Campagne publique contre la loi sur la laïcité

Loi 21: «On a fait vivre une telle situation aux Autochtones et on le regrette amèrement aujourd'hui»

Un collectif d'individus et d'associations religieuses et laïques a lancé le 5 septembre à l'Église unie St-James de Montréal la campagne Non à la loi 21.
Un collectif d'individus et d'associations religieuses et laïques a lancé le 5 septembre à l'Église unie St-James de Montréal la campagne Non à la loi 21.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-09-05 16:59 || Québec Québec

Un collectif d'individus et d'associations religieuses et laïques a lancé le 5 septembre à l'Église unie St-James de Montréal la campagne Non à la loi 21.

Cette campagne, qui se déroulera jusqu'au dimanche 6 octobre, invite les gens à épingler à leur chemise ou à leur manteau un macaron – on veut en fabriquer et en distribuer pas moins de 50 000 – qui montre leur opposition à la loi sur la laïcité de l'État adoptée cet été par le gouvernement de François Legault. Les citoyens sont aussi invités à porter publiquement un signe ou un symbole religieux de leur choix.

Ehab Lotayef, l’un des coordonnateurs de la campagne, un musulman qui portera une kippa durant le mois de septembre, regrette que les députés de l'Assemblée nationale aient adopté cette loi malgré l’opposition de bien des citoyens.

«Même si c'est devenu une loi, nous ne resterons pas silencieux. De nombreuses lois injustes ont existé et elles ont été annulées», a-t-il lancé, convaincu que, dans quelques années, le gouvernement du Québec s'excusera auprès des citoyens qui ont été brimés par les dispositions de cette loi.

Présente à la conférence de presse, la commissaire indépendante Violaine Cousineau a tenu des propos semblables. Elle a rappelé qu'il y a «cinquante ou soixante ans, on a fait vivre une telle situation aux Autochtones et on le regrette amèrement aujourd'hui. On s'excuse publiquement d'avoir rasé les têtes des Autochtones. Et on est en train de faire exactement la même chose avec nos concitoyens des minorités culturelles.»

«Quand j'entends le premier ministre Legault dire que le dossier de la laïcité est maintenant clos, je n'arrive pas à y croire», a ajouté cette commissaire de la Commission scolaire de Montréal.  

«Non, monsieur le premier ministre, nous sommes loin d'avoir tourné la page. En fait, à l'heure actuelle, des gens subissent de la violence liée à la loi 21. Ils la vivent dans leur quotidien. Ils ne peuvent plus travailler ou ils sont placés devant un choix déchirant. Pour gagner leur vie, ces gens doivent extirper une partie constituante de leur identité.»

Portant une kippa, le député libéral de la circonscription de Pierrefonds—Dollard, Frank Baylis, a déploré le fait que la loi 21 «brise trois chartes».

«Cette loi bafoue la Déclaration universelle des droits de l'Homme, la Charte canadienne des droits et liberté et la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.»

«Et on se demande bien pourquoi? Qu'est-il arrivé de si terrible pour que nous brisions trois chartes par une seule loi?», a-t-il demandé. «C'était simplement pour empêcher quelqu'un d'avoir un emploi à cause des vêtements de sa religion ou d'un signe religieux.»

«C'est inacceptable», a-t-il martelé dans cette église protestante, prenant l'engagement de porter l'épinglette ronde tous les jours du mois de septembre.

«Trop souvent, j'entends: "Tu peux bien retourner dans ton pays"», a ensuite déploré la militante pour la justice sociale Ronit Yarosky, aussi secrétaire du conseil d'administration de la congrégation Dorshei Emet de Hampstead.

«Je suis une Québécoise de la cinquième génération», réplique-t-elle. «Je n’ai pas d'autre pays que ce pays.»

«Je comprends bien votre inquiétude par rapport aux religions. Mais nous ne voulons pas vous convertir», dit-elle. «Nous voulons tout simplement vivre avec vous, chez nous, chez moi, et avoir les mêmes chances que vous.»

«Ne remplaçons-nous pas l’extrémisme religieux par l’extrémisme de la laïcité? Les extrêmes excluent et divisent toujours», a-t-elle déclaré lors de la conférence de presse.

Le dimanche 6 octobre, les membres du collectif Non à la loi 21 entendent organiser une grande action publique qui n'a toutefois pas été précisée.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

'Lettres au frère Marie-Victorin', un recueil de correspondances sur la sexualité humaine entre Marcelle Gauvreau et le frère Marie-Victorin , parait cet automne aux Éditions du Boréal.
2019-09-17 18:30 || Québec Québec

Parution des lettres de Marcelle Gauvreau au frère Marie-Victorin

Jean-Guy Dubuc.
2019-09-12 09:18 || Québec Québec

«Pour s'insérer dans sa culture propre, il faut de l'information régionale»

Karlijn Demasure est nommée directrice du Centre interdisciplinaire pour la protection des personnes mineures et des adultes vulnérables créé par l'Université Saint-Paul à Ottawa.
2019-09-11 18:44 || Canada Canada

Abus sexuels: Karlijn Demasure nommée directrice du nouveau centre interdisciplinaire

articles récents

Le Parlement canadien, à Ottawa. Les élections fédérales auront lieu le lundi 21 octobre 2019.
2019-09-13 15:02 || Canada Canada

Élections: les évêques du Québec invitent à s'engager pour la «Maison commune»

Hassan Guillet.
2019-09-04 15:48 || Canada Canada

«Je me sens trahi», dit Hassan Guillet

L’imam Hassan Guillet, le cardinal Gérald Lacroix et le rabbin Avi Finegold discutaient de ce qui les unit dans une série produite par l'Office de catéchèse du Québec plus tôt cette année.
2019-09-03 10:44 || Canada Canada

Un rabbin et un cardinal à la défense d'Hassan Guillet