Élection des Libéraux de Justin Trudeau

Les Églises canadiennes avares de commentaires

Justin Trudeau et son épouse Sophie Grégoire célébrant la victoire du Parti libéral du Canada aux élections fédérales du 19 octobre 2015.
Justin Trudeau et son épouse Sophie Grégoire célébrant la victoire du Parti libéral du Canada aux élections fédérales du 19 octobre 2015.   (CNS photo/Jim Young, Reuters)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-10-20 21:27 || Canada Canada
Au lendemain de l'élection d'un nouveau gouvernement à la tête du Canada, les chefs des Églises n'avaient toujours pas fait connaître leurs réactions ou rendu publiques les félicitations transmises à Justin Trudeau, le nouveau premier ministre.

Peu après l'annonce des résultats, seule Susan Johnson, évêque nationale de l'Église luthérienne évangélique au Canada, a remercié, sur Twitter, les candidats ainsi que les partis politiques pour leur engagement dans cette course électorale. Elle a aussi publié une photographie la montrant aux côtés de Justin Trudeau. Elle souhaite que son Église et le Parti libéral du Canada créent «de nouvelles avenues pour un Canada plus fort».

Du côté de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), on indique qu'il ne faut pas s'attendre à une déclaration. «Il n’est pas coutume pour la CECC de commenter les résultats des élections. Il appartient à chaque évêque de décider de commenter ou non en son nom comme évêque diocésain», écrit René Laprise, directeur des relations avec les médias auprès de la conférence épiscopale.

«Le Conseil canadien des Églises n'émettra pas de déclaration officielle pour le moment», explique Jesse Hair, agent de communications auprès du regroupement qui réunit 25 Églises de traditions protestante, anglicane, orthodoxe, évangélique et catholique.

En mai 2011, une semaine après l'élection de Stephen Harper, le primat de l'Église anglicane du Canada, Mgr Fred Hiltz, avait félicité le nouveau gouvernement. La lettre, cosignée par l'évêque Susan Johnson de l'Église luthérienne évangélique au Canada, mentionnait les défis que le Canada affrontait et auxquels le nouveau gouvernement devrait s'attaquer. On nommait «le besoin d'éliminer la pauvreté, la protection de l'environnement, le respect des droits des Autochtones et la promotion d'initiatives économiques durables, tant au Canada que dans le monde».

L'Église anglicane du Canada pourrait bien, cette semaine, rédiger une semblable lettre conjointe. «On pourrait aussi opter pour une approche différente. On vous tiendra informé», dit le pasteur Jesse Dymond, coordonnateur des communications numériques.

Mary-Frances Denis, responsable de l'information et des relations publiques auprès de l'Église Unie du Canada, indique que l'Église n'a pas l'habitude d'émettre de déclaration officielle au lendemain d'un scrutin.
 

Dès les débuts de la campagne, les Église canadiennes ont publié des guides électoraux. Elles invitaient leurs membres à poser des questions aux candidats et candidates afin de connaître leurs engagements sur différents enjeux comme la protection de la vie, le respect de l'environnement ou encore l'amélioration de la situation économique des familles canadiennes, et plus particulièrement des familles autochtones.

 

du même auteur

Un programme de soutien financier a été discrètement mis en place en 2019 par l’archevêque de Sherbrooke pour venir en aide à d’anciens membres de la Famille Marie-Jeunesse (FMJ).
2021-03-04 00:00 || Québec Québec

Famille Marie-Jeunesse: aide offerte en échange du silence

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

articles récents

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte