Chambre des communes

Trudeau présentera des excuses aux sikhs pour l’incident du Komagata Maru

Passagers sikhs à bord du Komagata Maru en 1914.
Passagers sikhs à bord du Komagata Maru en 1914.   (Bibliothèque et Archives Canada/domaine public)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-04-12 11:55 || Canada Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, présentera des excuses officielles à la Chambre des communes le 18 avril pour l’incident du Komagata Maru survenu il y a 102 ans.

Ce navire transportant 376 passagers principalement d’origine sikhe est arrivé à Vancouver en 1914, mais les lois discriminatoires de l'époque au Canada ont fait en sorte que la quasi totalité n’a pas été admise au pays. Seule une vingtaine de passagers a pu entrer au Canada. Le navire a été renvoyé en Inde, même si toutes les personnes à bord étaient alors des sujets britanniques.

Le premier ministre Trudeau a indiqué qu’il s’agit d’une manière de ne pas oublier les préjugés dont a souffert la communauté sikhe de la part du gouvernement du Canada au début du siècle dernier.

«Des excuses présentées devant la Chambre des communes n'effaceront ni la douleur ni les souffrances de ceux qui ont vécu cette expérience honteuse. Mais des excuses s'imposent, c'est ce qu'il faut faire, et la Chambre est l'endroit qui convient pour les présenter», a indiqué le premier ministre dans un communiqué.

Un symbole canadien

L’incident du Komagata Maru est devenu au fil des années un symbole de discrimination canadienne. À l’époque, le gouvernement fédéral encourageait surtout l’arrivée d’immigrants blancs et chrétiens au pays.

Au cours des vingt dernières années, le gouvernement canadien a multiplié les engagements afin de faire amende honorable pour cet incident. Des millions de dollars ont été alloués pour diverses commémorations. En 2012, un monument commémoratif a été dévoilé à Vancouver.

En 2008, le premier ministre Stephen Harper avait formulé des excuses pour l’incident lors d’une visite en Colombie-Britannique, mais plusieurs membres de la communauté sikhe estimaient que les excuses devaient être faites à la Chambre des communes, à Ottawa. Le gouvernement fédéral avait alors classé l’affaire, estimant que les excuses avaient été faites.

 

du même auteur

Le père oblat Pierre-Olivier Tremblay a été nommé évêque auxiliaire de Trois-Rivières le 21 mai 2018 par le pape François.
2018-05-22 19:24 || Québec Québec

Un évêque auxiliaire sur mesure pour la «mission» à Trois-Rivières

Le Cimetière Saint-Michel de Shawinigan offrira désormais la possibilité de faire pousser un arbre à partir de cendres humaines.
2018-05-17 15:29 || Québec Québec

Un cimetière québécois propose une urne qui fera de vous un arbre

Marie de l'Incarnation, figure incontournable de la Nouvelle-France, fera l’objet d’une enquête médico-légale aux implications scientifiques et théologiques.
2018-05-17 10:32 || Québec Québec

Une enquête médico-légale sur Marie de l’Incarnation

articles récents

Un blessé palestinien est évacué alors qu'au moins 52 Palestiniens ont été tués à la frontière de la bande de Gaza lors d'affrontements avec des soldats israéliens le 14 mai 2018.
2018-05-14 17:04 || Monde Monde

Jour funeste en marge de l'ouverture de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem

Le 1er mai, le Parlement canadien a adopté une motion demandant au pape François de présenter des excuses pour le rôle joué par l'Église catholique dans le dossier des pensionnats autochtones.
2018-05-01 15:56 || Canada Canada

Pensionnats autochtones : le Parlement demande des excuses au pape

Ce n’est que le mardi 1er mai 2018 que l’on saura si les députés de la Chambre des communes vont inviter, à l’unanimité ou sur division, le pape François «à présenter des excuses papales officielles pour les pensionnats autochtones.
2018-04-27 12:01 || Canada Canada

Excuses du pape: débat passionné à la Chambre des communes