Deux poids, deux mesures?

Lieux de culte: la limite passe de 250 à 50 personnes et moins

Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux du Québec en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.
Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux du Québec en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.   (Tirée d'une diffusion de l'Assemblée nationale du Québec)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-09-21 08:49 || Québec Québec

Le ministre Christian Dubé a surpris bien des leaders religieux en annonçant dimanche que le nombre maximum de personnes autorisées à participer à un événement qui se déroule dans un lieu de culte passait, dans toutes les régions du Québec, de 250 à 50 dès le 21 septembre.

Le dimanche 20 septembre 2020, le ministre de la Santé et des Services sociaux a déclaré que les autorités sanitaires québécoises ont dû, en raison de la progression de la contagion, «ajuster de façon permanente, sans égard au palier d'alerte» une mesure précédemment adoptée.

«Pour les rassemblements qui ont lieu dans des salles louées, les lieux de culte, les événements festifs, les mariages, les BBQ, les pique-niques, ce sera maintenant un maximum de 50 personnes», a-t-il déclaré dimanche soir lors d'une conférence de presse tenue à Montréal.

«Les enquêtes épidémiologiques ont démontré que les éclosions sont plus particulièrement liées à des rassemblements», a précisé ensuite, par voie de communiqué, le ministère de la Santé et des Services sociaux. C'est pour «protéger la population» que la santé publique «recommande de resserrer les règles liées aux rassemblements».

«Le nombre limite de personnes dans une salle où est permis la vente ou le service de boissons alcooliques ou dans une salle où se tient tout événement ou toute réception sera dorénavant de 50 personnes plutôt que de 250.»

«Cette règle entre en vigueur dès 00 h 01 dans l'ensemble des régions se trouvant dans les paliers vert ou jaune», indique-t-on.

Hier soir, le ministre Dubé a aussi annoncé que les régions de Montréal et de la Chaudière-Appalaches, ainsi qu'une portion de la région de la Capitale-Nationale passaient au palier orange. Dans ces régions, les lieux de culte ne peuvent plus accueillir que 25 personnes. Cette mesure sera modifiée lorsque ces régions passeront de l'orange au jaune.

Incompréhension

Pierre Goudreault, l'évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, a vivement réagi à cette décision gouvernementale. Il a accueilli cette annonce avec «incompréhension, déception et indignation», a-t-il déclaré lundi matin dans sa page Fecebook.

«Je tiens à rappeler qu'aucun foyer d'éclosion du coronavirus n'est survenu à partir d'une église catholique. Pourquoi y restreindre les rassemblements alors que les participants et participantes aux messes sont exemplaires dans leur manière de respecter et de mettre en pratique les mesures sanitaires?»

L'évêque ne comprend tout simplement pas que le ministre Dubé ait déclaré hier soir que les «lieux où les personnes sont assises comme les salles de spectacle, les cinémas et les théâtres peuvent continuer à accueillir jusqu'à 250 personnes».

«Y a-t-il un plus grand danger de contagion dans les églises que dans les salles de cinéma et les salles de spectacle? À mon avis, non», estime Mgr Goudreault. «C'est donc deux poids, deux mesures.»

«C'est un réel gâchis», a réagi hier soir Alain Picard, conseiller en communications du Conseil des juifs hassidiques du Québec.

La nouvelle mesure gouvernementale annoncée par le ministre Christian Dubé montre à l'évidence que «l’incompréhension entre les autorités sanitaires et le monde religieux est totale».

Il estime qu'une «meilleure cohésion entre ces deux mondes aurait pu assurer la cohésion sociale dont nous avons éminemment besoin pour passer à travers cette crise». Dorénavant, «on ajoute une crise existentielle à une crise sanitaire», déplore-t-il

«Les quelques conversations que j’ai pu avoir avec des responsables des communautés laissent clairement entendre qu’il y aura désobéissance civile», a indiqué Alain Picard dimanche soir.

***

 

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

Les deux pasteurs évangéliques à l'origine de la manifestation-concert gospel du dimanche 11 octobre 2020 au parc Jarry de Montréal viennent d'annuler cet événement auquel devaient participer des leaders du mouvement antimasque dont la comédienne Lucie Laurier et le militant Alexis Cossette-Trudel.
2020-10-02 09:19 || Québec Québec

Des pasteurs évangéliques annulent la manifestation du 11 octobre

Plus de 1000 catholiques ont participé à la manifestation «Libérez la messe» de l'archidiocèse de San Francisco le 20 septembre 2020.
2020-09-29 10:23 || Monde Monde

Lieux de culte: limites «draconiennes» à San Francisco

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Lieux de culte ouverts même en zone rouge