Révocation de la candidature de l'ex-imam

«Je me sens trahi», dit Hassan Guillet

Hassan Guillet.
Hassan Guillet.   (Archives Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-09-04 15:48 || Canada Canada

«Je fais appel au premier ministre Justin Trudeau pour que le parti respecte ses propres règlements ainsi que le choix démocratique de ses membres. Je fais appel au premier ministre pour qu'il annule sa décision de vendredi dernier afin de rétablir ma candidature.»

La voix de l'ex-imam Hassan Guillet a résonné dans une salle exiguë de Saint-Léonard ce mercredi matin. Le candidat de la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel réagissait à la révocation, vendredi dernier, de sa candidature au scrutin du 21 octobre par les ténors du Parti libéral du Canada.

«Je me sens trahi», a-t-il indiqué en rappelant qu'à de nombreuses reprises, les stratèges du Parti libéral du Canada ont toujours indiqué être à l'aise avec sa candidature. «Tous les responsables du parti m'ont toujours confirmé qu'ils étaient convaincus que je n'étais ni raciste, ni antisémite.»

Il ne s'explique pas que vendredi dernier un cadre du parti lui ait téléphoné quelques heures seulement après que B'nai Brith Canada ait dénoncé publiquement des commentaires «antisémites et anti-israéliens» rédigés par l'ex-imam sur des réseaux sociaux.

«Vendredi, à 14 h 30, on m'a donné une heure pour démissionner pour des raisons personnelles. Sans quoi, je serais exclu», a révélé Hassan Guillet.

Le candidat libéral a refusé de démissionner et a plutôt présenté des excuses dans sa page Facebook. «Si [mes] déclarations pouvaient être considérées offensantes à certains de mes concitoyens de confession juive, je m'en excuse. Mon intention n’était pas d'offenser qui que ce soit. Le manque de sensibilité de ces déclarations ne reflète pas ma personnalité ni ma façon d'être», avait alors écrit Hassan Guillet.

Quelques heures plus tard, le Parti libéral du Canada remettait aux médias une brève mais catégorique note. Hassan Guillet ne porterait plus les couleurs libérales lors du scrutin fédéral du 21 octobre.

«Justin Trudeau et l’équipe libérale s’opposent fermement aux propos antisémites, haineux, racistes, islamophobes, homophobes, sexistes et à toute forme de discrimination», indiquait la note acheminée par courriel.

«À la suite d’un processus d’examen interne rigoureux, qui a duré des semaines, le Parti libéral du Canada a révoqué la candidature de M. Guillet pour la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel aux importantes élections de cet automne», indiquait le PLC.

«Je suis complètement choqué», avait alors réagi sur Facebook Hassan Guillet. Ce matin, dès le début de sa conférence de presse, il se disait toujours en état de choc. «Pourquoi s'allier avec B’nai Brith et les conservateurs pour salir ma réputation et me diaboliser?», a-t-il lancé, indiquant qu'il était «en train d'évaluer avec [son] équipe quelles seront les prochaines étapes» d'ici le scrutin fédéral.

Lors de sa conférence de presse, Hassan Guillet était assis aux cotés de Jonathan Kramer, un homme d’affaires de confession juive et un militant pour le dialogue interreligieux à Saint-Jean-sur-Richelieu. «Je sais ce que c’est que l’antisémitisme, j’ai souffert d’antisémitisme. Et je peux vous dire qu’Hassan Guillet n’est pas antisémite», a-t-il lancé aux journalistes.

Plus tard en journée, B'nai Brith et le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) ont rejeté les excuses d'Hassan Guillet et continué d'exiger son retrait.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

À partir du cas de l'encan des biens de l'église Saint-Élisabeth, le sénateur à la retraite Serge Joyal et le directeur de musée Jean-François Bélisle discutent de la vente des biens patrimoniaux et des œuvres d'art d'églises paroissiales.
2020-09-14 19:29 || Québec Québec

Les leçons de la vente aux enchères de samedi

Le maître-autel de la première église Sainte-Élisabeth de Hongrie, dans Lanaudière, fait partie des lots qui ont été retirés avant l'encan qui avait lieu en fin de semaine.
2020-09-14 16:25 || Québec Québec

Lanaudière: succès pour l'encan malgré le retrait des objets patrimoniaux

Dans une récente lettre ouverte adressée aux fidèles de son diocèse et à «toutes les personnes en recherche de vérité», Mgr Gilles Lemay, l'évêque Amos, désavoue les messages et les prophéties de l’abbé Michel Rodrigue (photo).
2020-09-10 19:00 || Québec Québec

L’évêque d’Amos désavoue les prophéties d’un prêtre

articles récents

Des jeunes manifestent contre la brutalité policière à Bogota, en Colombie, le 13 septembre 2020.
2020-09-14 16:00 || Monde Monde

Violences policières en Colombie: calme et justice souhaités

Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.
2020-09-08 17:11 || Monde Monde

Une loi australienne pour obliger les prêtres à briser le secret de la confession

Des militants des droits de l'homme sont abasourdis après qu'Asia Bibi se soit dissociée de son autobiographie déjà parue en français et qui devait sortir en anglais ce mois-ci.
2020-09-02 15:50 || Monde Monde

Asia Bibi se dissocie de son autobiographie