Aucun commentaire de la communauté

Nouveau recours collectif contre les Frères du Sacré-Cœur

Un homme âgé aujourd'hui de 55 ans vient de demander à la Cour supérieure du Québec d'autoriser un recours collectif contre les Frères du Sacré-Cœur.
Un homme âgé aujourd'hui de 55 ans vient de demander à la Cour supérieure du Québec d'autoriser un recours collectif contre les Frères du Sacré-Cœur.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-02-08 11:06 || Québec Québec

Un homme âgé aujourd'hui de 55 ans vient de demander à la Cour supérieure du Québec d'autoriser un recours collectif contre les Frères du Sacré-Cœur. L'homme, qu'on appelle «F.» dans la requête rendue publique le 7 février 2019, allègue qu'à l'âge de 15 et de 16 ans, alors qu'il fréquentait un camp de vacances aux Éboulements, il a été agressé sexuellement à plusieurs reprises par le religieux responsable de l'infirmerie.

La victime F. explique qu'au début de la deuxième semaine de son tout premier séjour au Camp Le Manoir, il se blesse à la hanche en tombant par terre. C'est là qu'il rencontre le frère Léon Maurice Tremblay - aussi connu sous son mon religieux de frère Germain - alors surveillant et responsable de l'infirmerie du Camp Le Manoir, un camp de vacances fondé en 1965 par les Frères du Sacré-Cœur.

Dès cette première rencontre à l'infirmerie, F. sera agressé sexuellement avant d'être soigné par le religieux qui lui demande de «garder ça entre nous deux». Afin de surveiller l'évolution de sa blessure, le religieux demande à F. de retourner à l'infirmerie. «Le frère Tremblay profite de chacune de ces rencontres 'de suivi' afin d'agresser sexuellement le Demandeur, en procédant à des masturbations mutuelles similaires à celles commises lors de la première agression», indique la requête déposée par le cabinet d'avocats Kugler Kandestin au nom de la victime.

«Issu d'une famille dont les parents sont très croyants et se rendent à l'église tous les dimanches», F. abandonne ses études, consomme de la cocaïne et de l'alcool et fait plusieurs tentatives de suicide. Hospitalisé en août 2013, on lui «diagnostique une hémorragie au cerveau qui le rendra temporairement aveugle».

«F. craint de mourir sans avoir dévoilé au grand jour son secret», indique la requête. Rétabli, il portera plainte aux policiers et le religieux sera arrêté. «Le Demandeur considère l'instant où les policiers communiquent avec lui afin de l'informer de l'arrestation du frère Tremblay comme le moment le plus libérateur de toute sa vie.»

Le frère Léon Maurice Tremblay est décédé en mars 2017.

D'autres victimes

La requête déposée en Cour supérieure du Québec allègue que la communauté des Frères du Sacré-Cœur savait que le frère Tremblay avait commis d'autres agressions avant qu'il ne soit nommé au Camp Le Manoir. Le religieux «a tout simplement été transféré ailleurs», déplore-t-on. Les supérieurs de la congrégation ont donc «sciemment permis que celui-ci demeure responsable d'enfants».

Les avocats indiquent avoir «été contactés, sous le sceau de la confidentialité et du secret professionnel, par d'autres personnes ayant été agressées sexuellement par le frère Tremblay, et ii est évident que celui-ci a fait plusieurs victimes au fil de ses diverses assignations par l'lnstitut [ndlr: les Frères du Sacré-Cœur]».

C'est pourquoi la victime F. et le cabinet d'avocats Kugler Kandestin demandent que soit autorisé un recours collectif au nom de «toutes les personnes qui ont été agressées sexuellement au Québec par un religieux des Frères du Sacré-Cœur dans tout établissement de formation, école, collège, établissement de loisir, centre d'animation, camp, résidence, paroisse, lieu de culte, ou tout autre endroit».

La victime F. réclame une somme de 950 000 $ à titre de compensation. Le recours collectif souhaite aussi que l'ensemble des victimes des Frères du Sacré-Cœur se partagent une somme de 15 M $.

Deuxième recours collectif

La Cour supérieure du Québec a autorisé en novembre 2017 une première demande de recours collectif contre la congrégation religieuse des Frères du Sacré-Cœur. Cette action collective, elle aussi présentée par le cabinet d'avocats Kugler Kandestin, a été intentée au nom de «toutes les personnes qui ont été abusées sexuellement par un religieux membre de la congrégation religieuse des Frères du Sacré-Cœur, alors qu’elles étaient étudiantes, pensionnaires ou candidates à l’admission au Mont-Sacré-Cœur [un collège de Granby] entre 1932 et 2008».

Dans ce recours, c’est aussi une somme de 15 M $ qui est réclamée par les victimes.

Réaction de la communauté

Au lendemain du dépôt de la demande, les responsables de la province canadienne des Frères du Sacré-Cœur n’avaient toujours pas émis de commentaires sur ce nouveau recours collectif.

«Le frère Donald Bouchard est présentement en Afrique», a indiqué le 8 février le réceptionniste de la maison provinciale, à Sherbrooke. C’est le frère Bouchard, premier conseiller provincial de la congrégation des Frères du Sacré-Cœur, qui avait répondu aux questions des médias lorsque le premier recours collectif a été déposé en 2016.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Gérard Veilleux, président du conseil d’administration de la Fondation Monbourquette.
2019-02-21 21:29 || Québec Québec

Création de la Chaire Jean-Monbourquette à l'UdeM

2019-02-19 09:02 || Vatican Vatican

Abus sexuels: mea culpa des congrégations religieuses

Mgr Lionel Gendron, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada et évêque de Saint-Jean-Longueuil.
2019-02-18 14:16 || Vatican Vatican

Abus sexuels dans l'Église: pas qu'un problème américain ou européen

articles récents

L'actuel nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi, assure que la nonciature n'a reçu aucune plainte au sujet de Mgr Luigi Ventura, actuel nonce à Paris, mais nonce au Canada de 2001 à 2009.
2019-02-15 17:50 || Monde Monde

Enquête sur Mgr Ventura: «Pour moi c’est difficile à croire»

Le président français Emmanuel Macron et le nonce apostolique en France, Luigi Ventura, se saluent en janvier 2018. Ancien nonce au Canada, Mgr Ventura est visé par une enquête pour agression sexuelle.
2019-02-15 10:30 || Monde Monde

L’ancien nonce au Canada sous enquête pour agression sexuelle

La grande mosquée de Québec en 2017.
2019-02-12 11:39 || Québec Québec

Sentence de Bissonnette: combat contre l’islamophobie loin d'être gagné, disent des groupes