«Monsieur», «madame»

Le cardinal Lacroix désapprouve la directive de Service Canada

«La politesse élémentaire peut s'exercer autrement qu'en effaçant les différences entre les femmes et les hommes et les notions fondamentales de mère et de père», a écrit le cardinal Gérald Lacroix sur Facebook.
«La politesse élémentaire peut s'exercer autrement qu'en effaçant les différences entre les femmes et les hommes et les notions fondamentales de mère et de père», a écrit le cardinal Gérald Lacroix sur Facebook.   (CNS Photo/Paul Haring)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-03-22 07:47 || Canada Canada

Le personnel de Service Canada pourra continuer d'utiliser les mots «monsieur» et «madame» lorsqu'il s'adressera à des citoyens, s'est ravisé hier le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos.

Mercredi, cette directive de Service Canada qui demandait aux fonctionnaires de ne plus employer ces termes lors d’une première interaction avec un client a suscité beaucoup de commentaires au pays.

Une «vive réaction populaire très saine», estime le cardinal Gérald Lacroix, archevêque de Québec. Sur sa page Facebook, le cardinal a contesté cette directive gouvernementale.

«La politesse élémentaire peut s'exercer autrement qu'en effaçant les différences entre les femmes et les hommes et les notions fondamentales de mère et de père», a-t-il écrit.

«Pensons-y un peu... faudra-t-il aussi rayer de notre vocabulaire fils, fille, cousin, cousine, grand-père, grand-mère? Franchement!», s'est exclamé le cardinal.

Pour l'archevêque de Québec, «les mots qui nous définissent révèlent aussi les liens qui nous unissent et expriment le fait que nous sommes des êtres de relations».

Deuxième fois

C'est la deuxième fois au cours du mois de mars que le cardinal Lacroix critique, dans sa page Facebook, des décisions du gouvernement fédéral.

Le vendredi 2 mars, il a réagi au débat tenu la veille à la Chambre des communes sur le programme Emplois d'été Canada. Il révélait alors que des paroisses de l'archidiocèse de Québec ont vu leur demande de financement être rejetée parce qu'elles avaient refusé de cocher une attestation sur le respect des droits de la personne. Depuis son introduction en décembre 2017, cette clause d'admissibilité est contestée plusieurs organismes religieux parce que les documents officiels indiquent que les «droits reproductifs et sexuels» des femmes ainsi que «l’accès à des avortements sûrs et légaux» font partie de droits que l'organisme demandeur doit reconnaître.

«J’ai invité les paroisses de l’Église catholique de Québec à participer au programme d’emplois d'été du Canada sans signer la nouvelle attestation controversée», a précisé sur Facebook le cardinal Lacroix après qu'un député ait déclaré publiquement que «le premier ministre [Justin Trudeau] s'est entretenu avec le cardinal de Montréal (sic) qui a ensuite encouragé toutes les paroisses catholiques à présenter une demande de fonds». Le député libéral Randy Boissonnault avait qualifié ce geste d’«exemple fantastique de dialogue constructif entre le gouvernement et des organisations religieuses».

 

du même auteur

La religieuse Lucille Côté, une des responsables de la vente de samedi et de dimanche à la maison mère des Sœurs de Sainte-Anne.
2019-05-16 19:55 || Québec Québec

Vente d'objets appartenant aux Sœurs de Sainte-Anne

En interdisant «aux personnes travaillant dans la santé et l’éducation de porter les signes et les vêtements qui manifestent leur appartenance religieuse», le projet de loi 21 va beaucoup trop loin, estiment quarante supérieurs de congrégations religieuses québécoises.
2019-05-16 15:32 || Québec Québec

40 congrégations religieuses s'opposent au projet de loi 21

En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.
2019-05-16 10:50 || Québec Québec

Les séminaristes quitteront le Grand Séminaire de Montréal

articles récents

En interdisant «aux personnes travaillant dans la santé et l’éducation de porter les signes et les vêtements qui manifestent leur appartenance religieuse», le projet de loi 21 va beaucoup trop loin, estiment quarante supérieurs de congrégations religieuses québécoises.
2019-05-16 15:32 || Québec Québec

40 congrégations religieuses s'opposent au projet de loi 21

Selon l'archevêque de Montréal, Christian Lépine, la neutralité de l'État devrait plutôt «signifier une ouverture et une bienveillance devant le fait religieux et la diversité de croyances».
2019-05-16 07:42 || Québec Québec

L'archevêque de Montréal craint un recul des libertés individuelles

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA) a été ajouté à la liste des groupes et personnes qui prendront part aux consultations particulières et auditions publiques de la Commission des institutions sur le projet de loi 21.
2019-05-06 11:15 || Québec Québec

Laïcité: au moins un groupe religieux finalement invité à s’exprimer