Exclusion de travailleuses près de deux mosquées montréalaises

Les mosquées n'ont rien exigé, dit la Commission de la construction du Québec

Le 12 décembre, un reportage diffusé par TVA affirmait qu'un entrepreneur en construction aurait subi des pressions et reçu des menaces pour que trois femmes qui travaillent sur le chantier qu'il dirige en soient exclues.
Le 12 décembre, un reportage diffusé par TVA affirmait qu'un entrepreneur en construction aurait subi des pressions et reçu des menaces pour que trois femmes qui travaillent sur le chantier qu'il dirige en soient exclues.   (Pixabay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2017-12-14 16:31 || Québec Québec

Les dirigeants des mosquées Ahl-ill Bait et Baitul Mukarram de Montréal n'ont jamais demandé à ce que des travailleuses soient exclues des chantiers de construction érigés à proximité de leurs lieux de culte, vient de conclure l'enquête menée par la Commission de la construction du Québec (CCQ).

«L’analyse des documents liés au dossier, incluant les contrats, de même que les témoignages démontrent qu’il n’y a pas de clause qui concerne la présence de femmes au chantier. On y trouve par contre une clause de nature usuelle afin de limiter le bruit, le vendredi», indique le rapport de la CCQ rendu public à 16 h le 14 décembre 2017.

«Absolument rien n’indique que les dirigeants ou les représentants des mosquées aient demandé des aménagements concernant la présence des femmes au chantier», ajoute le document remis à la ministre responsable du Travail, Dominique Vien.

Hier, les dirigeants de la mosquée Ahl-ill Bait, située rue De Courtrai, dans l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce ont nié formellement avoir présenté une telle demande aux responsables du chantier de construction.

Mardi, un reportage diffusé par le réseau TVA affirmait qu'un entrepreneur en construction aurait subi des pressions et reçu des menaces pour que trois femmes qui travaillent sur le chantier qu'il dirige en soient exclues, tout particulièrement les vendredis, alors que les musulmans pratiquants se rendent à leur mosquée.

«Les déclarations contenues dans le reportage concernant l'exclusion des femmes sur le chantier sont non seulement fausses, mais elles alimentent le cynisme et portent préjudice à toutes les communautés», avaient rapidement répliqué les responsables de la mosquée Ahl-ill Bait.

De telles «fausses nouvelles contribuent à l'effritement social entre les Québécoises et Québécois de confessions musulmanes et non-musulmanes» ont-ils ajouté dans un communiqué remis aux médias.

 

du même auteur

Le père Alain Ambeault est le nouveau directeur général de la Conférence religieuse canadienne
2019-08-14 19:15 || Canada Canada

«Le sens profond de l'engagement à la vie consacrée doit renaître»

C'est la basilique Notre-Dame à Montréal qui obtient le plus grand montant pour la période 2019-2020 : 1 M$ pour la restauration de sa maçonnerie.
2019-08-14 05:21 || Québec Québec

Patrimoine religieux: l'identité des projets subventionnés dévoilée

Les évêques du Canada estiment qu'ils sont les gardiens ou les intendants des sommes versées chaque année par les catholiques à l'organisme Développement et Paix. Une telle affirmation fait toutefois sourciller un expert.
2019-08-07 11:00 || Canada Canada

Les évêques peuvent-ils retenir les dons versés à Développement et Paix?

articles récents

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans

Des catholiques portent une statue le 1er avril 2019, jour de Pâques, à Tegucigalpa, la capitale hondurienne.
2019-07-30 13:51 || Canada Canada

Appui inconditionnel des jésuites canadiens au Padre Melo

Radio Progreso du Honduras n'est pas le seul partenaire de Développement et Paix à avoir reçu cet été une demande de clarification en provenance du secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC).
2019-07-30 11:00 || Canada Canada

Un groupe craint des représailles de la conférence épiscopale s'il parle