Audiences sur le projet de loi 21

Laïcité: aucun groupe religieux invité en commission parlementaire

Aucun groupe en provenance d'Églises chrétiennes ou des grandes religions n'a été invité à participer aux audiences publiques sur le projet de loi.
Aucun groupe en provenance d'Églises chrétiennes ou des grandes religions n'a été invité à participer aux audiences publiques sur le projet de loi.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-04-24 12:41 || Québec Québec

Quand il a consulté la liste des groupes invités par le gouvernement caquiste à commenter en commission parlementaire le projet de loi 21, le secrétaire général de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec a rapidement constaté qu'on avait omis d'y convier des acteurs importants, pourtant directement visés par les dispositions de la future Loi sur la laïcité de l'État.

«Ma réaction en a été une d'étonnement. Pas tant parce que l'Assemblée des évêques n'a pas été invitée. Mais parce que je constate, comme tout le monde, qu'il n'y a pas de groupes religieux» dans la liste de 36 groupes et individus établie par le gouvernement du Québec, lance Mgr Pierre Murray.

Rendu public en fin d'après-midi le jeudi 18 avril, quelques heures avant que ne débutent le congé de Pâques, l'horaire détaillé des audiences prévoit six journées de consultations particulières et d'auditions publiques.

Regroupements professionnels

Le mardi 7 mai, pas moins de sept groupes et institutions sont attendus, dont le Collectif citoyen pour l'égalité et la laïcité, l'Association des Nord-Africains pour la laïcité et la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Les mercredi 8 mai et jeudi 9 mai, les parlementaires entendront des responsables de regroupements professionnels comme l'Association des directeurs de police du Québec, la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec et la Fédération des commissions scolaires du Québec.

La semaine suivante, les 14, 15 et 16 mai, des groupes comme le Mouvement laïque québécois, le Syndicat des agents de protection de la faune du Québec, la Fédération des femmes du Québec et la Ligue des droits et libertés présenteront leurs mémoires aux parlementaires.

Bien que le projet de loi 21 s'intéresse tout particulièrement aux symboles religieux portés notamment par des juifs, des chrétiens, des sikhs et des musulmans, aucun groupe en provenance d'Églises chrétiennes ou des grandes religions n'a été invité à participer aux audiences publiques sur le projet de loi.

«Que dirait-on si le gouvernement faisait une loi qui touche toute l'industrie de la construction et qu'il n'invitait pas les associations patronales et syndicales de ce milieu en commission parlementaire?», demande Mgr Murray.

«Doit-on comprendre qu'on ne veut pas entendre les citoyens intéressés?», lance le secrétaire général de l'AECQ.

Conseil des rabbins de Montréal

«Est-ce une véritable consultation si on omet les individus et les groupes les plus touchés?», demande pour sa part la rabbin Lisa Grushcow.

L'absence de groupes religieux dans la liste dévoilée par le gouvernement du Québec «est frappante» et déçoit celle qui dirige la synagogue Emanu-El-Beth Sholom de Montréal. «La seule explication que je peux imaginer est que ceux et celles qui ont présenté ce projet de loi supposent savoir déjà ce que pensent et croient les religieux.»

«Mais n'est-il pas préférable de discuter avec nous des vêtements religieux que nous portons? Ne veulent-ils pas savoir si nous pensons que cela affectera notre travail dans la société? Ne veulent-ils pas entendre des citoyens dont les aspirations seront entravées par cette loi?», demande encore la rabbin Grushcow.

«Je suis une féministe. Je suis une fervente partisane de l'égalité entre les sexes et d'un État qui n'impose pas de religion à ses citoyens», ajoute-t-elle. «Mais je porte aussi une kippa dans le cadre de ma pratique religieuse. Si je devais enseigner dans des écoles ou être avocate dans une affaire gouvernementale, pourquoi cela serait-il un problème?»

Ce sont là des questions que la rabbin Grushcow aurait bien aimé poser aux parlementaires québécois s'ils avaient invité le Conseil des rabbins de Montréal, dont elle est la coprésidente, à témoigner devant eux.

