Arrondissement d'Outremont

Le projet de zonage serait défavorable à la communauté juive

L'avenue Laurier est une importante artère commerciale d'Outremont.
L'avenue Laurier est une importante artère commerciale d'Outremont.   (Courtoisie arrondissement d'Outremont)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2015-12-22 11:00 || Québec Québec

Le 7 décembre, le conseil d’arrondissement d’Outremont a voté pour un projet de modification de zonage qui interdit les lieux de culte sur les avenues Laurier et Bernard, deux importantes artères commerciales. En outre, la proposition de changement de zonage oblige les futurs lieux de culte à s’établir dans une seule zone de l’arrondissement d’Outremont. Ces modifications font l’objet d’une forte opposition.

L’actuel règlement de zonage de l’arrondissement d’Outremont permet l’établissement de lieux de culte dans 13 zones, y compris sur les avenues Laurier et Bernard. Les changements proposés font passer à 11 le nombre des zones où les lieux de cultes seraient permis. Dans le document intitulé Modifications réglementaires concernant les lieux de culte publié par le Service de l’aménagement urbain et du patrimoine de l’arrondissement d’Outremont, il est souligné que les zones dans lesquelles l’usage de lieux de culte sera permis «comportent majoritairement des usages biens établis, ce qui compromet l’établissement d’un nouveau lieu de culte».

Ces lieux sont en fait des édifices appartenant à l’Église catholique, aux différentes églises protestantes et à la communauté juive. Ces établissements cultuels jouissent tous d’un droit acquis. À ces zones déjà admises, vient s’ajouter une nouvelle, soit celle qui est située au nord de la rue Van Horne et qui est désignée comme étant la zone C-6 par l’actuel plan de zonage d’Outremont.

Cet emplacement est contesté par plusieurs, car il se situe tout près d’une voie ferrée. L’arrondissement a expliqué son désir de confiner les nouveaux lieux de culte dans ce secteur en raison de la présence à proximité de plusieurs autres établissements cultuels.

Pour justifier ce changement de zonage, Outremont avance que la présence de lieux de culte sur les avenues Laurier et Bernard nuirait au développement économique de ces artères. D’ailleurs, une demande de permis déposée à l’arrondissement afin d’ouvrir un bain rituel juif sur la rue Bernard a été refusée par l’administration.

Les juifs particulièrement visés, déplore un professeur

Le professeur René Prévost de la Faculté de droit de l’Université McGill s’oppose vigoureusement au projet de changement de zonage proposé par Outremont. «On n’apporte pas d’éléments de recherche démontrant que la présence d’un lieu de culte va nuire au développement économique des artères commerciales Bernard et Laurier. On peut se montrer sceptique face à ce genre d’affirmation. De toute façon, il est clair qu’il n’y aura pas 50 nouveaux lieux de culte qui risquent de s’installer sur Bernard et Laurier!»

Même si le projet de modification du règlement de zonage concernant l’établissement de nouveaux lieux de culte ne vise pas nommément une communauté particulière et qu’elle s’appliquera à l’ensemble des mouvements religieux, René Prévost est d’avis que c’est bien la communauté juive hassidique qui est concernée. «On rapporte que depuis plusieurs années, les demandes de permis pour l’édification de nouveaux lieux de culte émanent essentiellement de la communauté juive. Donc, lorsque nous parlons de l’établissement de nouveaux lieux de culte, à moins qu’il y ait un changement radical qui n’est pas perceptible à ce moment-ci, c’est bien cette communauté-ci qui va être visée.»

L’universitaire est également d’avis que l’attitude de l’arrondissement d’Outremont démontre qu’il se désintéresse des conséquences qu’aura ce changement de zonage sur la communauté juive. «Je pense que le fait que cette mesure va affecter la communauté juive appelle, pour le moins, à une discussion avec elle, ce que la ville d’Outremont s’est abstenue de faire jusqu’à ce jour. Il s’agit ici d’une composante sociologique importante de l’arrondissement. Donc, sur la base d’une bonne gouvernance on s’attendrait à ce que les autorités parlent à cette communauté au lieu de simplement les renvoyer vers une zone commerciale située à côté des rails du chemin de fer.»

René Prévost ne conteste pas le droit de l’arrondissement à gérer l’aménagement de son territoire. «Le problème, selon lui, est qu’à un moment donné on restreint tellement les possibilités de développer de nouveaux lieux du culte que, dans les faits, on est en train de les pousser dans les marges de la région géographique d’Outremont.»

Même si Outremont respecte les droits acquis en matière de lieux de culte, cela n’est pas suffisant souligne le professeur. «Il ne s’agit pas seulement de respecter les droits acquis, il faut aussi permettre le développement.»

Par ailleurs, René Prévost est conscient que de nombreux citoyens se sont plaints au fil des années auprès des autorités d’Outremont au sujet des synagogues ou encore d’établissements scolaires appartenant à la communauté juive hassidique qui ne respectent pas toujours les règlements. «Le fait que certains citoyens soient mécontents de ceci ou de cela reflète simplement la vie en société. On pourra toujours trouver des personnes qui sont mécontentes. Cela n’est cependant pas suffisant pour justifier qu’une administration municipale agisse de la sorte. Par ailleurs, on pourrait également reprocher à l’arrondissement de ne pas avoir appliqué sa réglementation actuelle, mais cela est un autre dossier. Ce n’est pas parce que la réglementation est mal appliquée que l’on doit resserrer celle-ci. L’un n’appelle pas l’autre.»

Les critiques de René Prévost reprennent pour l’essentiel celles exprimées par Projet Montréal. Dans un communiqué émis par le parti d’opposition municipale, sa conseillère dans l’arrondissement d’Outremont, Mindy Pollack, issue de la communauté hassidique, en appelle à «une réflexion globale pour que l’encadrement choisi respecte les principes du vivre ensemble. Le désengagement du maire [Coderre] entraîne des situations injustes comme le règlement discriminatoire actuellement à l’étude à Outremont.»

Le projet de règlement de zonage recueille toutefois des appuis au sein de la population de l’arrondissement d’Outremont, comme en fait foi la pétition actuellement en circulation sur Internet. En date du 16 décembre, cette dernière recueillait 911 signatures.

Avant que le projet de règlement proposé par l’arrondissement d‘Outremont entre en vigueur, il doit passer par d’autres étapes, ce qui pourrait prendre encore plusieurs mois.

 

du même auteur

Un cours en ligne offert dès le 12 octobre par l'Université de Montréal se penchera sur les liens entre guérison et religions au Québec.
2020-10-01 10:10 || Québec Québec

Guérison et religions au Québec: revisiter les idées reçues

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

articles récents

Les deux pasteurs évangéliques à l'origine de la manifestation-concert gospel du dimanche 11 octobre 2020 au parc Jarry de Montréal viennent d'annuler cet événement auquel devaient participer des leaders du mouvement antimasque dont la comédienne Lucie Laurier et le militant Alexis Cossette-Trudel.
2020-10-02 09:19 || Québec Québec

Des pasteurs évangéliques annulent la manifestation du 11 octobre

Plus de 1000 catholiques ont participé à la manifestation «Libérez la messe» de l'archidiocèse de San Francisco le 20 septembre 2020.
2020-09-29 10:23 || Monde Monde

Lieux de culte: limites «draconiennes» à San Francisco

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Lieux de culte ouverts même en zone rouge