Entrevue avec Robert Comeau

Aurions-nous honte des origines religieuses de Montréal?

  • Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, prononçant une allocution lors de la messe du 375e de Montréal, le 17 mai 2017 à la basilique Notre-Dame.
  • L'historien Robert Comeau devant la basilique Notre-Dame le 17 mai 2017.
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-05-18 12:48 || Québec Québec

Assis à l'avant de la basilique Notre-Dame de Montréal, tout près du banc qu'occuperont dans quelques minutes les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard ainsi que le maire Denis Coderre, l'historien Robert Comeau révise ses notes.

Représentant de la Société historique de Montréal, c'est lui qui racontera, au tout début de la messe solennelle du 375e anniversaire de Montréal, les principaux moments qui ont mené à la fondation de Ville-Marie. «Une allocution de deux, trois minutes», lui a-t-on commandé.

Mais l'historien Comeau cache mal sa déception en ce mercredi matin, le 17 mai 2017, 375 ans précisément après la fondation de Montréal.

«Vous avez lu Le Devoir ce matin?», lance-t-il. «On annonce les événements de la journée du 375e. On fait commencer cela à 10h, soit après la messe. Comme si la messe ne faisait pas partie de cette journée de célébration. J'ai trouvé cela plutôt décevant.»

Décevant au point de modifier l'allocution qu'il prononcera un peu plus tard. Dépliant les feuilles de son discours, il relit son dernier paragraphe, tout griffonné à la main. «Après 375 ans, les Montréalais devraient saluer avec reconnaissance nos premiers fondateurs. Soyons fiers de cette histoire, soyons fiers de la raconter.»

L'omission de cette messe questionne l'historien. «C'est comme si les Québécois francophones avaient honte de la Nouvelle-France, honte de leur propre histoire.» Il ne comprend pas que dans les articles qui traitent du 375e anniversaire, «on réussit à ne pas parler de la Société de Notre-Dame, à l'origine de Montréal, une société de dévots. Ce n'est peut-être pas populaire de raconter cela aujourd'hui mais cela s'explique dans le contexte de la Contre-Réforme où il y avait un élan mystique, une volonté missionnaire.»

«C'est comme si les Québécois francophones avaient honte de la Nouvelle-France, honte de leur propre histoire.»

Robert Comeau, professeur d'histoire durant quarante ans, s'en désole d’autant plus que «la Nouvelle-France ne s'enseigne plus aujourd'hui parce qu'on a tellement honte de nos origines religieuses». Il rappelle que les circonstances de la fondation de Montréal en font une ville tout simplement unique. «Et personne ne met cela en valeur».

«Moi qui ne suis pas très pratiquant, je vais certainement être qualifié de fieffé réactionnaire», lance Robert Comeau alors que les gens commencent à prendre place dans les bancs de la basilique. «On fête Montréal et on ne parle pas du côté religieux de Montréal», soupire-t-il.

Pour l'historien membre du conseil d'administration de la Société historique de Montréal, il faut plutôt être «fiers de cette histoire, fiers de la raconter».

Pendant la messe présidée par l'archevêque de Montréal, les bancs n'étaient guère remplis dans la section réservée aux médias. Peu de journalistes ont donc entendu l'allocution amendée de Robert Comeau. Peu de médias auront aussi rapporté ces mots que lancera Denis Coderre, le maire de Montréal, quelques instants après l'historien: «Paul de Chomedey de Maisonneuve, Jeanne Mance et les quelque 40 colons et religieux qui ont fondé le village de Ville-Marie ne rêvaient ni de gloire ni de fortune. Leur seule ambition était de bâtir une cité missionnaire», a dit le maire Coderre. «Cet héritage, nous l'assumons entièrement.»

Photographié au sortir de la messe du 375e anniversaire, Robert Comeau affichait un large sourire.

 

du même auteur

Intérieur de l'église Saint-Irénée, dans Charlevoix. Depuis le 3 août, les lieux de culte peuvent accueillir jusqu'à 250 personnes.
2020-08-03 17:11 || Québec Québec

Rassemblements de 250 personnes dorénavant autorisés

En Montérégie, l'église La-Nativité-de-la-Sainte-Vierge, située à La Prairie, obtiendra à elle seule 530 000 $ pour la restauration de son parvis, de sa maçonnerie, de ses portes et de ses fenêtres.
2020-08-03 15:51 || Québec Québec

15 M$ pour la restauration de 62 églises et bâtiments

Décédé en 2016, le père Benoît Lacroix fait l'objet d'une dénonciation pour des gestes à caractère sexuel qui auraient été posés en 1993.
2020-07-21 12:02 || Québec Québec

Allégations d'abus sexuels contre le dominicain Benoît Lacroix

articles récents

Deux explosions sont survenues le 4 août au port de Beyrouth.
2020-08-05 11:43 || Monde Monde

Explosion de Beyrouth, une couche de plus à la misère

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

Le syndicaliste Joseph Giguère, premier directeur général laïque du Centre St-Pierre de Montréal, est décédé le mardi 23 juin 2020.
2020-06-29 14:19 || Québec Québec

Décès de Joseph Giguère, figure majeure du catholicisme social