Près de 300 000 répondants à la consultation en ligne

Aide médicale à mourir: un sondage qui fait rouscailler la conférence épiscopale

Mgr Richard Gagnon, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada estime que le sondage mis en ligne le 13 janvier 2020 est «inapproprié, inadéquat et biaisé».
Mgr Richard Gagnon, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada estime que le sondage mis en ligne le 13 janvier 2020 est «inapproprié, inadéquat et biaisé».   (CNS Photo/Paul Haring)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-02-04 14:57 || Canada Canada

Près de 300 000 personnes ont pris le temps de répondre au sondage en ligne préparé par le gouvernement canadien sur les modifications à apporter à la Loi sur l'aide médicale à mourir.

Obtenir une tel résultat, au terme d'une consultation en ligne d'à peine deux semaines, «démontre le degré d’engagement des Canadiens à l’égard de ce dossier extrêmement important», a indiqué le lundi 4 février Rachel Rappaport, la porte-parole du ministre de la Justice David Lametti.

Le cabinet du ministre Lametti a réagi à la lettre qu'avait acheminée trois jours plus tôt Mgr Richard Gagnon, le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), au premier ministre Justin Trudeau. Dans cette missive de quatre pages, l'archevêque de Winnipeg estimait que le sondage mis en ligne le 13 janvier 2020 était «inapproprié, inadéquat et biaisé».

Le 20 janvier, la CECC avait pourtant encouragé les catholiques de tout le Canada à participer à cette consultation en ligne et à «exprimer leur opposition à l'euthanasie et au suicide assisté en indiquant toute inquiétude qu'ils pourraient avoir».

«Même si nous sommes d’accord en principe de consulter les Canadiens  et  Canadiennes, nous nous opposons au questionnaire conçu par le ministère de la Justice», a écrit le 31 janvier Mgr Gagnon dans cette lettre qui a aussi été remise au ministre Lametti.

«Deux semaines ne sauraient suffire pour étudier ce problème et pour apprendre des leçons qui donnent à réfléchir à partir des expériences faites dans d’autres juridictions où la pratique de l’euthanasie et du suicide assisté est soumise à moins de restrictions.»

L'archevêque déplore que «la façon dont le sondage a été conçu amène les Canadiens et Canadiennes à acquiescer tacitement à l’extension de l’euthanasie avant même de pouvoir exprimer leur opposition ou les inquiétudes qu’ils pourraient avoir».

Les évêques catholiques insistent pour que le gouvernement du Canada, «avant d'aller plus loin» dans les changements qu'il souhaite apporter aux critères d’admissibilité et au processus d'obtention de l'aide médicale à mourir, mène «une consultation plus large, approfondie, impartiale et rigoureuse».

Cette étude des «problèmes inhérents à l’euthanasie et au suicide assisté» - l'épiscopat catholique préfère ne pas utiliser l'expression «aide médicale à mourir» - devrait «impliquer des personnes dont  l’expérience offre une perspective différente et présente même des vérités dérangeantes», indique le président de la CECC.

Personnes vulnérables

Les évêques canadiens craignent notamment qu'en élargissant l'accès à l'aide médicale à mourir aux personnes dont «la mort n’est pas raisonnablement prévisible», des personnes vulnérables soient sacrifiées, ont-ils écrit au premier ministre Trudeau.

«L’expérience a montré que les patients et patientes sont plus portés à demander l’euthanasie ou le suicide assisté lorsque leur douleur n’est pas gérée correctement par les soins palliatifs, lorsque leur dépendance d’autres personnes n’est pas suffisamment satisfaite, ou lorsqu’ils sont socialement marginalisés.»

De plus, notent-ils, «les professionnels de la santé, les élus et les décideurs politiques ne doivent pas recourir à l’euthanasie et au suicide assisté pour répondre aux pressions et aux déficiences du système de santé alors qu’une alternative existe déjà, notamment les soins palliatifs».

«Les dangers que nous voyons maintenant au Canada, et ceux que laissent présager certaines expériences ailleurs (notamment l’euthanasie pour la dépression, l’euthanasie des enfants et l’abus des personnes âgées) sont choquants et dérangeants, et n’ont pas de place dans aucune société.»  

Selon la porte-parole du ministre Lametti, le gouvernement «reconnaît que l’aide médicale à mourir est une question complexe et très personnelle». Mais il est tout aussi déterminé «à protéger les personnes vulnérables tout en protégeant les droits que la Charte confère à tous les Canadiens».

«La loi canadienne actuelle sur l’aide médicale à mourir exige un examen parlementaire des dispositions de la loi, ainsi que de l’état des soins palliatifs au Canada, à compter du début de la cinquième année suivant son entrée en vigueur, soit à l’été 2020. Cet examen permettra de poursuivre le débat public sur tous les aspects de l’aide médicale à mourir au Canada», assure enfin l'attachée de presse Rachel Rappaport.

Le cabinet du premier ministre Justin Trudeau n'a pas répondu à notre demande de réaction à la lettre du président de la CECC.

***

 

 

du même auteur

À l'occasion du 8 mars, la Commission de toponymie du Québec a dévoilé une carte interactive intitulée Femmes remarquables du Québec qui met en valeur les noms des lieux qui rappellent le souvenir de cinquante femmes qui ont marqué l'histoire québécoise.
2021-03-08 16:27 || Québec Québec

Femmes et toponymie: les personnalités religieuses dominent le paysage

Dès le lundi 8 mars, les lieux de culte des régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches, de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre-du-Québec peuvent dorénavant accueillir 100 personnes.
2021-03-08 07:31 || Québec Québec

Zone orange: 100 personnes dans un lieu de culte

Un programme de soutien financier a été discrètement mis en place en 2019 par l’archevêque de Sherbrooke pour venir en aide à d’anciens membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ).
2021-03-04 00:00 || Québec Québec

Famille Marie-Jeunesse: aide offerte en échange du silence

articles récents

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte