Le coronavirus et l'Église catholique au Canada

Prévention du COVID-19: divergences profondes entre les diocèses

Les responsables des différents diocèses catholiques du Canada sont en désaccord sur les mesures à prendre pour contrer la maladie.
Les responsables des différents diocèses catholiques du Canada sont en désaccord sur les mesures à prendre pour contrer la maladie.   (Archives Présence/P. Vaillancourt)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-03-18 09:14 || Canada Canada

Malgré le fait que l’épidémie de COVID-19 ait provoqué la fermeture de frontières, entraîné la mort de près de 8000 personnes et le confinement de millions d'autres à travers le monde, les responsables des différents diocèses catholiques du Canada sont toujours en désaccord sur les mesures à prendre pour contrer la maladie.

Cette situation s'explique en raison des approches provinciales différentes en matière de santé publique, ont indiqué ce matin les responsables des communications de plusieurs diocèses.

Le dimanche 15 mars, l’exécutif de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ) a recommandé «l’annulation de toutes les célébrations et de toutes les activités publiques dans les églises du Québec».

Deux jours plus tard, l'archevêque Mgr J. Michael Miller indiquait maintenir ouvertes toutes les églises de l'archidiocèse de Vancouver, en Colombie-Britannique.

«Toutes les paroisses doivent continuer à offrir la messe dominicale et quotidienne aux heures prévues. L'assistance doit être maintenue à un niveau inférieur ou égal aux 50 personnes requises par le ministère de la Santé et la "distance sociale" de deux mètres est maintenue», écrivait-il dans une lettre pastorale déposée à la une du site Web de l'archidiocèse.

La veille, le lundi 16 mars, Mgr Miller avait demandé à ce qu'un maximum de 50 personnes soient autorisées à participer aux messes ou événements tenus dans les limites de l'archidiocèse.

En Alberta, toujours le 16 mars, l'archevêque d'Edmonton, Mgr Richard Smith, avait de son côté annulé «jusqu'à nouvel ordre», les messes du dimanche et de tous les jours de la semaine.

«Pour la durée de cette période, j'accorde à tous les fidèles catholiques la dispense de leur obligation dominicale. La célébration dominicale de l'Eucharistie étant le cœur même de notre vie catholique, l'impossibilité de se réunir est une cause de grande souffrance. Acceptons cela comme notre devoir civique et offrons ce moment en sacrifice à Dieu pour le bien de tous ceux qui sont malades du virus COVID-19.»

«Les six évêques de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest ont émis les mêmes restrictions.  Ils se sont consultés à ce sujet pour assurer une approche unifiée», a indiqué ce matin Lorraine Turchansky, la directrice des communications de l'archidiocèse d'Edmonton.

À Regina, en Saskatchewan, Mgr Donald J. Bolen a ordonné le lundi 16 mars que «tous les rassemblements de plus de 250 personnes soient interdits jusqu'à nouvel ordre».

Il recommandait aussi «fortement, dans l'intérêt de la meilleure protection des plus vulnérables de nos communautés, que les rassemblements de plus de 50 personnes ne se produisent pas.»

Le Service des communications de l'archidiocèse de Regina a aussi indiqué qu'«au cours des deux prochains jours, nous allons entreprendre des consultations plus intenses avec les responsables de la santé publique, d'autres diocèses et éparchies, et nos pasteurs concernant des directives spécifiques pour nos paroisses, y compris la possibilité de suspendre temporairement les messes.»

Eric Gurash, le directeur des communications, reconnaît qu'actuellement, dans le milieu catholique, «des options divergentes sont présentées et que beaucoup expriment des opinions tranchées sur les prochaines étapes à suivre».

L’archidiocèse de Winnipeg, dirigé par Mgr Richard Gagnon, actuel président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, a publié ses dernières directives sur l'épidémie le vendredi 13 mars 2020. Le mémo qu'il a signé est muet sur l'annulation des messes et ne contient que des précautions élémentaires à prendre. Mgr Gagnon «recommande fortement», lors de la communion, de déposer l'hostie dans les mains et non sur la langue des fidèles.

«Les évêques du Manitoba se réuniront aujourd'hui (le mercredi 18 mars) par vidéoconférence afin d'examiner une réponse coordonnée aux derniers développements concernant le coronavirus», indique Christian Martinez, le directeur des communications de l'archidiocèse de Winnipeg.

Le mardi 17 mars, l'archevêque de Toronto, le cardinal Thomas Collins a ordonné «que toutes les messes publiques soient annulées, tant en semaine qu'en fin de semaine». Il précise que «les églises seront disponibles pour la prière privée individuelle» alors qu'il demande à tous les prêtres de l'archidiocèse de célébrer la messe «en privé aux intentions des fidèles».

«C’est avec regret que nous devons suspendre temporairement toute célébration publique de la messe et des autres rassemblements des catholiques dans l’archidiocèse», a déclaré, le mardi 17 mars en fin d'après-midi, Mgr Terrence Prendergast, l'archevêque d'Ottawa.

L’archevêque a indiqué aux fidèles que cette décision «n’a pas été prise à la légère en raison du rôle central que joue la messe dans la vie catholique».

«Pour l’instant, la célébration publique des messes sera suspendue du 18 mars au 5 avril. Les décisions concernant la célébration de la Semaine sainte et de Pâques seront prises plus tard», a-t-il ajouté.

«En Ontario, nous nous trouvons assujettis, depuis hier, à une déclaration de situation d’urgence», a indiqué Robert Du Broy, le directeur des communications de l'archidiocèse d'Ottawa. Le gouvernement provincial a ordonné le mardi 17 mars que «tous les événements publics organisés de plus de 50 personnes soient interdits, y compris les défilés, les événements et les services communautaires dans les lieux de culte».

«Ces décrets resteront en vigueur jusqu'au 31 mars 2020, date à laquelle la province réévaluera la possibilité d'une prolongation ou mettra fin aux fermetures», ajoute-t-il.

Dans au moins trois diocèses du Québec (Saint-Jean-Longueuil, Sainte-Anne-de-la-Pocatière et Trois-Rivières), les célébrations de la Semaine sainte ont déjà été annulées.

Le vendredi 13 mars 2019, les quatre évêques catholiques du Nouveau-Brunswick ont convenu que «toutes les messes du samedi (après-midi et soir) et du dimanche et les célébrations dominicales de la Parole seront dorénavant annulées à partir de la fin semaine prochaine, les 21 et 22 mars, et cela jusqu’à nouvel ordre».

C'est l'évêque de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin, qui a rendu publique cette nouvelle directive au nom de ses confrères des diocèses d'Edmundston, de Moncton et de Saint-Jean. Il indique toutefois que «les plus petits rassemblements tels que les messes sur semaine, baptêmes, mariages et funérailles, pourront encore avoir lieu à cause du nombre plus restreint de personnes à ces rencontres.»

La Conférence des évêques catholiques du Canada a publié, le vendredi 13 mars, une déclaration sur le coronavirus. Elle reconnaît que «la pandémie se propage maintenant également à travers le Canada».

«Ce nouveau virus est bien sûr une source d’anxiété et de peur pour plusieurs. Des renseignements pratiques sur la façon de contrer le virus et d’atténuer sa propagation sont disponibles auprès des responsables locaux de la santé publique, de même que des gouvernements fédéral et provinciaux, et doivent être suivis», a écrit la conférence épiscopale.

Les évêques suggèrent aux fidèles de «consulter le site web de leur éparchie ou diocèse local pour connaître les mesures préventives à suivre dans le cadre de la pastorale et des liturgies. Le souci de chaque personne et du bien commun doit toujours primer.»

***

 

 

du même auteur

Alors que débute sa campagne de financement annuelle, Développement et Paix refuse de rendre public le rapport final de l'enquête qu'il a menée, durant trois années, sur le quart de ses partenaires.
2021-02-23 16:11 || Canada Canada

Révision des partenaires de Développement et Paix: le rapport restera confidentiel

«Il est inacceptable que des rassemblements soient autorisés dans des salles de cinéma pour un maximum de 250 personnes, alors que les lieux de culte sont limités à 10 personnes dans les zones rouges», martèle la Table interreligieuse de concertation dans un nouveau communiqué.
2021-02-23 07:42 || Québec Québec

Lieux de culte: au tour de la Table de réclamer la capacité de 30 %

Le cardinal Lacroix demande aux catholiques de ne pas «demeurer silencieux devant les décisions prises par les autorités» et les encourage à «faire connaître leurs préoccupations et leurs questionnements aux élus qui les représentent et aux personnes responsables».
2021-02-22 14:12 || Québec Québec

Lieux de culte: nouvelles pressions catholiques sur le gouvernement

articles récents

Le premier ministre François Legault a notamment annoncé la fermeture des lieux de culte du samedi 9 janvier au lundi 8 février 2021.
2021-01-06 17:14 || Québec Québec

Lieux de culte fermés, sauf pour les funérailles

«À l'heure actuelle, il y a des éclosions dans des communautés religieuses», confirme la docteure Marie Muñoz-Bertrand, médecin-conseil à la Direction régionale de santé publique de Montréal.
2020-12-22 15:42 || Québec Québec

La santé publique inquiète des éclosions dans les congrégations religieuses

La docteure Valérie Julie Brousseau exhorte les communautés religieuses à bien suivre les directives de la santé publique pour leurs milieux de vie.
2020-12-21 05:46 || Québec Québec

Trop de communautés religieuses n'appliquent pas bien les mesures, dit une docteure