Pour commentaires désobligeants

Le Parti libéral révoque la candidature de l'ex-imam Hassan Guillet

Hassan Guillet, photographié ici le 29 janvier 2018 lors d'un événement interreligieux commémorant l'attentat à la grande mosquée de Québec, avait remporté l'investiture pour le PLC dans Saint-Léonard-Saint-Michel le 27 mai 2019.
Hassan Guillet, photographié ici le 29 janvier 2018 lors d'un événement interreligieux commémorant l'attentat à la grande mosquée de Québec, avait remporté l'investiture pour le PLC dans Saint-Léonard-Saint-Michel le 27 mai 2019.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-08-30 21:24 || Canada Canada

Le Parti libéral du Canada vient de révoquer la candidature de l'ex-imam Hassan Guillet aux prochaines élections fédérales dans la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel.

«Le Parti libéral condamne toute forme de discrimination, et nous nous attendons toujours à ce que nos candidats fassent de même. Les commentaires désobligeants que Hassan Guillet a faits ne concordent pas avec les valeurs du Parti libéral du Canada», indique un communiqué émis en début de soirée par le parti du premier ministre Justin Trudeau.

Plus tôt dans la journée, l'organisme B’nai Brith Canada a dévoilé «un ensemble de déclarations troublantes, antisémites et anti-israéliennes» faites par Hassan Guillet, alors qu'il était encore imam de la mosquée de Saint-Jean-sur-Richelieu. L'organisme rapportait qu'en janvier 2017, sur sa page Facebook, l'ex-porte-parole du Conseil des imams du Québec avait salué la libération de Raed Salah, un militant du Hamas. Il a aussi déclaré, toujours sur Facebook, que «les sionistes contrôlent la politique américaine».

«De telles déclarations radicales et racistes doivent entraîner la disqualification immédiate d'un candidat à des fonctions politiques. Il est inacceptable pour un candidat de parler de cette façon déplorable envers une minorité religieuse», a déclaré Michael Mostyn, le président-directeur général de B’nai Brith Canada.

En fin d'après-midi, le candidat libéral au scrutin du 21 octobre prochain a tenu à clarifier ses propos et à s'excuser.

«Si ces déclarations pouvaient être considérées offensantes à certains de mes concitoyens de confession juive, je m'en excuse. Mon intention n’était pas d'offenser qui que ce soit. Le manque de sensibilité de ces déclarations ne reflète pas ma personnalité ni ma façon d'être», a écrit Hassan Guillet dans sa page Facebook coiffée d'une photographie où on le voit aux côtés de Justin Trudeau.

«Tous ceux qui me connaissent, personnellement ou par mes œuvres, savent que je suis contre la haine, le racisme, l'antisémitisme et la violence indépendamment de l'identité des auteurs ou des victimes», a-t-il ajouté.

Rappelant la tuerie à la mosquée de Québec et son intervention lors des funérailles des victimes, l'ex-imam a indiqué avoir évolué.  

«À partir de cette date, je me suis engagé moi-même comme militant contre la haine et la violence et comme missionnaire de paix et de collaboration interculturelle et interconfessionnelle», confie-t-il.

«On peut vérifier tous mes écrits, mes interventions médiatiques ainsi que mes publications sur les médias sociaux pour voir la mission que je mène. Je prends la parole dans des églises, des synagogues, des mosquées, des parcs, des centres communautaires et partout où je peux servir la cause de la paix sociale et du vivre-ensemble.»

Les explications et les excuses du candidat libéral n'ont visiblement pas satisfait le premier ministre Trudeau ainsi que les stratèges libéraux. Une heure après la publication de son message d'excuses sur Facebook, le Parti libéral du Canada a révoqué la candidature d'Hassan Guillet.

«Justin Trudeau et l’équipe libérale s’opposent fermement aux propos antisémites, haineux, racistes, islamophobes, homophobes, sexistes et à toute forme de discrimination», a-t-on déclaré.

«À la suite d’un processus d’examen interne rigoureux, qui a duré des semaines, le Parti libéral du Canada a révoqué la candidature de M. Guillet pour la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel aux importantes élections de cet automne.»

Sur le même thème

'Frères d'âme', la commune humanité d'un évêque, un imam et un rabbin [16 janvier 2019]
La loi 62, «un coup raté qui va nous coûter cher et qui n'ira nulle part» [24 octobre 2017]
«Les terroristes ne sont ni musulmans, ni chrétiens, ni juifs», dit l'imam Hassan Guillet [20 février 2017]

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Alain Ambeault, directeur général de la Conférence religieuse canadienne.
2019-10-11 13:36 || Canada Canada

Élections: la Conférence religieuse canadienne attire l'attention sur les sujets mal-aimés

Un visuel créé par ordinateur donne un aperçu des panneaux publictaires de la campagne pour l'Oratoire Saint-Joseph.
2019-10-10 18:57 || Québec Québec

Lancement d'une campagne populaire de financement pour l'Oratoire

Le capucin Louis Cinq-Mars, président de la Conférence religieuse canadienne.
2019-10-08 15:55 || Canada Canada

Développement et Paix: la CRC se dit préoccupée par la lenteur de l'enquête

articles récents

Alain Ambeault, directeur général de la Conférence religieuse canadienne.
2019-10-11 13:36 || Canada Canada

Élections: la Conférence religieuse canadienne attire l'attention sur les sujets mal-aimés

Elle rêve d’un Canada aux politiques inspirées par les valeurs chrétiennes et multiplie les initiatives pour influencer les députés et les partis politiques. Alors que le scrutin général du 21 octobre approche, faut-il craindre la droite religieuse au Canada?
2019-10-07 17:00 || Canada Canada

Élections: faut-il craindre la droite religieuse au Canada?

Les ténors conservateurs Stephen Harper (photo, 2015), Jason Kenney et Stockwell Day prendront la parole lors d'un gala organisé par B'nai Brith en honneur de M. Day le 28 octobre.
2019-10-07 10:45 || Canada Canada

Harper, Kenney et Day au gala de B’nai Brith