Conférence de Mohamed Labidi sur le vivre-ensemble

Pour une relance du dialogue islamo-chrétien à Québec

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, donnait une conférence sur le vivre-ensemble au Montmartre canadien le 21 mars 2018.
Le président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, donnait une conférence sur le vivre-ensemble au Montmartre canadien le 21 mars 2018.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2018-03-23 11:48 || Québec Québec

«Vous allez voir que nous sommes très proches.» Sous les lumières tamisées de la grande salle de conférence du Montmartre canadien, Mohamed Labidi lance un sourire à la cinquantaine de personnes majoritairement chrétiennes, venues écouter sa conférence sur le vivre-ensemble. Le président du Centre culturel islamique de Québec – où s’est déroulé l’attentat du 29 janvier 2017 – est revenu tour à tour sur ce qu’il appelle les zones «d’ombre et de lumière» en matière d’intégration de la communauté musulmane à Québec. Ce faisant, il a permis de constater que le fruit est mûr pour une relance du dialogue islamo-chrétien à Québec.

«J’ai voulu ouvrir mon cœur ce soir», a-t-il dit. «Le vivre-ensemble, ombre et lumière, est effectivement une dualité que vit la communauté musulmane de Québec sur plusieurs aspects. Toutes les réalisations de rapprochement avec la société québécoise qui se sont accélérées cette dernière année surtout après la tragédie de la grande mosquée, reflètent cette lumière qui nous guide vers un avenir meilleur. Cette lumière va nécessairement dissiper l’ombre qui plane sur le vivre-ensemble: dissiper les préjugés par la connaissance et les rencontres, le rejet par l’intégration de l’autre, la stigmatisation par le respect de l’autre», a-t-il avancé.

M. Labidi a consacré une grande partie de sa présentation à rappeler ce que dit le Coran de Jésus et de Marie. Devant lui se trouvaient essentiellement des catholiques, habitués des cycles de conférences proposées par les assomptionnistes du Montmartre.

Pour une discussion éclairée

Selon le président du CCIQ, «Dieu a posé les jalons» de la discussion entre les chrétiens et les musulmans. Le Coran, rappelle-t-il, invite les musulmans à discuter sereinement avec les chrétiens.

Cet écho est cependant confronté à de lourds défis dans notre monde, croit-il. «Notre société valorise aujourd’hui ce qui est fait et consommé rapidement, en escamotant souvent l’aspect qualitatif. Les choses sont jugées non par la qualité, mais par la rentabilité qu’elles procurent», a-t-il dit. «Hélas, notre vision des musulmans et de l’islam souffre de préjugés et de demi-vérités. Certains pensent que c’est une religion belliqueuse incompatible avec la démocratie. Mais elle a comme principes fondamentaux le respect de la vie et de la conscience.»

Dans l’histoire humaine, a-t-il rappelé, de grandes périodes lumineuses pour le vivre-ensemble ont pu se développer de manière avant-gardiste sur des territoires musulmans. Il a évoqué la cohabitation pacifique et respectueuse entre juifs, chrétiens et musulmans pendant plusieurs siècles en Andalousie.

Solidarité et procès

Lors des échanges qui ont suivi sa conférence, il est revenu sur le mouvement de solidarité qui a suivi l’attentat à la mosquée. «L’élan de sympathie qu’on a vécu est mémorable. C’était à la hauteur de la générosité des Québécois et Québécoises, Canadiens et Canadiennes. Vraiment, c’étaient des moments historiques», a-t-il confié. «Tout le monde était là. On dirait que c’était une même famille. Il faut que ça continue comme ça.»

Il a expliqué que la communauté musulmane continue de «vivre» et de «sentir» le 29 janvier et qu’on invite plus souvent la communauté musulmane à prendre la parole.

«Avec le temps, ça va dissiper l’ignorance vis-à-vis les musulmans. Dans toute mauvaise action, parfois il y a de bonnes choses.» Puis, désignant l’assemblée, le doigt levé, il ajouta: «Le bien, ce sont ces rencontres. Et particulièrement avec les communautés chrétiennes. On répond à ces gestes positifs. On est appelés à le faire. C’est un devoir. Un devoir d’aller vous rencontrer, d’échanger avec vous.»

