Devenu trop grand pour 17 séminaristes

Les séminaristes quitteront le Grand Séminaire de Montréal

En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.
En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2019-05-16 10:50 || Québec Québec

En septembre 2020, les futurs prêtres de Montréal vivront à l'extérieur du Grand Séminaire de Montréal, un lieu qui les accueille depuis 1857.

Les dirigeants du Grand Séminaire viennent d'acheminer une lettre aux communautés religieuses de Montréal leur indiquant qu'ils sont activement à la recherche de locaux plus petits où les actuels dix-sept séminaristes pourraient dorénavant habiter durant toute la durée de leur formation.

«Présentement, le Grand Séminaire est dans un bâtiment de 1857 qui a été construit pour accueillir 300 séminaristes. Vu le nombre actuel de 17, nous venons de prendre la décision de trouver un nouveau lieu pour le Grand Séminaire de Montréal», indique-t-on.

On recherche donc activement «une maison à Montréal ayant vingt-cinq ou trente chambres, une chapelle, dix bureaux administratifs, une salle de conférence, une salle de récréation, un réfectoire et une cuisine».

Le comité de relocalisation souhaite aussi que les locaux qui leur seront proposés disposent d'un «espace de verdure» et soient situés près de services de transport en commun.

Les membres du comité responsable de «faire les démarches pour trouver des lieux mieux adaptés pour la réalité du Grand Séminaire» sont le sulpicien Guy Guindon, recteur actuel de cette institution fondée peu après l'érection du diocèse de Montréal en 1836, l'abbé Silvain Cloutier, directeur de l'Œuvre des vocations de Montréal, et Sébastien Froidevaux, directeur général de la Fondation du Grand Séminaire de Montréal.

Le trio rappelle que depuis sa fondation, l'institution a formé plus de 8000 prêtres. Si la majorité des séminaristes qui y ont vécu étaient originaire de la région de Montréal, l'institution a accueilli des «dizaines de prêtres franco-américains avant les années 1960».

Au lendemain du concile Vatican II, «comme la plupart des grands séminaires du monde occidental», l'institution a vécu «une crise profonde».

«Nous avons dû faire preuve de créativité afin de nous ajuster aux nouveaux défis de la formation presbytérale», écrivent les trois membres du comité de relocalisation.

La Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice est toujours propriétaire du bâtiment situé rue Sherbrooke ouest, tout juste devant les bureaux administratifs de l'archidiocèse de Montréal. En septembre 2020, l'édifice patrimonial n'abritera plus que l’Institut de formation théologique de Montréal (IFTM), l'établissement universitaire où continueront d'étudier les futurs prêtres, ainsi que l'Académie Centennial, une école secondaire pour jeunes en difficultés d'apprentissage. Cette dernière institution vient tout juste de signer un bail afin d'occuper le tiers des locaux du Grand Séminaire, a confirmé le recteur, Guy Guindon, joint au Brésil où il séjourne actuellement.

C'est à la demande de Mgr Ignace Bourget, deuxième évêque de Montréal, que les sulpiciens ont fondé le Grand Séminaire de Montréal.

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La ministre de la Justice Sonia LeBel a présenté hier un projet de loi destiné à «rendre imprescriptibles les actions civiles en matière d'agression à caractère sexuel et de violence subie pendant l'enfance».
2020-06-05 12:22 || Québec Québec

Délai de prescription: fin de la «soutane de Kevlar»

Le mardi 2 juin, le gouvernement du Québec a dévoilé la mise en place d'un programme de formation accéléré visant créer 10 000 postes de préposés aux bénéficiaires pour les CHSLD. Ce programme crée de l'inquiétude dans les communautés religieuses.
2020-06-05 09:11 || Québec Québec

Préposés: inquiétudes dans les communautés religieuses

Une dame se désinfecte les mains avant d'entrer dans l'église Saint-Kevin dans le quartier Queens, à New York, le 26 mai 2020.
2020-06-04 17:53 || Québec Québec

Rouvrir les églises: pas de discrimination pour l'âge des fidèles

articles récents

Le curé de la paroisse de la Bienheureuse-Dina-Bélanger, Gérard Busque, responsable de l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre 2019, désapprouve l’avis d’intention de classement pour que le bâtiment devienne bien patrimonial.
2020-05-30 12:16 || Québec Québec

Avis d’intention de classement pour l'église du Très-Saint-Sacrement

Un document rare conservé au département des archives de l'archidiocèse de Montréal.
2020-05-13 16:08 || Québec Québec

Un archiviste religieux s'inquiète du contrecoup de la pandémie

Un groupe de Québec s’active pour donner une vocation communautaire et socioculturelle à l’église du Très-Saint-Sacrement, désacralisée en septembre dernier.
2020-05-05 17:52 || Québec Québec

Un groupe espère toujours sauver l’église du Très-Saint-Sacrement