Déclaration

Élections: la Conférence religieuse canadienne attire l'attention sur les sujets mal-aimés

Alain Ambeault, directeur général de la Conférence religieuse canadienne.
Alain Ambeault, directeur général de la Conférence religieuse canadienne.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-10-11 13:36 || Canada Canada

À dix jours du scrutin du 21 octobre 2019, la Conférence religieuse canadienne (CRC) déplore que certains sujets aient été trop peu discutés par les différents candidats et candidates.

L'association nationale invite les aspirants députés et leurs chefs «à proposer un projet de société juste et équitable et à éviter toute attaque personnelle qui au final détourne l’attention des véritables enjeux de cette élection».

Un de ces sujets, c'est l'immigration, précise la déclaration émise le vendredi 11 octobre par la CRC, le regroupement des responsables de quelque 250 congrégations de religieuses et de religieux.

«Que ce soit à cause des changements climatiques ou des conflits, notre monde connaît des phénomènes migratoires majeurs qui influencent la réalité canadienne. Nous devons agir face à la souffrance et à la pauvreté des réfugiés et des migrants», indique la déclaration de deux pages.

Chaque fois qu'il a été question d'immigration durant la présente campagne électorale, «on en a parlé surtout en termes pratiques», observe Alain Ambeault, le directeur général de la CRC. La question que les électeurs entendent le plus, c'est celle-ci: «Combien ça coûte?»

«L'immigration, faut-il le rappeler, est à la base même de notre pays. Et c'est aussi au cœur de nos valeurs. On aurait avantage à élargir le débat, comme on le dit dans notre déclaration, aux notions d'accueil et de justice», ajoute le père Ambeault.

Il observe que d'autres sujets n’ont guère occupé plus de temps durant les débats télévisés auxquels ont participé les chefs des différents partis politiques. C'est le cas de l'aide internationale. «C'est pourtant un sujet important, non?», lance-t-il.

«Quant à la traite humaine, on n'en entend jamais parler. Tout comme la vente d'armes canadiennes ou la crise actuelle en Haïti. Personne ne parle de cela. On trouve que, dans une campagne électorale saine, ces enjeux devraient avoir leur place», ajoute le directeur général de la CRC.

L'élection probable d'un gouvernement minoritaire semble modifier les tactiques des stratèges des partis politiques. «On verse facilement dans des attaques personnelles au détriment d'une discussion sur des thèmes importants», dit le religieux, membre des Clercs de Saint-Viateur.

Les membres de la CRC expriment leur reconnaissance à chacun des candidats et des candidates. Ils leur demandent toutefois, le soir du 21 octobre, «d'accepter le verdict populaire avec humilité et sérénité, et œuvrer avec détermination pour le service public».

La déclaration de la CRC comporte aussi un conseil pour ceux et celles qui seront élus.

«Au moment de préparer et voter des projets de loi, que nos élus de 2019 puissent œuvrer pour le bonheur de tous les Canadiens et Canadiennes, plus spécialement celles et ceux qui sont laissés-pour-compte par notre système.»

***

 

 

du même auteur

Un programme de soutien financier a été discrètement mis en place en 2019 par l’archevêque de Sherbrooke pour venir en aide à d’anciens membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ).
2021-03-04 00:00 || Québec Québec

Famille Marie-Jeunesse: aide offerte en échange du silence

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

articles récents

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte