COVID-19

Reconfinement des églises: les évêques anglais veulent une justification

Les évêques catholiques d'Angleterre font appel au gouvernement pour qu'il revienne sur sa décision d'interdire les messes publiques lors du second confinement national.
Les évêques catholiques d'Angleterre font appel au gouvernement pour qu'il revienne sur sa décision d'interdire les messes publiques lors du second confinement national.   (CNS photo/Isabel Infantes, PA Images via Reuters)
2020-11-02 14:07 || Monde Monde

Les évêques catholiques d'Angleterre font appel au gouvernement pour qu'il revienne sur sa décision d'interdire les messes publiques lors du second confinement national.

Le cardinal Vincent Nichols de Westminster et l'archevêque Malcolm McMahon de Liverpool ont déclaré dans une déclaration commune que l'interdiction du culte communautaire public était «une source de profonde angoisse» pour l'Église.

Ils ont mis le gouvernement au défi de produire des preuves pour justifier l'interdiction et ont exhorté les catholiques à écrire à leurs députés pour tenter de modifier les restrictions avant un vote le 4 novembre.

Le premier ministre Boris Johnson a annoncé, lors d'un discours télévisé le 31 octobre, que l'Angleterre entrerait à nouveau en quarantaine le 5 novembre pour un minimum de quatre semaines après que des scientifiques aient prédit que les victimes de COVID-19 mourraient au rythme de 4000 par jour d'ici Noël sans une intervention rigoureuse. Plus d'un million de personnes au Royaume-Uni ont été infectées par le coronavirus depuis le premier cas enregistré dans ce pays en janvier. Le nombre officiel de décès dus au COVID-19 est de près de 47 000, bien que d'autres estimations aient été beaucoup plus élevées.

En vertu des restrictions de confinement, le seul culte collectif autorisé serait les cérémonies funéraires auxquelles assistent moins de 30 personnes, bien que les églises puissent rester ouvertes pour la prière privée et les banques alimentaires.

Le cardinal Nichols, président de la Conférence des évêques d'Angleterre et du Pays de Galles, et Mgr McMahon, vice-président, ont déclaré quelques heures plus tard qu'un nouveau confinement «apporterait des difficultés, de la détresse et de la souffrance à beaucoup de gens».

«Les communautés religieuses ont joué un rôle vital en soutenant la santé personnelle, spirituelle et mentale et en encourageant les activités caritatives vitales, qui soutiennent des centaines de milliers de personnes dans tous les secteurs de la communauté, en particulier les plus vulnérables», ont-ils déclaré le 31 octobre.

«Nos communautés ont beaucoup fait pour faire de nos églises des lieux sûrs où tous ont pu se rassembler de manière supervisée et disciplinée.»

Les évêques «n'ont encore vu aucune preuve qui ferait de l'interdiction du culte communautaire, avec tous ses coûts humains, une partie productive de la lutte contre le virus», et ils ont demandé au gouvernement de produire de telles preuves.

Le Royaume-Uni est entré en état d'urgence le 23 mars, et ce n'est qu'à la mi-juin que les magasins et les églises ont commencé à rouvrir, la messe n'étant autorisée en public qu'à partir de juillet.

Les infections par le SRAS-COV-2 se sont toutefois accélérées depuis septembre, après la réouverture des établissements d’enseignement, ce qui a incité le gouvernement gallois à placer le pays en quarantaine, qui prendra fin le 9 novembre, et le gouvernement écossais à introduire des mesures restrictives pour contrôler la propagation du virus.

Le premier ministre Johnson a tenté de contrôler les infections en Angleterre avec un système de zones qui a introduit des restrictions en fonction des taux de présence de la COVID dans des régions particulières. Il a déclaré qu'après quatre semaines de confinement, l'Angleterre reviendra à ce système.

Mais les évêques ne souhaitent pas que la messe publique soit interrompue une seconde fois, d'autant plus que des membres éminents du gouvernement ont indiqué que le confinement ne serait revu qu'en décembre et pourrait se poursuivre longtemps après.

***

 

 

du même auteur

Interrogé par le Corriere della Sera, le pape retraité Benoît XVI, aujourd'hui âgé de 94 ans, affirme que la renonciation à la papauté était la bonne décision.
2021-03-02 14:50 || Vatican Vatican

Benoît XVI commente sa renonciation et le voyage de François en Irak

Beate Gilles, une théologienne de 50 ans, devient la première femme à diriger le secrétariat des évêques. Son mandat débutera le 1er juillet 2021. Son élection survient alors que l'Église allemande est à nouveau plongée dans la tourmente sur la question des abus sexuels.
2021-02-26 16:33 || Monde Monde

Une femme élue secrétaire générale des évêques allemands

L'organisation caritative internationale catholique Aide à l'Église en détresse (AED) a déclaré qu'elle trouvait «très plausible» l'affirmation d'une ancienne employée selon laquelle le père Werenfried van Straaten, son fondateur, l'avait agressée sexuellement dans les années 1970.
2021-02-13 09:00 || Monde Monde

Le fondateur de l'Aide à l'Église en détresse accusé d'agression sexuelle

articles récents

Le premier ministre François Legault a notamment annoncé la fermeture des lieux de culte du samedi 9 janvier au lundi 8 février 2021.
2021-01-06 17:14 || Québec Québec

Lieux de culte fermés, sauf pour les funérailles

«À l'heure actuelle, il y a des éclosions dans des communautés religieuses», confirme la docteure Marie Muñoz-Bertrand, médecin-conseil à la Direction régionale de santé publique de Montréal.
2020-12-22 15:42 || Québec Québec

La santé publique inquiète des éclosions dans les congrégations religieuses

La docteure Valérie Julie Brousseau exhorte les communautés religieuses à bien suivre les directives de la santé publique pour leurs milieux de vie.
2020-12-21 05:46 || Québec Québec

Trop de communautés religieuses n'appliquent pas bien les mesures, dit une docteure