Assermentation du premier ministre canadien

Les évêques reviennent à la charge sur l'aide médicale à mourir

Le Parlement canadien, à Ottawa.
Le Parlement canadien, à Ottawa.   (Pixabay)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2015-11-05 11:28 || Canada Canada

La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a profité de l’assermentation du nouveau premier ministre canadien hier pour revenir à la charge sur la question de l’aide médicale à mourir.

Dans une lettre envoyée à Justin Trudeau, les évêques demandent au chef du gouvernement de se prévaloir de la clause dérogatoire pour se donner plus de temps pour élaborer une nouvelle loi fédérale.

La Cour suprême au Canada a invalidé plus tôt cette année les articles du Code criminel concernant le suicide médicalement assisté. Elle a donné au gouvernement un an pour produire une nouvelle loi respectant son jugement. Théoriquement, le gouvernement canadien a jusqu’au 6 février 2016 pour réagir. Or, les évêques estiment que le Canada et les législateurs ont besoin de plus de temps pour réfléchir à la question, qu’ils qualifient de «grave risque social».

«La décision de la Cour sème la division», écrit le président de la CECC, Mgr Douglas Crosby. «Comme d’autres chefs religieux – chrétiens et fidèles d’autres grandes religions –, nous jugeons l’aide médicale au suicide éthiquement et moralement erronée.» En effet, la semaine dernière, plusieurs leaders religieux canadiens, dont des représentants de l’épiscopat catholique, de l’islam et du judaïsme, ont réitéré leur opposition à l’euthanasie et au suicide assisté dans le cadre d’une conférence de presse à Ottawa.

«À la demande unanime de mes frères évêques, je presse le Gouvernement du Canada d’invoquer la disposition de dérogation afin de protéger les personnes malades, handicapées, socialement et économiquement vulnérables, ainsi que celles qui en prennent soin, notamment leurs proches et les professionnels de la santé», demande l’évêque de Hamilton.

Depuis des années, les évêques catholiques font valoir que les gouvernements doivent plutôt mettre l’accent sur les soins palliatifs.

Selon la CBC, Justin Trudeau songerait actuellement à demander un délai de six mois supplémentaires dans ce dossier.

Autres préoccupations

La lettre de la conférence épiscopale souligne également quatre autres dossiers chers aux évêques. Il s’agit de la protection de l’environnement, des relations avec les Premières Nations, l’accueil des réfugiés et la paix dans le monde. Mais parmi ces enjeux présents dans la lettre, l'aide médicale à mourir est celui qui est abordé le plus longuement et pour lequel les demandes sont les plus claires et urgentes.

 

du même auteur

La CNESST fournira des affiches aux lieux de culte pour sensibiliser les fidèles aux mesures sanitaires.
2020-08-11 14:23 || Québec Québec

Des affiches contre la COVID-19 destinées aux lieux de culte

Le 26 juillet, le cardinal Gérald Lacroix de Québec a exprimé sa déception devant la manière dont les communautés de foi sont traitées par le gouvernement du Québec pendant la pandémie et le déconfinement. Quel impact la déclaration a-t-elle eu?
2020-08-07 18:34 || Québec Québec

Doléances du cardinal Lacroix: quel impact ?

Le Festival de l’Assomption qui se tient du 7 au 15 août au sanctuaire de Notre-Dame-du-Cap devient le premier événement religieux majeur à pouvoir accueillir un nombre un peu plus élevé de personnes en cette année marquée par la pandémie.
2020-08-06 18:27 || Québec Québec

Le Festival de l’Assomption, l’événement religieux de l’année au Québec

articles récents

Le 26 juillet, le cardinal Gérald Lacroix de Québec a exprimé sa déception devant la manière dont les communautés de foi sont traitées par le gouvernement du Québec pendant la pandémie et le déconfinement. Quel impact la déclaration a-t-elle eu?
2020-08-07 18:34 || Québec Québec

Doléances du cardinal Lacroix: quel impact ?

En pleine crise sanitaire, sociale et économique, Donald Trump et son adversaire démocrate se livrent déjà la bataille sur le terrain religieux afin de gagner le vote d’une portion de la population qui pourrait déterminer l’issue de l’élection présidentielle de novembre: les fidèles religieux.
2020-08-03 15:39 || Monde Monde

États-Unis: religion instrumentalisée pour période troublée

Un migrant se fait contrôler à Valletta, à Malte, le 27 juillet 2020. Le supérieur général des jésuites, le père Arturo Sosa, croit que la pandémie peut menacer la démocratie et la justice.
2020-08-03 10:25 || Vatican Vatican

La pandémie menace la démocratie, croit le supérieur des jésuites