«Je crois à cette notion de vivre ensemble. Mais je constate que ce projet de loi et que cette consultation ne vont que nuire à l'ensemble de notre société», dit-elle. «On crée un problème là où il n'y en a pas.»

Coalition inclusion Québec

Le jeudi 16 mai, les députés qui étudient le projet de loi 21 vont rencontrer les représentants d'un tout nouvel organisme appelé Coalition inclusion Québec. C'est Diane Rollert, pasteure de l'Église unitarienne de Montréal, qui est la coordonnatrice de cette coalition née au mois de mars.

«Nous avons été très déçus lorsque nous avons vu la liste de la commission parlementaire. C'est une surprise de constater qu'il n'y aura pas de représentation religieuse, sauf nous qui regroupons des gens religieux mais aussi des non-religieux», dit la révérende Rollert, qui est aussi présidente du Dialogue judéo-chrétien de Montréal.

«Franchement, c'est inacceptable qu'aucun groupe représentatif des communautés culturelles et religieuses n'ait été invité. Et je pense particulièrement aux communautés dont les droits seront limités par ce projet de loi. C'est très décevant.»

Liste des groupes et individus invités à s'exprimer

Pour les droits des femmes du Québec
Djemila Benhabib et Louise Mailloux, Collectif citoyen pour l'égalité et la laïcité
Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec
Leila Lesbet, Association des Nord-Africains pour la laïcité
Mouvement national des Québécoises et Québécois
Barreau du Québec
Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Nadia El-Mabrouk
Ligue d'action nationale
Gérard Bouchard
Association des directeurs de police du Québec
Fédération des policiers et policières municipaux du Québec
Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec
Me Julie Latour, Juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État
Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec
Ville de Montréal
Fraternité des policiers et policières de Montréal
Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement
Fédération des commissions scolaires du Québec
Charles Taylor
Jocelyn Maclure
Guy Rocher
Union des municipalités du Québec
Fédération québécoise des municipalités
Syndicat des agents de protection de la faune du Québec
Fédération autonome de l'enseignement
Association des commissions scolaires anglophones du Québec
Mouvement laïque québécois
Confédération des syndicats nationaux
Centrale des syndicats du Québec
Pierre Bosset
Les avocats et notaires de l'État québécois
Fédération des femmes du Québec
Coalition inclusion Québec
Ligue des droits et libertés
Fatima Houda-Pepin

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La religieuse Lucille Côté, une des responsables de la vente de samedi et de dimanche à la maison mère des Sœurs de Sainte-Anne.
2019-05-16 19:55 || Québec Québec

Vente d'objets appartenant aux Sœurs de Sainte-Anne

En interdisant «aux personnes travaillant dans la santé et l’éducation de porter les signes et les vêtements qui manifestent leur appartenance religieuse», le projet de loi 21 va beaucoup trop loin, estiment quarante supérieurs de congrégations religieuses québécoises.
2019-05-16 15:32 || Québec Québec

40 congrégations religieuses s'opposent au projet de loi 21

En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.
2019-05-16 10:50 || Québec Québec

Les séminaristes quitteront le Grand Séminaire de Montréal

articles récents

En interdisant «aux personnes travaillant dans la santé et l’éducation de porter les signes et les vêtements qui manifestent leur appartenance religieuse», le projet de loi 21 va beaucoup trop loin, estiment quarante supérieurs de congrégations religieuses québécoises.
2019-05-16 15:32 || Québec Québec

40 congrégations religieuses s'opposent au projet de loi 21

Selon l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, la neutralité de l'État devrait plutôt «signifier une ouverture et une bienveillance devant le fait religieux et la diversité de croyances».
2019-05-16 07:42 || Québec Québec

L'archevêque de Montréal craint un recul des libertés individuelles

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) a été ajouté à la liste des groupes et personnes qui prendront part aux consultations particulières et auditions publiques de la Commission des institutions sur le projet de loi 21.
2019-05-06 11:15 || Québec Québec

Laïcité: au moins un groupe religieux finalement invité à s’exprimer