Personnel des infirmeries de communautés

Infirmeries d'institutions religieuses: un syndicat interpelle Québec

Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé recevrait une prime, la FSSS-CSN s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.
Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé recevrait une prime, la FSSS-CSN s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.   (Unsplash)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-05-03 17:38 || Québec Québec

«On a bien l'intention de continuer de faire entendre la voix des travailleurs des institutions religieuses durant cette crise de la COVID-19», dit Lucie Longchamps, la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN.

Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé et des services sociaux recevrait une prime, son syndicat s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des infirmeries des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.

«On a d'abord contacté chacun des gestionnaires de ces institutions afin d'obtenir des primes semblables à celles offertes dans le secteur public», explique-elle. La fédération syndicale a bien reçu quelques réponses favorables, à Montréal notamment, mais elle a aussi essuyé des refus «parce qu'il y a des institutions qui n'ont carrément pas les moyens de les verser».

«Le réseau public devient alors très attractif», reconnaît-elle. «Les travailleurs y ont des primes, ils gagnent plus cher. Ils ont peut-être aussi le sentiment qu'ils auront ailleurs les équipements de protection nécessaires.»

Dans une lettre remise d'urgence au premier ministre François Legault, l'Association des trésorières et trésoriers des instituts religieux (ATTIR) déplorait aussi que les communautés religieuses qui offrent des services d'infirmerie à leurs membres aient perdu plusieurs membres de leur personnel dès l'annonce gouvernementale.

«Nombre d’employés se sont retirés de leur poste auprès des personnes religieuses, vu les conditions salariales que le gouvernement du Québec a décrétées afin d’attirer les employés qui travaillaient jusqu’à tout récemment auprès d'elles», écrivait sœur Claire Houde, la présidente de l’ATTIR.

Déterminée à obtenir les primes gouvernementales, la vice-présidente de la FSSS-CSN a alors contacté la direction du ministère de la Santé et des Services sociaux. «Là, on nous a expliqué que pour se qualifier, l'institution doit avoir une accréditation comme Résidence pour personnes âgées, Ressource intermédiaire ou Ressource de type familial.»

Pour le gouvernement, déplore la syndicaliste, «les institutions religieuses n'appartiennent à aucune de ces catégories. Elles se retrouvent dans une zone grise.»

Elle a l'intention de poursuivre ses démarches pour que tous les 800 membres de son syndicat qui travaillent dans de grandes infirmeries liées à des congrégations religieuses de Montréal, de Rimouski et de Saint-Hyacinthe, aient accès aux primes salariales. Parce qu'il est important de préserver le très bon lien usagers-travailleurs qu'elle observe dans ces institutions.

«Les employés qui y travaillent aiment les religieuses et ont un très bon lien d'attachement avec elles. Et ce sont des femmes qui sont gentilles avec le personnel. Je suis convaincue que plusieurs hésitent à quitter leur emploi.»

La difficulté qu'elle constate, «c'est qu'actuellement beaucoup de changements doivent être opérés et, dans certaines institutions, on n'a pas les outils nécessaires.»

Dans cette crise, le gouvernement a visiblement oublié les institutions religieuses ainsi que leur personnel, déplore Lucie Longchamps. «Ce sont pourtant des anges gardiens qui doivent être reconnus. Les travailleuses et travailleurs des institutions religieuses font tout ce qu’elles peuvent dans cette période difficile. Ils ont besoin d’une prime et de moyens pour assurer leur protection.»

***

 

 

du même auteur

«Osez donc venir découvrir cette femme que vous pensez connaître», lance résolument Jean-François Royal aux voisins du Site historique Marguerite-Bourgeoys et aux gens des autres régions qui «oseront» venir à Montréal cet été.
2020-07-02 06:12 || Québec Québec

Découvrir la Marguerite Bourgeoys 2.0 cet été

La Sûreté du Québec a arrêté un total de huit membres des Clercs de Saint-Viateur entre le 23 et le 30 juin 2020.
2020-06-30 17:05 || Québec Québec

Nouvelles arrestations de Clercs de Saint-Viateur

Le syndicaliste Joseph Giguère, premier directeur général laïque du Centre St-Pierre de Montréal, est décédé le mardi 23 juin 2020.
2020-06-29 14:19 || Québec Québec

Décès de Joseph Giguère, figure majeure du catholicisme social

articles récents

«Mais ce que je peux affirmer, sans hésitation aucune, c'est que la Résidence De La Salle était et est toujours l’une des résidences pour aînés les mieux gérées et les mieux organisées de tout le Québec», dit Florent Gaudreault, supérieur provincial des Frères des Écoles chrétiennes du Canada franco
2020-06-17 09:08 || Québec Québec

Comment expliquer les 34 morts de la Résidence De La Salle?

Québec versera près de 5,2 M $ aux communautés religieuses du Québec afin qu'elles puissent offrir des primes aux membres de leur personnel qui œuvrent dans leurs infirmeries.
2020-06-08 12:38 || Québec Québec

Santé: près de 5,2 millions $ pour les congrégations religieuses

Le mardi 2 juin, le gouvernement du Québec a dévoilé la mise en place d'un programme de formation accéléré visant créer 10 000 postes de préposés aux bénéficiaires pour les CHSLD. Ce programme crée de l'inquiétude dans les communautés religieuses.
2020-06-05 09:11 || Québec Québec

Préposés: inquiétudes dans les communautés religieuses