Recours collectif contre les oblats

Oblats et abus: début des négociations à La Romaine

Les missionnaires oblats du Québec et de l'Est du Canada révèlent qu'une séance de négociation afin d'en arriver au règlement d'un recours collectif contre leur communauté s'est déroulée au début du mois de décembre.
Les missionnaires oblats du Québec et de l'Est du Canada révèlent qu'une séance de négociation afin d'en arriver au règlement d'un recours collectif contre leur communauté s'est déroulée au début du mois de décembre.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-12-18 16:29 || Québec Québec

Les missionnaires oblats du Québec et de l'Est du Canada révèlent qu'une séance de négociation afin d'en arriver au règlement d'un recours collectif contre leur communauté s'est déroulée au début du mois de décembre.

«Les 5 et 6 décembre, le provincial [le père Luc Tardif], accompagné de nos avocats, a participé à la première séance formelle de négociations en vue d’un règlement dans le cadre du recours collectif dont nous faisons l’objet», indique une publication de la province oblate Notre-Dame du Cap.

La rencontre, tenue à La Romaine, marque le début «d’un processus délicat, complexe et exigeant qui a débuté par la signature d’un engagement de confidentialité de la part de toutes les parties en cause».

En mars 2018, Le Journal de Montréal avait publié un reportage qui alléguait que le missionnaire Alexis Joveneau, un oblat originaire de la Belgique qui a vécu à La Romaine (Unamen Shipu), en Basse-Côte-Nord, de 1953 jusqu'à son décès en 1992, aurait commis des agressions sexuelles. Un cabinet d'avocats montréalais avait ensuite déposé une demande de recours collectif au nom de «toutes les personnes victimes d'agression sexuelle, de même que leurs héritiers et ayant droit, ayant été abusées sexuellement par tout religieux, membre ou employé de la congrégation religieuse entre le 1er janvier 1950 et le 31 décembre 2018».

En octobre 2018, l'émission Enquête de Radio-Canada révélait que des agressions sexuelles auraient été commises dans des communautés autochtones, non seulement par l'oblat Joveneau, mais aussi par une dizaine d'autres missionnaires.

Au lendemain de ce reportage, les Missionnaires oblats de Marie Immaculée avaient «condamné sans équivoque tout abus sexuel et physique, passé ou présent, par les membres de leur Congrégation». Ils avaient aussi indiqué qu'ils souhaitaient «tenter de trouver une solution au litige par le biais d'une conférence de règlement à l'amiable présidée par une juge de la Cour supérieure du Québec».

L'engagement de confidentialité signé lors de cette première séance de négociations est «sans doute un geste responsable pour éviter des dérapages tant au niveau des médias que des perceptions publiques», estime le rédacteur de la publication distribuée aux membres de la communauté et de leur réseau.

«Il nous reste à vivre cette expérience comme des hommes de foi et des missionnaires qui ont à cœur le souci des plus pauvres, déterminés à vivre en toute circonstance avec compassion, vérité et justice.»

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Les trois églises patrimoniales de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse.
2019-01-15 15:16 || Canada Canada

Trois églises sur un nouveau timbre

Des partisans de Félix Tshisekedi celèbrent dans les rues de Kinshasa le 10 janvier 2019.
2019-01-11 16:11 || Monde Monde

Les évêques doutent de la victoire de Tshisekedi

Page couverture du livret intitulé Réflexions pour susciter le dialogue parents/enfants sur le programme Éducation à la sexualité du ministère de l'Éducation du Québec de la maternelle à la 3e année du primaire.
2019-01-10 13:30 || Québec Québec

Éducation sexuelle: l'archevêché de Montréal recule

articles récents

Marie Collins à la Rencontre mondiale des familles, à Dublin, le 24 août 2018.
2019-01-15 17:13 || Vatican Vatican

Une victime d'abus exige plus de redevabilité de l'Église

Brian Boucher, un prêtre de l’archidiocèse catholique de Montréal, a été reconnu coupable le 8 janvier d’agression sexuelle sur un adolescent de sa paroisse.
2019-01-09 10:42 || Québec Québec

Un prêtre de Montréal reconnu coupable d’agression sexuelle contre un mineur

Au moins 15 religieux, prêtres ou frères de l'Ordre des Servites de Marie, auraient agressé sexuellement des élèves d'un collège où ils enseignaient. Plusieurs d'entre eux ont même occupé des fonctions de direction dans cet établissement scolaire.
2018-12-06 15:12 || Québec Québec

Recours contre les servites: dépôt d'une nouvelle liste des agresseurs