Canada

Des protestants évangéliques déplorent la fermeture du Bureau de la liberté de religion

Détail du parlement canadien.
Détail du parlement canadien.   (Pixabay)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-04-13 14:28 || Canada Canada

Des groupes de protestants-évangéliques dénoncent la fermeture du Bureau de la liberté de religion.

L'Association d'Églises Baptistes Évangéliques au Québec (AEBEQ), l'Association des Églises Protestantes-Évangéliques La Bible Parle du Canada (AEPEBPC) et la première Église Arménienne de Montréal s'unissent pour dénoncer la décision du gouvernement fédéral de ne pas renouveler le mandat du Bureau de la liberté de religion instauré par le gouvernement conservateur de Stephen Harper en 2013.

Ces groupes, qui représentent environ 10 000 personnes au Québec, estiment que l'intégration de la liberté de religion dans l'ensemble des droits de l'homme marginalise la liberté de religion.

Selon le porte-parole de l'AEBEQ, Louis Bourque, les minorités religieuses «ont besoin d'un ambassadeur pour parler en leur faveur et contribuer à leur redonner une dignité».

L'AEBEQ estime par ailleurs que la fermeture du Bureau de la liberté de religion est un choix idéologique et la qualifie de recul social.

Au cours des dernières semaines, le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a réaffirmé son attachement à la liberté de religion mais a rejeté l’idée de voir la défense des droits humains morcelée. Il a laissé entendre qu’une défense globale de ces droits est préférable, sans pour autant préciser comment il entendait désormais articuler les questions relatives aux libertés religieuses avec l’ensemble des droits humains.

Le mandat de l'ambassadeur de ce bureau, Andrew Bennett, n'as pas été renouvelé. Les fonds alloués au bureau sont quant à eux épuisés depuis la fin du mois de mars. L'ambassadeur Bennett est demeuré discret dans cette affaire. Son dernier gazouilli sur Twitter remonte au 7 mars. Le 23 mars, il devait donner une conférence intitulée «Un Bureau de la liberté de religion au Canada, pourquoi faire?» à l'Université Saint-Paul, à Ottawa, mais ne s'est jamais présenté. Nommé à la tête du bureau le 19 février 2013, il en a été l'unique ambassadeur.

Des représentants de diverses religions au Canada, dont des juifs, des musulmans, des sikhs et des catholiques, ont pris la parole depuis le début de l’année pour inciter le gouvernement à prolonger la mission du Bureau.

 

du même auteur

«Le célibat a son sens, mais sans formation, qui va le vivre? demande Marie-Paul Ross, une religieuse sexologue.
2020-01-16 12:26 || Monde Monde

Célibat: «Finalement, on défend quoi?», demande une religieuse sexologue

Le philosophe Louis-André Richard met en garde contre les dangers qui guetteraient une société qui ne parviendrait pas à tenir compte de sa culture religieuse.
2020-01-10 15:33 || Québec Québec

La société doit savoir tenir compte de sa culture religieuse, soutient un philosophe

Photo prise lors d'une vigile à Paris le 8 janvier 2015 après l'attentat contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo.
2020-01-07 11:30 || Québec Québec || Aucun commentaire

Le religieux, marqueur incontournable de l'actualité des dernières années

articles récents

Donald Trump a été le premier président à s'exprimer en personne au cours des 47 ans d'histoire de la Marche pour la vie. Il a parlé pendant environ 10 minutes au début du rassemblement et avant que les participants n'entament leur marche vers la Cour suprême le 24 janvier 2020 à Washington.
2020-01-24 16:05 || Monde Monde

Trump, premier président à la Marche pour la vie

Le pape salue l'ambassadeur de l'Iran près le Saint-Siège, Seyed Taha Hashemi, le 9 janvier 2020 au Vatican.
2020-01-09 17:26 || Vatican Vatican

Malgré le spectre d'un conflit, le monde ne doit pas perdre espoir, dit le pape aux diplomates

Des citoyennes libanaises manifestent à Nabatieh le 24 octobre 2019.
2019-10-24 17:36 || Monde Monde

Au Liban, les dirigeants religieux se rangent derrière le peuple