Aide fédérale pour les communautés à risque

L'antisémitisme, un barème de la radicalisation

Richard Marceau.
Richard Marceau.   (Courtoisie)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-12-05 10:19 || Canada Canada

Le 28 novembre, Sécurité publique Canada a annoncé la reconduction et l’amélioration du Programme de financement des projets d’infrastructure de sécurité pour les collectivités à risque (PFPIS) qui aide les lieux de culte et les centres communautaires à se protéger contre les crimes haineux. Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA), un des organismes concernés par ce programme, est particulièrement heureux de cette annonce, même s’il émet une réserve importante à son sujet.

«Les crimes antisémites sont comme le canari dans la mine: l’antisémitisme est un excellent indicateur de la présence d’un problème de radicalisation au sein de la société ou d’une organisation», souligne Richard Marceau, avocat-conseil et conseiller politique principal du Centre consultatif des relations juives et israéliennes.

Dans une entrevue accordée à Présence, il se dit très heureux de constater que le Programme de financement des projets d’infrastructure de sécurité soit reconduit. «Il y a eu des améliorations par rapport au précédent programme. Le délai de traitement des demandes a été réduit. Il est plus facile pour les demandeurs de remplir les formulaires.»

Des réserves

Cependant, le CIJA émet une réserve quant à l’obligation pour les demandeurs de défrayer 50 % des coûts de la mise sur pied d’un système de sécurité. «Nous avons demandé au ministère de diminuer la participation financière des synagogues ou des groupes communautaires. Nous n’avons pas réussi à le convaincre. Tous ne possèdent pas les ressources financières pour répondre à ce critère économique», précise Richard Marceau.

Par ailleurs, l’existence d’un tel programme l’attriste. «Dans notre pays, la haine est plutôt marginale. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’elle n’existe pas. C’est avec une certaine tristesse que je constate que nous avons besoin d’un tel programme. Pour les principales fêtes dont Roch Hachana (le Nouvel An juif) et le Yom Kippour (le jour du grand pardon), nous sommes obligés d’avoir une présence policière payée par la synagogue pour assurer la sécurité.»

Selon les dernières données de Statistique Canada, en 2013 la communauté juive a été la cible de 181 crimes haineux rapportés, soit 55 par 100 000 habitants. «Cela fait des juifs le groupe minoritaire le plus visé au Canada. De plus, comme ce sont souvent des sites communautaires, comme les synagogues et les centres, les impacts de ces attaques sont ressentis à travers l'ensemble de la communauté», souligne Richard Marceau.

Effet Trump?

Conscient que ce programme ne peut à lui seul régler le problème des crimes haineux, le CIJA est engagé dans le dialogue interculturel et interreligieux. «Nous allons dans les écoles pour sensibiliser les jeunes. Nous dialoguons avec l’Église catholique et différentes communautés musulmanes. Prochainement, nous allons annoncer officiellement nos relations avec les chrétiens évangéliques.»

Bien que des vagues d’actes antisémites comme celle dont ont été victimes trois synagogues et un centre communautaire juif d’Ottawa surviennent épisodiquement, Richard Marceau croit «que dans l’ensemble, les relations avec les autres communautés sont très bonnes».

Il ne croit pas que les crimes haineux survenus à Ottawa soient une conséquence de l’élection de Donald Trump. «Il y a une certaine parole qui s’est libérée suite à l’élection de Trump à la tête des États-Unis. Est-ce qu’elle a provoqué la vague d’attentats dans la capitale nationale? Les forces policières disent que non.»

 

du même auteur

Situé sur la rue Hochelaga dans le quartier Mercier-Est à Montréal, le bric-à-brac Dieu l’a fait encore! a été mis en place par le pasteur Pierre.
2020-01-22 12:06 || Québec Québec

Le bric-à-brac du pasteur Pierre

Sonia Sarah Lipsyc, docteure en sociologie, chargée de cours à l’Université de Montréal et rédactrice en chef de la revue La Voix Sépharade, veut faire connaître les résistances religieuses et spirituelles des juifs pendant la Shoah.
2019-12-19 15:11 || Québec Québec

La résistance spirituelle et religieuse durant la Shoah

Un homme à la solide carrure, Danny, était présent au brunch. Il souhaite pouvoir s'impliquer à son tour pour aider les itinérants un jour.
2019-12-11 11:16 || Québec Québec

Un premier brunch de Noël pour Notre-Dame-de-la-rue

articles récents

Une manifestation de solidarité avec la Première Nation des Wet'suwet'en à Toronto le 15 février 2020.
2020-02-20 19:05 || Canada Canada

Wet'suwet'en: des leaders chrétiens réclament un règlement pacifique

Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, le 14 janvier 2020 à Madrid.
2020-02-17 17:16 || Monde Monde

Les évêques d'Espagne et du Portugal s'opposent à l'euthanasie

Asia Bibi, la femme catholique acquittée de blasphème après avoir passé huit ans dans le couloir de la mort au Pakistan, se décrit comme «une prisonnière du fanatisme» dans son autobiographie récemment publiée. Sur cette photo de 2018, sa famille rencontrait le pape François au Vatican.
2020-02-04 16:58 || Monde Monde

«Je suis devenue une prisonnière du fanatisme» - Asia Bibi