COVID-19

Lieux de culte ouverts même en zone rouge

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Dès jeudi, dans les régions en alerte maximale (zone rouge), toutes les salles de spectacle, les musées, les cinémas et les bibliothèques seront fermés au public pour 28 jours. Ce sera aussi le cas des bars, des salles à manger de restaurants et des casinos, vient d'annoncer le premier ministre du Québec.

Toutefois, les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré François Legault en conférence de presse le lundi 28 septembre 2020.

Après avoir fait cette annonce, le premier ministre a ajouté que le gouvernement s'était entendu «avec différents groupes religieux pour que, dans les zones qui ne sont pas rouges, «on applique les mêmes mesures que les salles de spectacle, soit 250 personnes maximum», une revendication maintes fois répétée par les membres de la Table interreligieuse, un regroupements de leaders juifs, musulmans et chrétiens.

«C'est une nouvelle qui nous réconforte», a indiqué Mgr Pierre Murray, le secrétaire général de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) et le coordonnateur de la Table interreligieuse, un regroupement créé au début de la pandémie.

Il préfère toutefois se montrer prudent. «J'attends de voir le document officiel», dit-il tout juste après le point de presse de François Legault.  

«Je ne veux pas mettre en doute la parole du premier ministre, mais l'histoire nous a montré qu'il y a parfois un décalage entre une annonce lors d'un point de presse et ce que l'on voit sur un document ou même un décret.»

Il y a une semaine, le dimanche 20 septembre, en regardant le point de presse du ministre Christian Dubé, Mgr Murray et ses collègues des autres religions ou Églises ont appris avec stupeur que les lieux de culte ne pourraient plus accueillir que 50 personnes.

Aucun représentant de la Santé publique ou du gouvernement n'avait informé préalablement les leaders religieux de cette nouvelle mesure. Le ministre de la Santé et des Services sociaux annonçait du même souffle que les salles de spectacles et de concerts pouvaient continuer d'accueillir 250 personnes.  

Mgr Murray s'est dit surpris d'apprendre qu'une entente entre le gouvernement et des groupes religieux ait eu lieu ces dernières heures afin de hausser à 250 le nombre de fidèles qui pourront entrer dans un lieu de culte situé en zone verte, jaune ou orange. «Ce n'est pas avec nous» que cette entente a été signée, lance-t-il, rappelant que vendredi, le Dr Arruda a annulé, le matin même, la rencontre qu'il devait avoir avec des membres de la Table interreligieuse.

«Nous, on doit avoir une rencontre demain dans la journée avec le Dr Arruda», dit le secrétaire général de l'AECQ. «On émettra un communiqué de presse dès qu'on aura accès au décret ou à l'arrêté ministériel».

«Trois régions passent au rouge jeudi», a annoncé le premier ministre lundi. Ce sont le Grand Montréal, une partie de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches. Quelque cinq millions de personnes habitent dans ces régions.

La majorité des mosquées et des synagogues du Québec se trouvent dans des villes situées en zone rouge. Les églises des diverses confessions chrétiennes sont présentes partout au Québec.

***

 

 

du même auteur

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Simon Lepage-Fournier, en 2019, lors de la manifestation pour le climat à laquelle participait la militante Greta Thunberg.
2021-04-13 15:57 || Canada Canada

Après la crise, à nous de faire les bons choix, dit Simon Lepage-Fournier

articles récents

Dans son rapport annuel qui détaille les nombreuses violations des droits humains dans le monde, Amnistie internationale évoque la loi québécoise sur la laïcité qui interdit des signes religieux dans certains contextes.
2021-04-15 16:39 || Monde Monde

Amnistie internationale critique la Loi sur la laïcité de l'État

Le vicaire général du diocèse de Saint-Jean-Longueuil connaît quelques-uns des sept religieux qui ont été enlevés le dimanche 11 avril à la Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu’ils se rendaient à l’installation du nouveau curé de la paroisse de Galette-Chambon dans la commun
2021-04-15 11:29 || Monde Monde

«C'est tous les jours que l'on kidnappe des gens en Haïti»

Le gouvernement et les autorités sanitaires québécoises se sont ravisées. À partir de ce vendredi 26 mars, ce ne sont pas 25 ou 50 personnes qui pourront entrer dans un lieu de culte mais bien un maximum de 250 personnes.
2021-03-26 08:43 || Québec Québec

250 personnes maximum par lieu de culte au Québec