Abus sexuels sur des enfants

Une loi australienne pour obliger les prêtres à briser le secret de la confession

Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.
Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.   (CNS photo/Tyler Orsburn)
2020-09-08 17:11 || Monde Monde

Une nouvelle loi oblige les prêtres de l'État du Queensland, en Australie, à violer le secret de la confession pour signaler à la police les abus sexuels sur des enfants, sous peine de trois ans de prison.

La loi a été adoptée par le Parlement du Queensland le 8 septembre. Elle a reçu le soutien des deux principaux partis, mais est dénoncée par l'Église catholique.

Un prélat du Queensland, l'évêque Tim Harris de Townsville, a tweeté un lien vers un article sur l'adoption de la nouvelle loi et a déclaré: «Les prêtres catholiques ne peuvent pas briser le secret de la confession.»

La nouvelle loi est une réponse aux recommandations de la Commission royale sur les abus sexuels sur enfants, qui a révélé et documenté l'histoire tragique des abus dans les organisations religieuses et laïques, y compris les écoles et orphelinats catholiques à travers le pays. L'Australie-Méridionale, le Victoria, la Tasmanie et le Territoire de la capitale australienne ont déjà promulgué des lois similaires.

L'une des recommandations de la Commission royale était que la Conférence des évêques catholiques australiens consulte le Saint-Siège et «précise si les informations reçues d'un enfant lors du sacrement de réconciliation selon lesquelles il a été abusé sexuellement sont couvertes par le secret de la confession» et également si «si une personne confesse lors du sacrement de réconciliation avoir commis des abus sexuels sur des enfants, l'absolution peut et doit être suspendue jusqu'à ce qu'elle se dénonce aux autorités civiles».

Mais une note approuvée par le pape François et publiée par le Vatican à la mi-2019 a réaffirmé le secret absolu de tout ce qui est dit en confession et a appelé les prêtres à le défendre à tout prix, même au prix de leur vie.

Le prêtre, en effet, apprend les péchés du pénitent «non ut homo sed ut Deus» – non pas en tant qu'homme, mais en tant que Dieu - au point qu'il «ne sait pas» ce qui a été dit au confessionnal parce qu'il n'a pas écouté en tant qu'homme, mais précisément au nom de Dieu, indique le document du Vatican.

La défense du secret sacramentel par le confesseur, si nécessaire, même au point de verser du sang, dit la note, n'est pas seulement un «acte obligatoire» d'allégeance au pénitent mais est bien plus: c'est un témoignage nécessaire – un martyre – du «pouvoir de salut unique et universel du Christ et de son Église».

Le Vatican a fait référence à ce document dans ses observations sur les recommandations de la Commission royale. La Conférence des évêques catholiques australiens a publié sa réponse au début du mois de septembre.

«Même si le prêtre est tenu de maintenir scrupuleusement le secret du confessionnal, il peut certainement, et même dans certains cas devrait, encourager une victime à chercher de l'aide en dehors du confessionnal ou, le cas échéant, à [encourager la victime à] signaler un cas d'abus aux autorités», a déclaré le Vatican dans ses observations.

«En ce qui concerne l'absolution, le confesseur doit déterminer que les fidèles qui confessent leurs péchés sont vraiment désolés pour eux» et ont l'intention de changer. «La repentance étant, en fait, au cœur de ce sacrement, l'absolution ne peut être refusée que si le confesseur conclut que le pénitent ne possède pas la contrition nécessaire», a déclaré le Vatican.

L'archevêque de Brisbane, Mark Coleridge, président de la Conférence des évêques catholiques australiens, a affirmé l'engagement de l'Église à protéger les enfants et à mettre fin aux abus, mais a déclaré que briser le secret du confessionnal «ne changerait rien à la sécurité des jeunes».

Dans une présentation officielle au Parlement du Queensland, l'archevêque Coleridge a expliqué que la législation ferait des prêtres «moins un serviteur de Dieu qu'un agent de l'État», a rapporté The Catholic Leader, journal de l'archidiocèse de Brisbane. Il a également déclaré que la législation proposée soulevait «des questions majeures sur la liberté religieuse» et était basée sur une «mauvaise connaissance de la façon dont le sacrement fonctionne réellement dans la pratique».

Toutefois, le ministre de la police, Mark Ryan, a affirmé que les lois assureront une meilleure protection des enfants vulnérables.

«L'exigence et, très franchement, l'obligation morale de signaler les comportements envers les enfants s'appliquent à tous les membres de cette communauté», a-t-il déclaré. «Aucun groupe ou profession n'est isolé.»

***

 

 

du même auteur

S'adressant aux membres de la Banque pharmaceutique italienne, une organisation caritative qui fournit des médicaments aux pauvres, le pape a déclaré le 19 septembre que la crise économique générée par la pandémie a jeté une lumière sur la pauvreté dans le monde, y compris la «pauvreté pharmaceutiqu
2020-09-22 10:44 || Monde Monde

Le pape appelle à une distribution éthique du futur vaccin

Le cardinal Antonio Cañizares Llovera (photo) de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur.
2020-09-17 15:01 || Monde Monde

Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

Des jeunes manifestent contre la brutalité policière à Bogota, en Colombie, le 13 septembre 2020.
2020-09-14 16:00 || Monde Monde

Violences policières en Colombie: calme et justice souhaités

articles récents

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Lieux de culte ouverts même en zone rouge

Le ministre de la Santé et des Services sociaux se dit «très sensible aux arguments» qu'il a entendus depuis qu'il a édicté, dimanche, que le nombre de personnes que peuvent dorénavant accueillir les lieux de culte du Québec étaient de 50 et même 25.
2020-09-24 18:13 || Québec Québec

Lieux de culte: le gouvernement prend note de la grogne

C’est surtout la littérature scientifique et les rassemblements complémentaires aux cérémonies religieuses qui auraient poussé le gouvernement à diminuer la limite de personnes autorisées à l’intérieur des lieux de culte.
2020-09-22 15:50 || Québec Québec

Lieux de culte: le Dr Arruda évoque la science et la socialisation périphérique