissait comme un guichet unique qui permettait notamment de gérer les visites commentées, de faire la promotion des lieux et de trouver des experts, jouant un rôle de mise en relation et de réseautage.

Organisme chrétien au départ, il s’est transformé pour mettre l’accent sur l’héritage historique et culturel du patrimoine religieux, tout en conservant une sensibilité spirituelle. Il n’offrait pas de visites pèlerines à proprement parler, mais adaptait ses parcours à une clientèle qui, elle, était essentiellement croyante.

«Bien que les institutions les plus vigoureuses aient pu se munir de structures d’accueil pour les touristes et les écoles, la fermeture de la CPTRQ marque la fin d’une expertise multiconfessionnelle et regroupée, tant pour les citoyens et les touristes que les écoles et les voyagistes», regrette la corporation.

Un plan d’avenir a été présenté aux partenaires en 2017 et relancé en 2018, indique l’organisme. Appuyés en principe, les projets n’ont toutefois pas abouti. À cela se sont ajoutées des fermetures d’églises et des regroupements de paroisses, ce qui a eu comme effet de faire diminuer le nombre de membres de la corporation. «Le paysage du patrimoine religieux change et certains des membres peinent, faute de relève, à offrir les activités et l’accès à leurs lieux de culte», note la CPTRQ.

Au cours des deux dernières années, le nombre de membres est passé d’une quarantaine à vingt-cinq. Il y a cinq ans à peine, ils étaient encore une cinquantaine, essentiellement des lieux catholiques, anglicans et protestants. Il s'agit donc d'une diminution de 50 % en cinq ans.

«Malgré nombre d’efforts, le financement était un défi permanent. Il était devenu impossible d’offrir des activités renouvelées de qualité aux divers groupes de touristes et de pèlerins, de développer et de prospérer, ainsi que de maintenir des services aux membres», explique encore l’organisme.

La corporation indique que sa liquidation a été entamée à l’issue de son assemblée générale du 14 mars.

«Nous espérons sincèrement que la mission nous survivra et que le public pourra à nouveau profiter de l’interprétation nécessaire à la compréhension de ces lieux qui font vibrer par leur beauté, leur histoire, leur spiritualité, leur curiosité et leur sentiment appartenance», ajoute la corporation.

L’unique employée à temps plein de la CPTRQ, la directrice générale Joannie McLeod, qui était en poste depuis deux ans, affirme qu’il aurait fallu plus de moyens pour permettre à la corporation de poursuivre ses activités.

«Nous avions un soutien ponctuel, surtout pour des projets. Au fil des années, nous avons heureusement pu compter sur un bon appui de la Ville de Québec et de l’archidiocèse de Québec», dit-elle.

La corporation gérait plus d’une centaine de réservations de groupes par années. Ses périodes les plus achalandées étaient la saison des croisières à l’automne et la fin des classes au printemps. Les visites offertes se faisaient en français et en anglais. L’organisme aurait voulu développer des visites virtuelles au cours des prochaines années.

Les pèlerinages de foi sont maintenus et repris par un comité indépendant. Il s’agit d’un regroupement dans le Vieux-Québec comprenant le Centre François-de-Laval, la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, les ursulines et les augustines. «Ils faisaient partie du parcours à pied qui était offert. Ils ont décidé de s’allier afin de continuer le concept. C’est la seule offre qui sera maintenue», confirme Mme McLeod.

Malgré sa fermeture, la CPTRQ ne sera pas dissoute. Elle cessera simplement d’offrir des services et fermera ses bureaux, qui se trouvaient dans la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec. Il n’y a actuellement aucun plan de relance. Les archives de la corporation seront réparties entre l’archidiocèse de Québec et la Ville de Québec.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Les dominicains du Canada se disent prêts à écouter toute allégation à l’encontre de leur confrère décédé, le père Benoît Lacroix.
2020-07-23 19:53 || Québec Québec

Allégations contre Benoît Lacroix: les dominicains en mode écoute

En fin de matinée, la Table interreligieuse de concertation a devancé le gouvernement du Québec en émettant un communiqué dans lequel ses membres se «réjouissent» de l’annonce attendue pour le début d’après-midi le 17 juin.
2020-06-17 11:34 || Québec Québec

Réouverture des lieux de culte au Québec

Le mandat du nouveau doyen de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval, le professeur Guy Jobin, débutera le 1er juillet 2020.
2020-06-15 10:08 || Québec Québec

Guy Jobin, nouveau doyen de la Faculté de théologie de l'UL

articles récents

«Osez donc venir découvrir cette femme que vous pensez connaître», lance résolument Jean-François Royal aux voisins du Site historique Marguerite-Bourgeoys et aux gens des autres régions qui «oseront» venir à Montréal cet été.
2020-07-02 06:12 || Québec Québec

Découvrir la Marguerite Bourgeoys 2.0 cet été

Le clocher de la cathédrale anglicane Holy Trinity, à Québec. Contraintes de garder leurs portes fermées, les cathédrales anglicanes de Montréal et de Québec se demandent à quoi ressemblera leur été.
2020-06-01 15:23 || Québec Québec

Saison estivale incertaine pour les cathédrales anglicanes

La cathédrale Saint-Michel, à Sherbrooke.
2020-04-30 10:34 || Québec Québec

Tourisme religieux: la COVID-19 oblige l'archidiocèse de Sherbrooke à s'adapter