Pensionnats autochtones

Excuses du pape : les députés débattront d'une nouvelle motion

Un homme pleure lors du début des travaux de la Commission de vérité et réconciliation à Inuvik (TNO) en 2011.
Un homme pleure lors du début des travaux de la Commission de vérité et réconciliation à Inuvik (TNO) en 2011.   (CNS photo/ Michael Swan, The Catholic Register)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-04-24 10:50 || Canada Canada

«Il est essentiel que le pape François réponde aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation», a déclaré le député néodémocrate Charlie Angus (Timmins-Baie James) dès le début du point de presse qu'il a tenu lundi à Ottawa.

Le député a annoncé que le Nouveau Parti démocratique va soumettre, le jeudi 26 avril, une motion qui demandera directement au chef de l'Église catholique de «présenter des excuses papales officielles pour le rôle qu'a joué l'Église catholique canadienne dans la mise en place, les opérations et les sévices des pensionnats autochtones».

Cette motion sera débattue à la Chambre des communes et chaque député sera appelé à voter sur la proposition.

La semaine dernière, une motion semblable, présentée aussi par le député Angus, n'avait pas obtenu l'assentiment de la Chambre, le député conservateur Garnett Genuis (Sherwood Park-Fort Saskatchewan) ayant fait connaître son opposition à son adoption à l'unanimité.

La nouvelle motion soumise aux députés reprend l'ensemble des éléments présentés la semaine dernière mais on y a enlevé toute référence à la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC).

La Chambre des communes ne demande donc plus à la CECC d'inviter le pape au Canada. Elle souhaite plutôt que le gouvernement demande directement au pape François de cheminer sur la route de la réconciliation avec les peuples autochtones «en répondant à l’appel à l’action numéro 58 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation et de présenter des excuses papales officielles».

En désaccord avec la CECC

Le jour même où le député Charlie Angus a présenté sa première motion, deux dirigeants de la CECC ont répété, en conférence de presse, que l’organisme «n’a jamais été impliqué dans le fonctionnement des pensionnats autochtones». Par ailleurs, «les évêques du Canada, par le biais de la CECC, ont plusieurs fois exprimé leurs regrets et leur remords pour la participation de divers catholiques aux anciens pensionnats», a déclaré Mgr Lionel Gendron, le président de la conférence épiscopale.

«Les évêques sont venus au Parlement pour faire dérailler nos efforts. Les conservateurs ont utilisé des tactiques pour retarder cette motion. Mais la justice prévaudra pour les survivants des pensionnats», avait déclaré Charlie Angus après le rejet de la motion.

«J'ai grandi dans cette Église. J'y ai appris l’importance de la justice. Mais ces dirigeants étaient seulement intéressés à réduire leurs responsabilités et à réécrire l'histoire de ces abus institutionnels horribles», a-t-il ajouté.

 

du même auteur

Les missionnaires oblats du Québec et de l'Est du Canada révèlent qu'une séance de négociation afin d'en arriver au règlement d'un recours collectif contre leur communauté s'est déroulée au début du mois de décembre.
2018-12-18 16:29 || Québec Québec

Oblats et abus: début des négociations à La Romaine

L'évêque de Saint-Jean-Longueuil, Mgr Lionel Gendron, est le président de la conférence épsicopale canadienne.
2018-12-17 14:03 || Canada Canada

Développement et Paix obtient l'appui de la CECC pour le carême

Guy Guindon est le 30e recteur de l'histoire du Grand Séminaire de Montréal.
2018-12-13 17:25 || Québec Québec

«'Es-tu un pédophile?': les séminaristes en ont ras-le-bol»

articles récents

Le prochain formulaire du programme Emplois d'été Canada ne contiendra plus la clause qu'un grand nombre de groupes confessionnels ont refusé de cocher l'année dernière.
2018-12-07 11:03 || Canada Canada

Emplois d'été Canada: la clause controversée est retirée

Une fillette devant un abri de fortune au Cachemire, en Inde, en 2015.
2018-11-29 16:35 || Monde Monde

L'ultranationalisme, une menace pour la liberté religieuse selon l'AED

Dans une déclaration acheminée à tous ses membres, la Ligue des femmes catholiques du Canada (Catholic Women’s League of Canada - CWL) demande à ce que les membres de l'organisme ne recueillent plus aucune somme pour Développement et Paix.
2018-11-26 13:07 || Canada Canada

La Catholic Women’s League largue Développement et Paix