Conférence à Montréal

«La paix est un combat quotidien» - Jean-Claude Guillebaud

Jean-Claude Guillebaud, le 22 septembre 2016, à Montréal.
Jean-Claude Guillebaud, le 22 septembre 2016, à Montréal.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2016-09-23 10:56 || Monde Monde

«Il faut avoir le courage de regarder les monstres qui sont en nous.» Cette phrase de la philosophe Simone Weil, le grand reporter, éditeur et essayiste Jean-Claude Guillebaud la cite constamment quand il réfléchit aux guerres et aux violences qui, ailleurs dans le monde mais aussi dans nos propres pays, font des milliers de victimes.

Vendredi soir, il la répètera lors d'une conférence à l'église des Dominicains, rue de la Côte-Sainte-Catherine, à Montréal. Invité par le Centre culturel chrétien de Montréal, Jean-Claude Guillebaud présentera son plus récent ouvrage, Le tourment de la guerre. Il animera aussi un cours à l'Institut de pastorale des Dominicains sur le même thème.

Journaliste en zones de conflits durant un quart de siècle, Jean-Claude Guillebaud concède que l’Europe, durant quelque 70 ans, a été épargnée de telles tragédies sur son territoire.

«Mais on ne s'est pas rendu compte que c'était une exception. Toute une génération de gens, à laquelle j'appartiens, a fini par s'imaginer que la guerre – après la Deuxième Guerre Mondiale et la Shoah – allait disparaître pour nous dans l'hémisphère Nord, même si elle continuait dans les pays du Sud. On s'est habitué à l'idée que la paix est l'état naturel de la société», dit celui qui a reçu en 1972 le Prix Albert-Londres pour sa couverture de la guerre du Vietnam.

Reprenant une réflexion du philosophe René Girard, l’essayiste estime que «l’état naturel de la société, c'est plutôt la guerre et la violence. Et qu'il faut sans arrêt, essayer de les conjurer, de les contenir».

L’irruption récente de la guerre dans nos sociétés occidentales a montré les faiblesses des dirigeants politiques, estime Jean-Claude Guillebaud.

«Ceux qui dirigent actuellement l'Europe sont nés dans les années 1950. Ils ont désappris à penser la guerre. Ils croyaient que la guerre, c'était fini. Quand la guerre est survenue à nouveau, celles de Syrie, d’Irak et même chez nous par le terrorisme, nos hommes politiques ont réagi n'importe comment», déplore-t-il. «Ils ne savaient plus quoi faire. Ils ont souvent réagi - et là je pense au premier ministre français Manuels Valls - en dramatisant les choses alors qu'il fallait faire le contraire.»

«Quand un pays a peur, le rôle des dirigeants politiques et médiatiques, c'est de rassurer la population», affirme le journaliste qui dorénavant commente chaque semaine l’actualité dans les pages de l’hebdomadaire catholique La Vie.

Pour l’essayiste, «la paix est un combat quotidien». Et ce combat, il est actuellement mené par la société civile. C’est ce qu’il a observé au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, en France, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

«Les jeunes notamment ont été plus courageux et ont eu plus de sang-froid que leurs dirigeants. Deux ou trois journées de panique après le Bataclan, on a vu réagir la jeunesse française avec son slogan «même pas peur!» et sa volonté de continuer à fréquenter les cafés, les terrasses et les boîtes», dit-il.

 

du même auteur

Les lieux de culte pourront demeurer ouverts en zone rouge. Églises, synagogues et mosquées pourront accueillir un maximum de 25 personnes à la fois et devront tenir un registre des participants, a déclaré le premier ministre du Québec lundi.
2020-09-28 19:09 || Québec Québec

Lieux de culte ouverts même en zone rouge

Le ministre de la Santé et des Services sociaux se dit «très sensible aux arguments» qu'il a entendus depuis qu'il a édicté, dimanche, que le nombre de personnes que peuvent dorénavant accueillir les lieux de culte du Québec étaient de 50 et même 25.
2020-09-24 18:13 || Québec Québec

Lieux de culte: le gouvernement prend note de la grogne

L'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.
2020-09-24 16:42 || Québec Québec

Pas de messes à l'Oratoire Saint-Joseph cette fin de semaine

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire