Déclaration des Jésuites du Canada

«Le racisme et la discrimination à l’égard des Autochtones sont systémiques»

Le racisme à l’égard des Autochtones au Canada est systémique, disent les Jésuites du Canada.
Le racisme à l’égard des Autochtones au Canada est systémique, disent les Jésuites du Canada.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2020-10-13 22:54 || Canada Canada

Au lendemain du décès de Joyce Echaquan, les Jésuites du Canada estiment qu'il ne faut pas que «sanctionner l’horreur et l’injustice qu’a subie» cette jeune mère de la communauté atikamekw de Manawan à l'hôpital de Joliette. Il faut aussi reconnaître que «cet incident n’est pas isolé au Canada».

La congrégation religieuse, dont des membres ont œuvré auprès de communautés autochtones dès leur arrivée en Nouvelle-France, se dit «solidaire de la frustration des Premières Nations devant l’ampleur des préjugés systémiques et de la discrimination à l’encontre des peuples autochtones au Canada».

Dans une déclaration officielle, les membres canadiens de la Compagnie de Jésus répètent que «le racisme et la discrimination à l’égard des Autochtones au Canada sont systémiques». Ces comportement racistes se manifestent «dans les attitudes et les pratiques de nos institutions aussi bien dans la société civile que dans nos organisations religieuses».

Si le gouvernement de François Legault reconnaît que des Autochtones sont victimes de racisme au Québec, il refuse d'utiliser l'expression «racisme systémique». Cette obstination «sent la naïveté, la rhétorique politicienne ou l’ignorance», déplore la congrégation religieuse, la toute première au Canada à réagir officiellement au décès de Joyce Echaquan.

Le racisme systémique «s'exprime extérieurement dans des actions personnelles et institutionnelles».

«Ces pratiques sont le résultat d'une vision de "l'autre" héritée d’usages coloniaux qui subordonnent et marginalisent les personnes différentes du groupe dominant», estiment les jésuites.

Ils implorent les gouvernements et toute la population à «décoloniser» non seulement leurs attitudes mais aussi leurs institutions qui doivent s'empresser d'adopter «des politiques, des règles de conduite et des comportements antiracistes, et [de] sanctionner leur violation»

La déclaration jésuite arrive quelques jours après celle du Centre justice et foi de Montréal (CJF), un centre d'analyse sociale fondé par des jésuites québécois, qui a dénoncé le 8 octobre «le racisme systémique et les violences sexistes encore au cœur de nos services publics et de nos institutions communes».

Le CJF estime qu'il est «inadmissible que le gouvernement de François Legault refuse toujours de reconnaître l'existence d'un racisme systémique au Québec, qui reproduit et pérennise des structures sociales et des pratiques discriminatoires bien documentées».

«La profondeur des injustices suppose une réponse énergique de la part du gouvernement caquiste, dont le déficit de crédibilité sur les enjeux autochtones demeure considérable», déplore-t-on.

Le Conseil autochtone catholique du Canada, composé d’évêques et de membres de différentes communautés autochtones, ainsi que le Cercle Notre-Dame de Guadalupe, une coalition catholique d’Autochtones, d’évêques et de représentants de mouvements laïcs et de congrégations religieuses, n’ont pas encore réagi publiquement au décès de Joyce Echaquan.

C’est l’évêque de Joliette, Mgr Louis Corriveau, qui a présidé les funérailles de la mère de sept enfants le mardi 6 octobre. «Notre Dieu nous a créés pour vivre en alliance les uns avec les autres», a-t-il déclaré dans son homélie. «Mais voilà, il y a des barrières entre nous. Barrières de race, de sexe, d’âge.»

Au terme de la cérémonie, tenue dans la chapelle de la mission Saint-Jean-de-Brébeuf de Manawan, l’évêque a baptisé Carol Jr, le dernier enfant de Joyce Echaquan et de son époux Carol Dubé.

 

 

du même auteur

Le 25e Radio-don de Radio VM, une activité qui devait se dérouler le dimanche 8 novembre, n'aura pas lieu. Le directeur général de la station catholique, Raynald Gagné, explique dans une note remise au personnel et aux animateurs de la station avoir pris cette décision «à contre-cœur».
2020-10-27 17:33 || Québec Québec

COVID-19: pas de Radio-don pour Radio VM

Un dominicain et un prêtre diocésain, hébergés au Séminaire de Saint-Hyacinthe, sont décédés ces derniers jours après avoir contracté la COVID-19.
2020-10-26 13:11 || Québec Québec

COVID-19: deux décès au Séminaire de Saint-Hyacinthe

Un organisme dont la Caritas canadienne Développement et Paix a suspendu le financement - le Mouvement des travailleurs sans-terre (MST) du Brésil - était l'un des conférenciers invités à la Rencontre mondiale des mouvements populaires, une initiative du Vatican, ce samedi 24 octobre 2020.
2020-10-26 08:20 || Vatican Vatican

Un groupe boudé par Développement et Paix invité par le Vatican

articles récents

Un ancien prêtre qui avait été un des premiers conseillers spirituels des «voyants» de Medjugorje, en Bosnie-Herzégovine, a été excommunié, selon une annonce du diocèse de Brescia, en Italie, où il vit.
2020-10-26 11:48 || Monde Monde

Excommunication de l'ancien conseiller des voyants de Medjugorje

Un organisme dont la Caritas canadienne Développement et Paix a suspendu le financement - le Mouvement des travailleurs sans-terre (MST) du Brésil - était l'un des conférenciers invités à la Rencontre mondiale des mouvements populaires, une initiative du Vatican, ce samedi 24 octobre 2020.
2020-10-26 08:20 || Vatican Vatican

Un groupe boudé par Développement et Paix invité par le Vatican

En mars 2019, Mgr Christian Lépine a annoncé la tenue d'un audit externe dans les archives de cinq diocèses québécois. (Présence/François Gloutnay)
2020-10-22 13:19 || Québec Québec

Enquête sur les abus: l'archidiocèse de Montréal refuse de commenter