Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph

Pour les soeurs, l’Hôtel-Dieu de Montréal n’a pas rendu son dernier souffle

Les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph ont apprécié le documentaire sur l'Hôtel-Dieu de Montréal.
Les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph ont apprécié le documentaire sur l'Hôtel-Dieu de Montréal.   (Présence/Yves Casgrain)
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2017-05-23 09:41 || Québec Québec

Alors que le documentaire Le dernier souffle. Au cœur de l’Hôtel-Dieu de Montréal est en salle depuis plus d’un mois, les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph ont commenté l’œuvre d’Annabel Loyola et confié leur état d’esprit lors d’une projection publique à laquelle elles étaient conviées.

«Je ne crois pas que c’est son dernier souffle! C’est le titre du documentaire, je sais…», lance avec assurance sœur Marie-Thérèse Laliberté. Pour elle, l’Hôtel-Dieu vit un changement comme il en a vécu d’autres depuis sa fondation. «Vous savez, l’Hôtel-Dieu n’est pas le même qu’à ses débuts. Il a changé et il changera encore.»

Celle qui est entrée dans la congrégation des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph en 1958 se dit néanmoins très émue par le documentaire. «Cela fait deux fois que je le vois. Cela me touche au cœur, vous savez.»

De son côté, sœur Marie-Blanche Leblanc, bénévole aux soins palliatifs, se dit «sereine». «Naturellement, c’est un deuil à faire. Nous avons fait beaucoup pour les malades. Maintenant, il est temps de lâcher prise. Toutes nos œuvres sont appelées à disparaître», philosophe celle qui est la seule sœur encore active à l’Hôtel-Dieu.

Sœur Denise Lafond s’est dite très impressionnée par l’image de la ruche utilisée par Annabel Loyola dans le documentaire. «C’est un lien exceptionnel. La ruche, tout comme l’Hôtel-Dieu, est sans cesse en activité. Comme elle, l’hôpital peut mourir.»

Tout comme ses consœurs, elle affirme avoir confiance en l’avenir. Bien qu’elle ne participe pas aux rencontres de la coalition d’organismes communautaires qui milite pour préserver le site de l’Hôtel-Dieu, sœur Lafond dit s’informer de leurs avancées. Elle s’inquiète même de divisions possibles au sein de la coalition. «Unissez vos forces. Plus nous sommes centrés sur le même objectif, plus les chances de réussite sont grandes!»

Sœur Leblanc, elle,  milite au sein de la coalition. «J’assiste aux réunions. Je trouve que les gens qui y participent sont très engagés. Je suis sûre que tout ira pour le mieux.»

Confiante, elle l’est aussi devant les laïcs qui depuis de nombreuses années déjà ont pris la relève au sein de l’Hôtel-Dieu. «Je suis heureusement surprise de voir comment ils prennent le flambeau. Les laïcs qui travaillent là sont vraiment extraordinaires. Il se passe des choses merveilleuses. Nous allons voir naître autre chose. Cela va être très bien.»

 

du même auteur

Lorraine Derocher, une spécialiste de la protection de l’enfance dans les milieux sectaires, craint que le développement physique et psychologique des mineurs soit compromis au sein de certains mouvements isolés qui prédisent l’apocalypse.
2020-04-23 15:18 || Québec Québec

Une sociologue s’inquiète pour les enfants membres de mouvements apocalyptiques

La mission des intervenants en soins spirituels prend une importance accrue en ce temps de pandémie.
2020-04-14 18:57 || Québec Québec

Les intervenants en soins spirituels, rouage délicat pendant la pandémie

Des pèlerins prient au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap. «Nous n’avons pas de base financière nous permettant de vivre cette situation encore très longtemps», confie le recteur Pierre-Olivier Tremblay au sujet des mesures pour endiguer la pandémie.
2020-04-02 10:58 || Québec Québec

Frappée de plein fouet, l’industrie du tourisme religieux garde espoir

articles récents

Un document rare conservé au département des archives de l'archidiocèse de Montréal.
2020-05-13 16:08 || Québec Québec

Un archiviste religieux s'inquiète du contrecoup de la pandémie

Un groupe de Québec s’active pour donner une vocation communautaire et socioculturelle à l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre dernier.
2020-05-05 17:52 || Québec Québec

Un groupe espère toujours sauver l’église du Très-Saint-Sacrement

Sur cette photo ancienne, les membres de ce corps de musique prennent la pose précisément lors du congrès eucharistique de Victoriaville de 1918.
2020-04-13 00:00 || Québec Québec

Une fanfare, un congrès eucharistique et la grippe espagnole