Déclaration conjointe

Pour les évêques anglicans et luthérien, la loi 62 stigmatise la minorité musulmane

Depuis la tuerie au Centre culturel islamique de Québec, les anglicans ont multiplié les rencontres et les moments de partage avec des membres de la communauté musulmane, particulièrement à Québec.
Depuis la tuerie au Centre culturel islamique de Québec, les anglicans ont multiplié les rencontres et les moments de partage avec des membres de la communauté musulmane, particulièrement à Québec.   (CNS photo/Dario Ayala, Reuters)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2017-10-30 10:48 || Québec Québec

Les évêques anglicans et luthérien du Québec craignent l’impact négatif de la loi 62 sur les minorités vulnérables.

Dans un communiqué conjoint émis le 29 octobre, ils évoquent leur «profond désarroi face à la manière dont la loi sur la neutralité religieuse adoptée par l’Assemblée  nationale cible implicitement un autre groupe religieux minoritaire de cette province».

«Bien que masquées derrière des préoccupations d’identification et de sécurité, les dispositions de la loi 62 concernant la réception de services à visage découvert affecteront le plus directement une petite minorité de femmes musulmanes au Québec, dont la liberté d’exprimer leurs croyances religieuses est protégée par la Charte des droits et libertés du Québec et par la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Assemblée des Nations unies», écrivent-ils.

Pour les évêques anglicans de Montréal et Québec, respectivement Mary Irwin-Gibson et Bruce Myers, de même que l’évêque du Synode de l’Est de l’Église évangélique luthérienne au Canada, Michael Pryse, la loi 62 contribue à alimenter un climat malsain.

«Le massacre du 29 janvier dernier à la grande mosquée de Québec — et d'autres actes de violence qui se sont produits avant et après ce drame — démontrent que nos voisins musulmans vivent dans un climat de suspicion et de peur qui menace leur sécurité.»

Ils appuient le désir du Québec d’être une société laïque, mais indiquent que cette laïcité doit tenir compte du pluralisme qui garantit la liberté de croyance. «Les  dispositions de la loi 62, quelle que soit la manière dont elles seront appliquées, mettent inutilement cette liberté fondamentale en péril, et aussi potentiellement la sécurité des gens», croient-ils.

Ils concluent leur appel en invitant les élus et les citoyens à se joindre à eux afin de «tenter de créer un environnement sécuritaire et accueillant pour tous ceux qui font du Québec leur foyer, quelle que soit leur culture ou leur religion».

Depuis la tuerie au Centre culturel islamique de Québec, les anglicans ont multiplié les rencontres et les moments de partage avec des membres de la communauté musulmane, particulièrement à Québec.

 

du même auteur

La chocolaterie se lance cette année dans la production de lutins en chocolat pour Noël.
2017-11-17 15:14 || Québec Québec

Les pères trappistes lancent des chocolats de Noël

Le rabbin Yacov Weil veut offrir à l'ensemble de la population l'occasion d'en apprendre davantage sur la culture juive.
2017-11-10 15:24 || Québec Québec

Lancement à Québec d’un projet-pilote axé sur la culture juive

La journaliste Claire Lesegretain signe un nouveau document de l'épiscopat français sur la question des célibataires dans l'Église.
2017-11-08 14:44 || Monde Monde

Célibataires: sortir du no man’s land ecclésial

articles récents

Valérie Plante, photographiée ici en septembre 2016, a été élue maîresse de Montréal le 5 novembre 2017.
2017-11-07 13:58 || Québec Québec

Des groupes religieux saluent l'élection de Valérie Plante

L'imam Hassan Guillet, photographié à l'église Saint-Jean-l'Évangéliste de Saint-Jean-sur-Richelieu le 19 février 2017.
2017-10-24 21:19 || Québec Québec

La loi 62, «un coup raté qui va nous coûter cher et qui n'ira nulle part»

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a précisé les principes d'application de la loi 62 sur la neutralité religieuse le 24 octobre.
2017-10-24 11:44 || Québec Québec

Visage découvert: la ministre Vallée n'entend pas «régir l'espace public»