À quelques jours de l’ouverture du procès d’Alexandre Bissonnette, l’homme accusé d’avoir perpétré la tuerie de la grande mosquée, M. Labidi a dit souhaiter que l’unité et la fraternité qui se sont manifestées depuis ce soir fatidique continuent d’être centraux pendant la durée du procès.

Il a rappelé que les familles des victimes sont toujours en deuil et qu’elles attendent que justice soit faite.

«Quand je vois les veuves, les orphelins, je ne peux rien dire. C’est à eux de dire. Ils attendent un procès juste. Qu’on reconnaisse les coupables. Sans oublier que les musulmans accordent une grande importance au pardon. Celui qui ne pardonne pas n’accède pas au pardon du Seigneur », a-t-il nuancé. «Mais il y a cet autre côté de la médaille aussi : si quelqu’un qui tue six personnes s’en sort sans punition, ça ne peut pas donner un bon exemple pour la société. Il faut que la société avance. Il faut que la société avance et se protège contre ceux qui n’ont pas des idées… très catholiques », a-t-il ajouté.

Pour une relance du dialogue islamo-chrétien

Dans l’assistance, certains sont venus dire à M. Labidi que le fruit semble mûr pour une relance du dialogue islamo-chrétien à Québec. C’est notamment le cas de Pierre Lefebvre, répondant diocésain à Québec pour le dialogue interreligieux, qui a redit son désir de voir les discussions se multiplier. Le père Jean Richard, professeur émérite de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval, a quant à lui d’emblée proposé des pistes de réflexion théologique sur la question de l’immanence. Il a dit qu’il « aimerait prendre part » à un dialogue islamo-chrétien à Québec.

Réagissant à ces désirs, M. Labidi a répondu que c’est aussi pour lui «un grand souhait».

 

du même auteur

Détail d'une église de Turin, en Italie. Les évêques italiens ont approuvé cette semaine une nouvelle traduction de la prière du Notre Père.
2018-11-16 15:12 || Monde Monde

Nouvelle traduction du Notre Père approuvée en Italie

Détail du dépliant promotionnel pour la 16e édition de Noël en Lumière qui se tiendra du 21 décembre au 6 janvier au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap.
2018-11-13 17:35 || Québec Québec

Un Noël en Lumière pensé pour les familles

Kristallnacht à Berlin en 1938, où les nazis s'en étaient pris à des commerces, écoles et maison juives. C'est pour fuir de telles violences que les juifs du MS Saint Louis espéraient entrer au Canada en 1939.
2018-11-09 17:00 || Canada Canada

Excuses officielles du Canada aux juifs du MS Saint Louis

articles récents

Les Cloches de la paix sonneront 100 fois le 11 novembre. Ce geste de solidarité auquel prendront part plusieurs églises survient alors que plusieurs voix appellent l'Église catholique à remettre en question son ancienne théorie de la «guerre juste».
2018-11-08 15:15 || Canada Canada

En Estrie, les cloches des églises sonneront 100 fois pour le jour du Souvenir

Le cantor Gideon Zelermyer, de la congrégation Shaar Hashomayim, et le rabbin Reuben Poupko, de la synagogue  Beth Israel Beth Aaron, entonnent les hymnes nationaux lors d'une vigile pour les victimes de l'attentat de Pittsburgh.
2018-10-31 16:51 || Québec Québec

Vigile de solidarité à Montréal pour les victimes de Pittsburgh

La remise du Prix Marie-Guyart à François Gloutnay a eu lieu lors du banquet annuel de l’association le 25 octobre 2018 à l’Hôtel-Musée des Premières Nations, à Wendake. M. Gloutnay a reçu le prix des mains de soeur Lise Munro.
2018-10-30 19:55 || Québec Québec

François Gloutnay remporte le Prix Marie-Guyart