Première Semaine de sensibilisation musulmane

«Notre ennemi, ce n'est pas le tireur, c'est l'ignorance»

Samira Laouni, une des organisatrices de la Semaine de sensibilisation musulmane.
Samira Laouni, une des organisatrices de la Semaine de sensibilisation musulmane.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-01-25 08:58 || Québec Québec

«Personne parmi nous ne va redonner à ces 17 orphelins leurs pères qui sont tombés sous les balles de la haine. Personne parmi nous ne va retourner à l'une de ces six veuves le mari qui est tombé sous les balles de la haine», a lancé l’imam Hassan Guillet lors du dévoilement de la programmation de la toute première Semaine de sensibilisation musulmane.

«Cela ne nous empêche pas de travailler ensemble, la main dans la main, musulmans, juifs, chrétiens, athées, pour que les victimes de la mosquée de Québec soient les dernières des victimes. Pour que cet acte terroriste sanglant soit le dernier de notre histoire.»

«Notre ennemi n'est pas le tireur. Notre ennemi, c'est l'ignorance. On vit un à côté de l'autre, mais on ne se connaît pas», ajoute l’imam Guillet.

C’est précisément pour contrer cette ignorance que divers organismes ont eu l’idée de cette Semaine de sensibilisation musulmane. Du 25 au 31 janvier, mosquées, synagogues, églises et associations vont proposer des activités de rapprochement interculturel.

«Ce sera une occasion d'en apprendre davantage sur les contributions, les aspirations et aussi les préoccupations des musulmanes et des musulmans du Québec», a expliqué la féministe Samira Laouni, une des organisatrices de cette semaine.

«Nous souhaitons renforcer les liens entre Québécois et Québécoises de toutes origines, de toutes confessions», a ajouté la présidente de COR (Communication, ouverture, rapprochement interculturel), un organisme qui sensibilise la population aux méfaits de la discrimination raciale.

«Ma synagogue va participer à cette Semaine de sensibilisation musulmane», a confirmé la rabbin Lisa Grushcow de la synagogue Emanu-El-Beth Sholom de Montréal. «C'est une occasion de dire que nous sommes solidaires les uns des autres. Que nous partagions ou non des valeurs religieuses ou séculières, tous nous partageons la valeur du vivre-ensemble.»

«Vivre ensemble, c’est d’abord se connaître. Nous partageons nos peines, nos joies et nous apprenons les uns des autres», a ajouté la rabbin Grushcow qui a rappelé l’émotion qui l’a saisie lors d’une vigile de solidarité tenue au lendemain de l’attentat contre les fidèles rassemblés dans une synagogue de Pittsburgh en octobre 2018.

«Dans cette synagogue de Montréal, J’ai vu ce jour-là des amis musulmans et chrétiens qui tenaient à être présents afin d’appuyer la communauté juive et montrer leur solidarité.»

Le site Web de la Semaine de sensibilisation musulmane donne une liste d’activités proposées jusqu'au 31 janvier.

Plusieurs mosquées ouvriront leurs portes cette fin de semaine. Des rassemblements souligneront aussi le deuxième anniversaire de l’attentat à la grande mosquée de Québec. Le dimanche 27 janvier, Samira Laouni donnera une conférence intitulée De la résignation à la résilience au Centre culturel islamique de Québec, là où six musulmans ont été tués alors qu’ils participaient à la prière du soir.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

Arrêté en 2019 par le Service de police de Laval pour des gestes à caractère sexuel, le père Henri Paradis, a reconnu, au mois de septembre, sa culpabilité à deux chefs d’agression sexuelle et d’attentat à la pudeur.
2020-10-20 15:26 || Québec Québec

Le père Henri Paradis condamné à huit mois de détention à domicile

Trois ans après le début de cette enquête commandée par les évêques canadiens, on saura quels partenaires de Développement et Paix pourront de nouveau recevoir un financement annuel de la part des catholiques canadiens.
2020-10-20 08:37 || Canada Canada

Les conclusions du rapport final dévoilées en novembre

«Avec des bras fatigués, mais vaillants, des sœurs se sont mises à fabriquer des masques et des blouses pour du personnel infirmier», donne en exemple la Conférence religieuse canadienne.
2020-10-15 17:04 || Canada Canada

«Nous sortirons plus forts de la pandémie»

articles récents

La mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan.
2020-10-02 14:39 || Québec Québec

La mort de Joyce Echaquan remue le milieu religieux

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper