Chambre des communes

Trudeau présentera des excuses aux sikhs pour l’incident du Komagata Maru

Passagers sikhs à bord du Komagata Maru en 1914.
Passagers sikhs à bord du Komagata Maru en 1914.   (Bibliothèque et Archives Canada/domaine public)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2016-04-12 11:55 || Canada Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, présentera des excuses officielles à la Chambre des communes le 18 avril pour l’incident du Komagata Maru survenu il y a 102 ans.

Ce navire transportant 376 passagers principalement d’origine sikhe est arrivé à Vancouver en 1914, mais les lois discriminatoires de l'époque au Canada ont fait en sorte que la quasi totalité n’a pas été admise au pays. Seule une vingtaine de passagers a pu entrer au Canada. Le navire a été renvoyé en Inde, même si toutes les personnes à bord étaient alors des sujets britanniques.

Le premier ministre Trudeau a indiqué qu’il s’agit d’une manière de ne pas oublier les préjugés dont a souffert la communauté sikhe de la part du gouvernement du Canada au début du siècle dernier.

«Des excuses présentées devant la Chambre des communes n'effaceront ni la douleur ni les souffrances de ceux qui ont vécu cette expérience honteuse. Mais des excuses s'imposent, c'est ce qu'il faut faire, et la Chambre est l'endroit qui convient pour les présenter», a indiqué le premier ministre dans un communiqué.

Un symbole canadien

L’incident du Komagata Maru est devenu au fil des années un symbole de discrimination canadienne. À l’époque, le gouvernement fédéral encourageait surtout l’arrivée d’immigrants blancs et chrétiens au pays.

Au cours des vingt dernières années, le gouvernement canadien a multiplié les engagements afin de faire amende honorable pour cet incident. Des millions de dollars ont été alloués pour diverses commémorations. En 2012, un monument commémoratif a été dévoilé à Vancouver.

En 2008, le premier ministre Stephen Harper avait formulé des excuses pour l’incident lors d’une visite en Colombie-Britannique, mais plusieurs membres de la communauté sikhe estimaient que les excuses devaient être faites à la Chambre des communes, à Ottawa. Le gouvernement fédéral avait alors classé l’affaire, estimant que les excuses avaient été faites.

 

du même auteur

Le clocher de la cathédrale anglicane Holy Trinity, à Québec. Contraintes de garder leurs portes fermées, les cathédrales anglicanes de Montréal et de Québec se demandent à quoi ressemblera leur été.
2020-06-01 15:23 || Québec Québec

Saison estivale incertaine pour les cathédrales anglicanes

«La planification du déconfinement des lieux de culte du Québec est enfin amorcée», écrit l’AECQ dans un communiqué daté du 29 mai.
2020-05-29 16:00 || Québec Québec

Réouverture des lieux de culte: une question de «semaines»

Charles Vallières, un prêtre de Magog, remporte un vif succès sur Facebook en y diffusant en direct l'exposition du Saint-Sacrement.
2020-05-15 22:05 || Québec Québec

Un prêtre de Magog fait un tabac en exposant le Saint-Sacrement sur Facebook

articles récents

«La planification du déconfinement des lieux de culte du Québec est enfin amorcée», écrit l’AECQ dans un communiqué daté du 29 mai.
2020-05-29 16:00 || Québec Québec

Réouverture des lieux de culte: une question de «semaines»

Des ouvriers respectent des mesures sanitaires à Port-au-Prince, en Haïti, le 21 avril 2020.
2020-05-03 12:00 || Monde Monde

Solidarité internationale: les défis d'un virus sans frontières

La conférence des évêques italiens a accusé le gouvernement d'avoir adopté des plans pour assouplir les règles de confinement du pays d'une manière qui «exclut arbitrairement» la possibilité de célébrer la messe «avec le peuple».
2020-04-27 14:55 || Monde Monde

Les évêques italiens talonnent le gouvernement pour la reprise des messes