Saint-Thomas-d'Aquin

Conférence sur l’émergence de politiciens pro-vie: une paroisse de Québec défend une approche «non partisane»

Une trentaine de personnes ont assisté à la conférence de Scott Hayward, cofondateur de RightNow, une organisation qui cherche à favoriser l’émergence de politiciens pro-vie sur la scène politique canadienne, le 28 août 2019 à la paroisse Saint-Thomas-d'Aquin.
Une trentaine de personnes ont assisté à la conférence de Scott Hayward, cofondateur de RightNow, une organisation qui cherche à favoriser l’émergence de politiciens pro-vie sur la scène politique canadienne, le 28 août 2019 à la paroisse Saint-Thomas-d'Aquin.   (Présence/Véronique Demers)
Véronique Demers | Journaliste
Journaliste
2019-08-29 17:37 || Québec Québec

Une trentaine de personnes étaient présentes mercredi soir pour assister à la conférence de Scott Hayward, cofondateur de RightNow, une organisation qui cherche à favoriser l’émergence de politiciens pro-vie sur la scène politique canadienne.

Avec la conférence intitulée Peut-on agir politiquement pour le respect de la vie?, prononcée à la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin de Québec le 28 août, M. Hayward souhaitait aussi mobiliser des bénévoles en vue d'une action politique sur la scène locale.

Dans la petite salle communautaire où avait lieu l'événement, près de la moitié des participants ont signé la carte d’engagement de RightNow. Cela ne les engage pas nécessairement à faire du porte-à-porte, mais à faire des efforts pour sensibiliser leur entourage à l’enjeu de l’avortement.

Depuis sa fondation en 2016, RightNow se targue d’avoir réussi à mobiliser ainsi 32 000 bénévoles à travers le Canada.

Or, il n’y a en ce moment aucun candidat officiellement pro-vie dans la région de Québec qui serait en position de remporter une circonscription lors des élections fédérales du 21 octobre. Qu’à cela ne tienne: Scott Hayward juge néanmoins crucial d’agir sur tous les fronts, puisque lors du scrutin général de 2015, des quatre-vingts membres du parlement se disant pro-vie, à peine la moitié est parvenue à se faire réélire.

«Il se peut que nous n’arrivions pas à trouver un candidat pro-vie dans la région de Québec, mais il y aura une autre élection», a-t-il philosophé. «Notre objectif cette année est de remplacer cinquante candidats pro-avortement par cinquante candidats pro-vie.»

RightNow entend soutenir l’émergence de candidats en faveur de nouvelles législations sur l’avortement au Canada, peu importe leur parti.

«Notre objectif est d’aider le mouvement pro-vie à obtenir un succès politique, et il n’est pas réaliste de penser que les 170 membres du gouvernement pro-vie dont nous avons besoin au parlement puissent venir du même parti politique», a-t-il déclaré.

Bien qu’il reconnaisse que d’autres enjeux entrent en ligne de compte lors d’une élection, «la protection de la vie du garçon, de la fille dans le ventre de la mère est l’enjeu le plus fondamental», a martelé M. Hayward.

«On prévoit un vaste plan d’action. Avec un budget accru, on a l’intention dans la prochaine année d’embaucher deux personnes, dont un représentant bilingue au Québec», a souligné M. Hayward, qui donnait sa conférence uniquement en anglais mercredi soir.

Soirée non partisane

D’entrée de jeu, un paroissien engagé à Saint-Thomas d’Aquin, Simon Lessard, a tôt fait de rappeler, en présentant Scott Hayward, qu’il ne s’agissait pas d’une conférence partisane, mais que l’implication des laïcs chrétiens en politique était importante.

«Selon les principes de la doctrine sociale de l’Église, c’est un devoir pour tout chrétien de défendre le bien commun», a-t-il avancé. «Le respect de la vie n’est pas seulement de s’opposer à l’avortement, mais de promouvoir la vie de diverses manières, et de dénoncer entre autres les crimes de guerre, les homicides, la peine de mort, etc.»

Le père Martin Lagacé, l’un des prêtres de la paroisse Saint-Thomas d’Aquin, est d’avis qu’il n’y a pas de culture pro-vie à Québec, ni de manifestation en ce sens. «On est en train de parcourir un chemin inexploré. On est dans un coma spirituel. Cet événement peut réveiller des consciences dormantes», croit-il.

Enjeu radical

C’était la première fois que la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin organisait un événement à connotation politique.

«Ce n’est bien sûr pas le rôle d’une paroisse d’appuyer un parti politique en particulier, mais la promotion de la vie est un enjeu radical. On doit y réfléchir pour faire ensuite bouger les choses», a poursuivi le père Lagacé.

Invités plus tôt cette semaine à commenter la tenue d’un tel événement dans leur paroisse, les prêtres de Saint-Thomas-d’Aquin ont expliqué leur silence en disant qu’ils étaient en congé.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Le curé de la paroisse de la Bienheureuse-Dina-Bélanger, Gérard Busque, responsable de l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre 2019, désapprouve l’avis d’intention de classement pour que le bâtiment devienne bien patrimonial.
2020-05-30 12:16 || Québec Québec

Avis d’intention de classement pour l'église du Très-Saint-Sacrement

Un groupe de Québec s’active pour donner une vocation communautaire et socioculturelle à l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre dernier.
2020-05-05 17:52 || Québec Québec

Un groupe espère toujours sauver l’église du Très-Saint-Sacrement

La pandémie de COVID-19 oblige les familles à vivre le ramadan autrement cette année.
2020-05-01 15:41 || Canada Canada

La pandémie oblige les familles à vivre le ramadan autrement

articles récents

«La planification du déconfinement des lieux de culte du Québec est enfin amorcée», écrit l’AECQ dans un communiqué daté du 29 mai.
2020-05-29 16:00 || Québec Québec

Réouverture des lieux de culte: une question de «semaines»

Des ouvriers respectent des mesures sanitaires à Port-au-Prince, en Haïti, le 21 avril 2020.
2020-05-03 12:00 || Monde Monde

Solidarité internationale: les défis d'un virus sans frontières

La conférence des évêques italiens a accusé le gouvernement d'avoir adopté des plans pour assouplir les règles de confinement du pays d'une manière qui «exclut arbitrairement» la possibilité de célébrer la messe «avec le peuple».
2020-04-27 14:55 || Monde Monde

Les évêques italiens talonnent le gouvernement pour la reprise des messes