Nicaragua

Décès du père Ernesto Cardenal, poète et révolutionnaire

Le père Ernesto Cardenal, poète et révolutionnaire nicaraguayen dont l'œuvre politique lui a valu une admonestation publique de la part de Jean-Paul II, est mort le 1er mars dans la capitale nicaraguayenne de Managua. Il avait 95 ans.
Le père Ernesto Cardenal, poète et révolutionnaire nicaraguayen dont l'œuvre politique lui a valu une admonestation publique de la part de Jean-Paul II, est mort le 1er mars dans la capitale nicaraguayenne de Managua. Il avait 95 ans.   (CNS photo/Oswaldo Rivas, Reuters)
2020-03-03 16:40 || Monde Monde

Le père Ernesto Cardenal, poète et révolutionnaire nicaraguayen dont l'œuvre politique lui a valu une admonestation publique de la part de Jean-Paul II, est mort le 1er mars dans la capitale nicaraguayenne de Managua. Il avait 95 ans.

«Il a trouvé, contemplé et aimé le Christ dans les merveilles du cosmos, qu'il a célébré dans son art, et dans les gens qui ont besoin de compassion et de libération», a déclaré le père jésuite Joseph Mulligan, qui travaille au Nicaragua. «On se souvient de lui et on le célèbre comme d'une personne aimable, humble et quelque peu timide, dont l'amour pour son peuple l'a inspiré à participer à l'insurrection menée par les sandinistes contre la dictature de Somoza.»

Le père Cardenal était un critique des sandinistes sous le régime de plus en plus corrompu et tyrannique de l'actuel président Daniel Ortega et a souffert de persécutions pour son opposition, a déclaré une connaissance et d'autres personnes au Nicaragua interrogées par l’agence Catholic News Service. Le prêtre a quitté les Sandinistes en 1994 parce qu'il a déclaré que le parti ne permettrait pas aux voix modérées de se faire entendre.

Le père Cardenal «n'était pas très actif, mais il s'était séparé du gouvernement et disait qu'il se sentait persécuté ... et ne pouvait pas dire grand-chose», a déclaré le père Carlos Avilez, porte-parole de la conférence des évêques du Nicaragua.

Pour sa part, le gouvernement Ortega a ordonné trois jours de deuil pour le père Cardenal, dont les médias nicaraguayens ont rapporté qu'il souffrait de problèmes respiratoires et était mort d'une insuffisance cardiaque.

«Nous reconnaissons sa contribution à la lutte du peuple nicaraguayen», a indiqué une déclaration signée par Ortega et son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo. «Nous reconnaissons également ses mérites culturels, artistiques et littéraires et son extraordinaire poésie, dans laquelle il a toujours su louer Dieu, au ciel, sur terre et en tout lieu.»

Le père Cardenal – célèbre pour sa poésie, ses cheveux blancs, sa barbe et son béret noir – est né dans une riche famille nicaraguayenne, mais il a gravité vers la théologie de la libération, ainsi que vers la pensée et les activités révolutionnaires. Il a participé à une tentative infructueuse d'éviction du dictateur Anastasio Somoza en 1954 et a ensuite rejoint les sandinistes, qui ont pris le pouvoir en 1979.

Le père Cardenal a rejoint le gouvernement sandiniste en tant que ministre de la culture, avec trois autres prêtres – dont son frère – qui ont assumé des fonctions politiques. Sa participation politique s'est cependant révélée controversée pour certains dans la hiérarchie de l'Église, y compris le pape.

Le père Cardenal est allé saluer Jean-Paul II lors de la visite du pape en Amérique centrale en 1983.

Mais la salutation, prise sur une célèbre photo du pape agitant son doigt sur le père cardenal agenouillé, est devenue un avertissement pour le prêtre de «s'occuper de son évêque», selon des témoins. L'autorisation du père Cardenal de célébrer les sacrements a été suspendue par la suite, bien qu'elle ait été rétablie avant sa mort.

«Il m'a semblé très privé, timide, intensément contemplatif et attentif à tout ce qui se passe dans le monde autour de lui», a déclaré John Mooney, un ancien prêtre jésuite qui connaissait le père Cardenal depuis 2006 et était membre d'une petite communauté eucharistique avec lui à l'Université centraméricaine de Managua, gérée par les jésuites.

«Dans ses commentaires lors des réflexions partagées, il a continué à croire fermement en une authentique révolution sociale. Il a toujours parlé avec force contre l'impérialisme – notamment aux États-Unis – et les excès du capitalisme occidental contemporain», a déclaré M. Mooney.

Le père Cardenal a étudié la littérature au Nicaragua et à l'université de Columbia dans les années 1950, selon un article du New York Times. Il s'est ensuite inscrit à des études de séminaire dans un monastère trappiste du Kentucky et a été ordonné à son retour au Nicaragua.

Il a promu la théologie de la libération et a embrassé le marxisme. «Le Christ m'a conduit à Marx», a-t-il déclaré dans une interview en 1984.

Sa poésie était éclectique et abordait des sujets allant de la science à l'Écriture, en passant par Marilyn Monroe.

L'évêque auxiliaire de Managua, Silvio Jose Baez, s'est souvenu du père Cardenal dans un tweet qui disait : «(Il) peut maintenant chanter son psaume 15 devant Dieu: "Il n'y a pas de joie pour moi en dehors de toi! Je ne vénère ni les stars de cinéma ni les dirigeants politiques, et je ne vénère pas les dictateurs.»

David Agren

***

 

 

du même auteur

Deux explosions sont survenues le 4 août au port de Beyrouth.
2020-08-05 11:43 || Monde Monde

Explosion de Beyrouth, une couche de plus à la misère

Le père Michael McGivney, fondateur des Chevaliers de Colomb, sera béatifié au cours d'une messe spéciale le 31 octobre à la cathédrale Saint-Joseph de Hartford, au Connecticut.
2020-08-03 10:45 || Monde Monde

Le fondateur des Chevaliers de Colomb sera béatifié le 31 octobre

Un migrant se fait contrôler à Valletta, à Malte, le 27 juillet 2020. Le supérieur général des jésuites, le père Arturo Sosa, croit que la pandémie peut menacer la démocratie et la justice.
2020-08-03 10:25 || Vatican Vatican

La pandémie menace la démocratie, croit le supérieur des jésuites

articles récents

En pleine crise sanitaire, sociale et économique, Donald Trump et son adversaire démocrate se livrent déjà la bataille sur le terrain religieux afin de gagner le vote d’une portion de la population qui pourrait déterminer l’issue de l’élection présidentielle de novembre: les fidèles religieux.
2020-08-03 15:39 || Monde Monde

États-Unis: religion instrumentalisée pour période troublée

Un migrant se fait contrôler à Valletta, à Malte, le 27 juillet 2020. Le supérieur général des jésuites, le père Arturo Sosa, croit que la pandémie peut menacer la démocratie et la justice.
2020-08-03 10:25 || Vatican Vatican

La pandémie menace la démocratie, croit le supérieur des jésuites

En fin de matinée, la Table interreligieuse de concertation a devancé le gouvernement du Québec en émettant un communiqué dans lequel ses membres se «réjouissent» de l’annonce attendue pour le début d’après-midi le 17 juin.
2020-06-17 11:34 || Québec Québec

Réouverture des lieux de culte au Québec