Autobiographie de la Pakistanaise chrétienne acquittée en 2018

«Je suis devenue une prisonnière du fanatisme» - Asia Bibi

Asia Bibi, la femme catholique acquittée de blasphème après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan, se décrit comme «une prisonnière du fanatisme» dans son autobiographie récemment publiée. Sur cette photo de 2018, sa famille rencontrait le pape François au Vatican.
Asia Bibi, la femme catholique acquittée de blasphème après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan, se décrit comme «une prisonnière du fanatisme» dans son autobiographie récemment publiée. Sur cette photo de 2018, sa famille rencontrait le pape François au Vatican.   (CNS/Vatican Media)
2020-02-04 16:58 || Monde Monde

Asia Bibi, la femme catholique acquittée de blasphème après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan, se décrit comme «une prisonnière du fanatisme» dans son autobiographie récemment publiée.

La mère de cinq enfants a été condamnée à mort sur la base de preuves insuffisantes en 2010 après avoir été accusée de blasphème lors d'une dispute pour une tasse d'eau avec une collègue musulmane dans une ferme.

Salman Taseer, le gouverneur de l'État du Pendjab, et Shahbaz Bhatti, le ministre pakistanais des affaires des minorités, ont été assassinés pour l'avoir soutenue publiquement et avoir critiqué les lois pakistanaises sur le blasphème.

Bibi, âgée de 47 ans, a été acquittée par la Cour suprême du Pakistan en 2018 et vit maintenant en exil au Canada dans un lieu non divulgué après s'y être installée en mai dernier.

L'autobiographie de Bibi, Enfin libre!, a été écrite en français par la journaliste Isabelle-Anne Tollet, qui a fait campagne pour la liberté de Bibi et est la seule journaliste à l'avoir rencontrée au Canada.

«Vous connaissez déjà mon histoire grâce aux médias. Mais vous êtes loin de comprendre mon quotidien en prison ou ma nouvelle vie. Je suis devenue une prisonnière du fanatisme. Les larmes étaient les seuls compagnons dans la cellule», dit Bibi dans le livre.

Elle décrit le fait d'être enchaînée et de porter un collier de fer que les gardiens de prison pouvaient serrer avec un énorme écrou, précise ucanews.com.

«Au fond de moi, une peur sourde m'emmène vers les profondeurs de l'obscurité. Une peur déchirante qui ne me quittera jamais», dit-elle. «Je suis effrayée par le cri d'une femme. À mort! Les autres femmes renchérissent. Pendue! Pendue!»

Au Pakistan, pays à majorité musulmane, une allégation non fondée d'insulte à l'islam peut mener à un lynchage.

L'acquittement de Bibi a entraîné de violentes manifestations, menées par le chef politico-religieux Khadim Hussain Rizvi, qui ont paralysé le Pakistan.

Dans son livre, Bibi affirme que la minorité chrétienne est toujours persécutée au Pakistan.

«Même avec ma liberté, le climat ne semble pas avoir changé, et les chrétiens peuvent s'attendre à toutes sortes de représailles», dit-elle.

Bien qu'elle soit reconnaissante au Canada de lui avoir donné la sécurité et un nouveau départ, elle craint de ne pouvoir probablement jamais remettre les pieds dans son pays.

«Dans ce pays inconnu, je suis prête pour un nouveau départ, peut-être pour une nouvelle vie. Mais à quel prix?», demande Bibi.

«Mon cœur s'est brisé quand j'ai dû partir sans dire au revoir à mon père ou à d'autres membres de la famille. Le Pakistan est mon pays. J'aime mon pays, mais je suis en exil pour toujours.»

Elle qualifie les lois pakistanaises sur le blasphème d'«épée de Damoclès» suspendue au-dessus de la tête des minorités religieuses.

De 1987 à 2017, au moins 1 500 personnes ont été accusées de blasphème au Pakistan, tandis qu'au moins 75 personnes accusées de blasphème ont été assassinées, selon le Centre pour la justice sociale.

***

 

 

du même auteur

L'exhortation apostolique du pape François sur le synode panamazonien a étonné de nombreux travailleurs d’Église au Brésil, suscitant des réactions variées.
2020-02-14 09:24 || Monde Monde

Brésil: accueil tiède pour l'exhortation du pape

Donald Trump a été le premier président à s'exprimer en personne au cours des 47 ans d'histoire de la Marche pour la vie. Il a parlé pendant environ 10 minutes au début du rassemblement et avant que les participants n'entament leur marche vers la Cour suprême le 24 janvier 2020 à Washington.
2020-01-24 16:05 || Monde Monde

Trump, premier président à la Marche pour la vie

Le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé les nouvelles directives de son administration sur la prière dans les écoles publiques lors d'un événement organisé le 16 janvier dans le Bureau ovale à l'occasion de la Journée nationale de la liberté religieuse.
2020-01-20 11:26 || Monde Monde

États-Unis: Trump à la défense de la prière à l'école

articles récents

Mgr Richard Gagnon, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada estime que le sondage mis en ligne le 13 janvier 2020 est «inapproprié, inadéquat et biaisé».
2020-02-04 14:57 || Canada Canada

Aide médicale à mourir: un sondage qui fait rouscailler la conférence épiscopale

Abderrahim Qaq, imam de la Mosquée de la Capitale, et Boufeldja Benabdallah, actuel président du Centre culturel islamique de Québec.
2020-01-29 23:17 || Québec Québec

Tuerie du 29 janvier: religion et politique s’invitent à table

Gabriel Groulx vient de démissionner de son poste de président du conseil d'administration de la Mutuelle d'assurance en Église.
2020-01-29 10:12 || Québec Québec

Démission du président de la Mutuelle d'assurance en Église