Mesures sanitaires

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges.»

C'est au tour des membres de la Table interreligieuse de concertation d'exiger que le gouvernement de François Legault révise sa mesure «incompréhensible et déraisonnable» annoncée le mardi 16 février 2021 et permette la reprise des rassemblements dans les églises, synagogues et mosquées du Québec «à 30% de leur capacité» d'accueil.

«Rien ne permet d’affirmer qu’un rassemblement dans une salle de cinéma est moins dangereux qu’un rassemblement dans un lieu de culte», estiment les leaders juifs, chrétiens et musulmans réunis par la Table interreligieuse. D'ailleurs, rappellent-ils, dans bien des cas au Québec, les lieux de culte «sont plus vastes que les salles de cinéma».

Depuis vendredi, des évêques catholiques ont aussi critiqué publiquement cette «discrimination flagrante» qu'encourage le gouvernement Legault en permettant que 250 personnes puissent dorénavant aller au cinéma alors que le nombre de personnes pouvant entrer dans un lieu de culte est demeuré inchangé.

Le gouvernement a pris des décisions «déraisonnables et inéquitables», a déploré le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec. Il a demandé aux catholiques de «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent».

Le diocèse de Saint-Hyacinthe est allé plus loin en lançant une campagne de démarchage politique. Samedi, à la une du site Web diocésain, les catholiques étaient invités à écrire aux huit députés - tous de la Coalition Avenir Québec - qui les représentent à l'Assemblée nationale. Une lettre-type leur était même proposée et demandait que les églises puissent ouvrir à 33 % de leur capacité d'accueil.

Besoins spirituels

Mardi, alors que la Table interreligieuse de concertation faisait connaître ses réactions, l'archevêque de Montréal publiait un message pastoral intitulé Les besoins spirituels sont des besoins humains.

«Alors que les commerces et les centres d’achats sont ouverts au public dans le respect des mesures appropriées, il n'y a aucune raison pour que les lieux de culte ne puissent pas fonctionner dans ces mêmes conditions», a indiqué Mgr Christian Lépine.

«Avec des équipes d’accueil bien préparées, les plafonds élevés, les nombreuses portes qui facilitent l’aération, la durée de fréquentation généralement moins d’une heure et l’interdiction du chant de l’assemblée, entre autres, nous sommes en mesure d’assurer la sécurité des personnes dans nos églises tout en prenant soin de leur santé spirituelle», a ajouté l'archevêque.

Il suggère, tout comme la Table interreligieuse de concertation, que «les autorités autorisent une fréquentation de 30 % de la capacité de nos églises».

«L’enjeu de la santé demeure primordial, mais n’oublions jamais que les besoins spirituels sont des besoins essentiels», écrit Mgr Lépine en conclusion de son message.

***

 

 

du même auteur

L'ancien président de Développement et Paix, Jean-Denis Lampron, estime que l'organisme a manqué de transparence dans le processus de révision de ses partenaires.
2021-02-26 10:49 || Canada Canada

«Cela ne tient pas la route», disent deux ex-dirigeants de Développement et Paix

Développement et Paix ne conservera des liens de partenariats qu'avec le tiers des organismes qui ont été soupçonnés, depuis mars 2018, de ne pas respecter l'enseignement social et moral de l'Église catholique, ont annoncé l'organisme et les évêques canadiens le 25 février.
2021-02-25 18:18 || Canada Canada

Développement et Paix expurge près de 40% des partenaires examinés

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

articles récents

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

En zone orange, 25 personnes pourront être accueillies dans un lieu de culte. La limite de 10 est maintenue pour les zones rouges.
2021-02-02 19:19 || Québec Québec

Zones oranges: jusqu'à 25 personnes pour les lieux de culte

Déposé par le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, le projet de loi C-15 souhaite que les lois fédérales soient dorénavant compatibles avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
2021-01-28 14:50 || Canada Canada

Appui œcuménique au projet de loi C-15