Personnel des infirmeries de communautés

Infirmeries d'institutions religieuses: un syndicat interpelle Québec

Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé recevrait une prime, la FSSS-CSN s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.
Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé recevrait une prime, la FSSS-CSN s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.   (Unsplash)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-05-03 17:38 || Québec Québec

«On a bien l'intention de continuer de faire entendre la voix des travailleurs des institutions religieuses durant cette crise de la COVID-19», dit Lucie Longchamps, la vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN.

Dès que le premier ministre François Legault a annoncé que le personnel de la santé et des services sociaux recevrait une prime, son syndicat s'est empressé de s'assurer que les travailleurs des infirmeries des institutions religieuses qu'il représente seraient aussi éligibles.

«On a d'abord contacté chacun des gestionnaires de ces institutions afin d'obtenir des primes semblables à celles offertes dans le secteur public», explique-elle. La fédération syndicale a bien reçu quelques réponses favorables, à Montréal notamment, mais elle a aussi essuyé des refus «parce qu'il y a des institutions qui n'ont carrément pas les moyens de les verser».

«Le réseau public devient alors très attractif», reconnaît-elle. «Les travailleurs y ont des primes, ils gagnent plus cher. Ils ont peut-être aussi le sentiment qu'ils auront ailleurs les équipements de protection nécessaires.»

Dans une lettre remise d'urgence au premier ministre François Legault, l'Association des trésorières et trésoriers des instituts religieux (ATTIR) déplorait aussi que les communautés religieuses qui offrent des services d'infirmerie à leurs membres aient perdu plusieurs membres de leur personnel dès l'annonce gouvernementale.

«Nombre d’employés se sont retirés de leur poste auprès des personnes religieuses, vu les conditions salariales que le gouvernement du Québec a décrétées afin d’attirer les employés qui travaillaient jusqu’à tout récemment auprès d'elles», écrivait sœur Claire Houde, la présidente de l’ATTIR.

Déterminée à obtenir les primes gouvernementales, la vice-présidente de la FSSS-CSN a alors contacté la direction du ministère de la Santé et des Services sociaux. «Là, on nous a expliqué que pour se qualifier, l'institution doit avoir une accréditation comme Résidence pour personnes âgées, Ressource intermédiaire ou Ressource de type familial.»

Pour le gouvernement, déplore la syndicaliste, «les institutions religieuses n'appartiennent à aucune de ces catégories. Elles se retrouvent dans une zone grise.»

Elle a l'intention de poursuivre ses démarches pour que tous les 800 membres de son syndicat qui travaillent dans de grandes infirmeries liées à des congrégations religieuses de Montréal, de Rimouski et de Saint-Hyacinthe, aient accès aux primes salariales. Parce qu'il est important de préserver le très bon lien usagers-travailleurs qu'elle observe dans ces institutions.

«Les employés qui y travaillent aiment les religieuses et ont un très bon lien d'attachement avec elles. Et ce sont des femmes qui sont gentilles avec le personnel. Je suis convaincue que plusieurs hésitent à quitter leur emploi.»

La difficulté qu'elle constate, «c'est qu'actuellement beaucoup de changements doivent être opérés et, dans certaines institutions, on n'a pas les outils nécessaires.»

Dans cette crise, le gouvernement a visiblement oublié les institutions religieuses ainsi que leur personnel, déplore Lucie Longchamps. «Ce sont pourtant des anges gardiens qui doivent être reconnus. Les travailleuses et travailleurs des institutions religieuses font tout ce qu’elles peuvent dans cette période difficile. Ils ont besoin d’une prime et de moyens pour assurer leur protection.»

***

 

 

du même auteur

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

articles récents

Le premier ministre François Legault a notamment annoncé la fermeture des lieux de culte du samedi 9 janvier au lundi 8 février 2021.
2021-01-06 17:14 || Québec Québec

Lieux de culte fermés, sauf pour les funérailles

«À l'heure actuelle, il y a des éclosions dans des communautés religieuses», confirme la docteure Marie Muñoz-Bertrand, médecin-conseil à la Direction régionale de santé publique de Montréal.
2020-12-22 15:42 || Québec Québec

La santé publique inquiète des éclosions dans les congrégations religieuses

La docteure Valérie Julie Brousseau exhorte les communautés religieuses à bien suivre les directives de la santé publique pour leurs milieux de vie.
2020-12-21 05:46 || Québec Québec

Trop de communautés religieuses n'appliquent pas bien les mesures, dit une docteure