Pèlerinage canadien en canots

Arrivée des pagayeurs à Pierrefonds

Les participants à leur arrivée à Pierrefonds.
Les participants à leur arrivée à Pierrefonds.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-08-15 09:54 || Québec Québec

Leur arrivée était prévue pour 14 h à Pierrefonds. Mais un courriel d'urgence, acheminé peu après 11 h, a prévenu les journalistes d'être présents à la Villa Saint-Martin dès 13 h. «Les vents favorables font que les canotiers du Pèlerinage canadien en canots, organisé par les jésuites, arriveront plus tôt que prévu».

Les responsables ne se sont pas trompés. À 13 h précises, les gens présents aux abords de cette maison de ressourcement spirituel animée par les jésuites ont aperçu une tache compacte à l'horizon. Puis ils ont nettement distingué les six robustes canots et leur trentaine de pagayeurs se diriger, en formation serrée et à vive allure, vers la berge de cette résidence du boulevard Gouin Ouest.

Les voilà donc rendus à Montréal, avant-dernière étape de ce pèlerinage en canot que ces jésuites et ces laïcs, des hommes et des femmes de différents âges et de différentes cultures, ont entrepris le 21 juillet.

Ce mardi après-midi, lorsqu'ils arriveront à Kahnawake, les participants au Pèlerinage canadien en canots auront franchi, de la baie Georgienne à la rivière des Français, du grand lac Nipissing à la rivière Mattawa, de la rivière des Outaouais et de la rivière des Prairies jusqu'au fleuve Saint-Laurent, une distance de 850 kilomètres en 26 jours.

Au-delà du long trajet et des conditions climatiques changeantes, les canotiers ont placé leur pèlerinage sous le signe de la réconciliation. Ils ont voulu que leur périple, en empruntant une route fluviale fréquentée par les Premières Nations et même suivie au 17e siècle par Jean de Brébeuf, missionnaire auprès des autochtones, soit une réponse aux appels de la Commission de vérité et réconciliation du Canada sur les pensionnats autochtones.

«Par nos conversations autour du feu, par les visites d'aînés autochtones ou d'autres groupes, ce projet a permis de faire avancer la réconciliation», dit Erik Sorensen, 27 ans, un ingénieur en aéronautique devenu jésuite et responsable du Pèlerinage canadien en canots.

«La réconciliation n'est pas achevée, bien sûr. C'est un petit pas, mais il est important», ajoute-t-il.

 

du même auteur

Le grand maître de la Grande Loge du Québec, Marc C. David, a coupé le ruban lors du vernissage tenu le mercredi 19 juin, aux côtés du hockeyeur professionnel George Laraque, porte-parole de l’exposition et aussi franc-maçon.
2019-06-27 07:07 || Québec Québec

Lumière sur les francs-maçons au Musée des cultures du monde

Gabriel Groulx, président du conseil d'administration de la Mutuelle d'assurance en Église.
2019-06-15 09:30 || Québec Québec

Les membres vont décider si Alfonso Graceffa doit être destitué du CA

Des meubles antiques et des pièces de grande valeur, dont ce jésus de cire, seront vendus les 18 et 30 juin.
2019-06-14 15:11 || Québec Québec

Les Sœurs de Sainte-Anne encantent une partie de leur «trésor»

articles récents

C'est en s'intéressant au concept de «paresse» que le théologien François Nault s'est penché sur notre rapport au temps et au travail.
2019-06-21 16:27 || Québec Québec

La paresse comme vertu

Près de Grossetto, en Toscane, la communauté catholique Nomadelfia, qui compte 320 habitants, vit selon les préceptes de sobriété et de fraternité des premiers chrétiens.
2019-06-20 11:26 || Monde Monde

Nomadelfia, le rêve d’un peuple nouveau

Rassemblées lundi soir devant les locaux montréalais du premier ministre François Legault, des centaines de personnes ont scandé des slogans contre la loi 21 et le gouvernement Legault.
2019-06-18 22:27 || Québec Québec

La loi sur la laïcité dénoncée lors d'une manifestation à Montréal