Érigée en 1643

Mgr Lépine souligne le 375e de la croix du mont Royal

La première croix du mont Royal a été érigée en 1643.
La première croix du mont Royal a été érigée en 1643.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2018-01-08 17:45 || Québec Québec

Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, en avait fait la promesse à Dieu en décembre 1642. Si le fort de Ville-Marie, menacé par une forte crue des eaux, étaient épargnés, il n'hésiterait pas à porter lui-même une croix jusqu'au Mont-Royal.

Au grand soulagement des premiers habitants, les eaux se retirent le jour de Noël. Le Jour des rois, le 6 janvier 1643, selon ce qui est rapporté par les Relations des Jésuites, «il charge [une croix de bois] sur son espaule, quoy que tres-pesante, marche une lieue entière chargé de ce fardeau, suivant la procession, et la plante sur la cime de la montagne».

Le samedi 6 janvier 2018, soit 375 ans plus tard, à l'invitation de l'archidiocèse de Montréal, une centaine de pèlerins ont rappelé la promesse de Maisonneuve en se rendant au pied de l'actuelle croix du mont Royal.

Participant à cette commémoration, l'archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, a d'abord rappelé les origines de Montréal.

«Lorsque Jérôme Le Royer de La Dauversière a eu cette inspiration, cet appel à fonder Ville-Marie, il en a parlé à Jean-Jacques Olier. Sa première réaction sera de traiter ce projet de folle entreprise.»

«Aujourd'hui encore, toutes les puissances, qu'elles soient politiques, médiatiques, économiques et culturelles, disent qu'évangéliser, c'est une folle entreprise», a noté l'archevêque. «Mais Jean-Jacques Olier a cheminé. Il portait en lui ce désir, d'annoncer Jésus-Christ dans ce qu'il appelait le désert, cet endroit où Jésus-Christ n'est pas connu, où il n'est pas annoncé.» Cette mission d'évangélisation, qui sera animée par Maisonneuve et Jeanne Mance, «fait partie de l'ADN de Montréal», a dit Mgr Lépine.

Il a ajouté que le but des fondateurs et des premiers habitants n'était pas d'ériger une ville française mais plutôt «une ville où les Autochtones et les Français vivraient ensemble. Ce vivre-ensemble, selon l'expression d'aujourd'hui, fait aussi partie du code génétique de la ville et du diocèse.»

Enfin, a expliqué l'archevêque, Montréal a été, dès les débuts, un lieu de la solidarité, notamment avec les malades et les pauvres. «Aller vers toutes les fragilités, cela fait partie de ce que nous sommes.»

«Il y a des choses qui changent. D'autres qui ne changent pas», a fait remarquer Mgr Lépine à la fin de la brève cérémonie de commémoration. «Ce qui ne change pas, c'est ce que nous sommes. Une ville et un diocèse fondés pour évangéliser, pour vivre ensemble, pour vivre la solidarité», a-t-il répété samedi aux pèlerins qui l'accompagnaient.

En 2016, Mgr Christian Lépine avait émis le souhait que les célébrations du 375e anniversaire de Montréal soient «un moment privilégié pour souligner la dimension spirituelle de l’origine de la ville et de son histoire».

«Dans un monde qui veut souvent se construire sans Dieu et où la paix est fragile», Montréal est une société «où toutes les cultures se rencontrent», qui accueille «des immigrants de tous les continents» et qui est «caractérisée par la diversité religieuse et confessionnelle, par la variété des croyances et des convictions», avait déclaré l’archevêque dans une lettre pastorale émise le 8 décembre 2016.

 

du même auteur

La veille de Noël, à l'entrée de certaines églises de l'archidiocèse, les paroissiens se verront offrir des cartes postales qui épousent les couleurs de populaires loteries et qui affichent des messages sur la pauvreté et la justice sociale.
2018-12-12 16:01 || Québec Québec

Pauvreté: la campagne de Noël appuyée par l'archidiocèse de Sherbrooke

Le prochain formulaire du programme Emplois d'été Canada ne contiendra plus la clause qu'un grand nombre de groupes confessionnels ont refusé de cocher l'année dernière.
2018-12-07 11:03 || Canada Canada

Emplois d'été Canada: la clause controversée est retirée

Au moins 15 religieux, prêtres ou frères de l'Ordre des Servites de Marie, auraient agressé sexuellement des élèves d'un collège où ils enseignaient. Plusieurs d'entre eux ont même occupé des fonctions de direction dans cet établissement scolaire.
2018-12-06 15:12 || Québec Québec

Recours contre les servites: dépôt d'une nouvelle liste des agresseurs

articles récents

L'évêque de Trois-RIvières, Luc Bouchard, espère pouvoir compter sur une pleine collaboration des paroisses et des communautés locales.
2018-11-29 11:23 || Québec Québec

Un comité se penchera sur l’avenir des églises de la Mauricie

Soeur Cécile Dionne, supérieure générale des ursulines de l'Union canadienne, soeur Pauline Duchesne, présidente du Conseil de gestion, et soeur Céline Bergeron, supérieure d’une communauté locale à l’intérieur du monastère des ursulines dans le Vieux-Québec.
2018-09-19 16:32 || Québec Québec

Ursulines : vieillir, partir, sourire

L'église Saint-Charles-Borromée, à Québec, recevra 81 250 $ pour la restauration de son parvis.
2018-08-30 16:21 || Québec Québec

Les noms des 75 églises subventionnées par Québec maintenant connus