Conflit en Syrie

Les frappes américaines critiquées par des leaders religieux syriens

Tir de missile Tomahawk depuis le destroyer USS Porter, le 7 avril 2017.
Tir de missile Tomahawk depuis le destroyer USS Porter, le 7 avril 2017.   (CNS photo/Ford Williams, U.S. Navy handout via Reuters)
2017-04-07 15:45 || Monde Monde

D’influents leaders religieux syriens ont critiqué les frappes américaines contre une base militaire gouvernementale en Syrie, remettant en cause une telle action avant qu’une enquête n'ait pu faire la lumière sur l’attaque chimique qui a tué plusieurs dizaines de civils le 4 avril.

Le patriarche syriaque Ignace Joseph III Younan estime que ces attaques sont une agression. «Il est déplorable que l’administration américaine n’ait pas attendu qu’une enquête minutieuse et honnête des Nations Unies ait lieu au sujet de la présumée frappe aérienne chimique à Khan Cheikhoun», a-t-il dit. Il a laissé entendre que les États-Unis souhaitent tout simplement que le conflit se poursuive.

Le patriarche Younan est né en Syrie. Pendant quatorze ans, il a été évêque de l’éparchie syro-catholique de Notre-Dame-de-la-Délivrance, dans le New Jersey, pour les États-Unis et le Canada.

De son côté, Mgr Georges Khazen – le pasteur des catholiques de rite latin à Alep, en Syrie – a confié à l’agence romaine Fides qu’il était estomaqué par l'empressement de cette frappe américaine, sans attendre d’enquête. Selon lui, ces tirs de missiles Tomahawk ouvrent de nouveaux scénarios peu reluisant pour tous.

Réagissant à l’attaque chimique survenue plus tôt cette semaine, l’évêque chaldéen d’Alep, Antoine Audo, a pour sa part indiqué à Fides que bien qu’il comprenne que les apparences sont parfois trompeuses, il ne croit pas le gouvernement syrien aussi «naïf» et «ignorant» pour faire de telles «erreurs».

Changement de stratégie des États-Unis

Les États-Unis ont tiré 59 missiles depuis les destroyers USS Ross et USS Porter aux premières heures du 7 avril. Ils visaient la base aérienne syrienne d'al-Chaayrate, qui aurait joué un rôle dans l’attaque chimique qui a fait 86 morts mardi. Les images de civils en détresse – dont des femmes et des enfants – ont choqué l’opinion publique dans plusieurs pays.

Dans un communiqué, le président américain Donald Trump a maintenu qu’il ne faisait aucun doute que la Syrie avait utilisé des armes chimiques, violant ainsi ses engagements internationaux. De son côté, la Syrie a qualifié ces tirs «d’agression flagrante».

Jusqu'ici, les États-Unis n'étaient pas intervenu directement militairement en sept ans de conflit syrien. Vendredi, ils ont à nouveau laissé entendre qu'ils pourraient procéder à de nouvelles représailles.

La majorité des pays occidentaux, dont le Canada, ont manifesté leur appui à la décision américaine d'intervenir militairement.

Avec Catholic News Service

 

du même auteur

Le mariage du prince Harry et de Meghan Markle a été célébré le 19 mai 2018 à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, en Angleterre.
2018-05-22 10:12 || Monde Monde

Photo du jour - 22 mai 2018

Des Palestiniens portent le corps de la petite Laila al-Ghandour, qui était âgée de 8 mois. La petite est décédée après avoir respiré du gaz lacrymogène à la frontière entre Israël et Gaza le 15 mai.
2018-05-17 09:26 || Monde Monde

Photo du jour - 17 mai 2018

Un officier israélien se tient à proximité de la frontière syrienne près du mont Bental, le 10 mai 2018.
2018-05-14 19:21 || Monde Monde

Photo du jour - 14 mai 2018

articles récents

Un blessé palestinien est évacué alors qu'au moins 52 Palestiniens ont été tués à la frontière de la bande de Gaza lors d'affrontements avec des soldats israéliens le 14 mai 2018.
2018-05-14 17:04 || Monde Monde

Jour funeste en marge de l'ouverture de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem

Le 1er mai, le Parlement canadien a adopté une motion demandant au pape François de présenter des excuses pour le rôle joué par l'Église catholique dans le dossier des pensionnats autochtones.
2018-05-01 15:56 || Canada Canada

Pensionnats autochtones : le Parlement demande des excuses au pape

Ce n’est que le mardi 1er mai 2018 que l’on saura si les députés de la Chambre des communes vont inviter, à l’unanimité ou sur division, le pape François «à présenter des excuses papales officielles pour les pensionnats autochtones.
2018-04-27 12:01 || Canada Canada

Excuses du pape: débat passionné à la Chambre des communes