À l'Oratoire Saint-Joseph

Célébration à grand déploiement pour la vie consacrée

Pas moins de 1500 religieux et religieuses ont pris part à une célébration de la vie consacrée.
Pas moins de 1500 religieux et religieuses ont pris part à une célébration de la vie consacrée.   (Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-09-17 19:32 || Canada Canada

Sept cent religieuses et religieux avaient indiqué ces derniers jours qu'ils participeraient à la célébration de la vie consacrée, un événement organisé conjointement par la Conférence religieuse canadienne (CRC) et la Conférence des évêques catholiques du Canada (CÉCC).

Heureusement que l'endroit choisi pour la tenue de cette célébration était la basilique de l'Oratoire Saint-Joseph. À 10 h 30, ce jeudi matin, pas moins de 1500 personnes, en majorité des religieuses, s'y pressaient.

Le président sortant de la CÉCC et archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher a tenu, au début de la messe, à saluer deux religieux. Il a d'abord mentionné le nom de Gilberte Bussière, une missionnaire originaire d'Asbestos kidnappée au Cameroun en avril 2014 puis libérée deux mois plus tard. La religieuse, membre de la Congrégation de Notre-Dame, était dans le choeur, tout près de l'archevêque. «Nous sommes tellement heureux que vous soyez parmi nous», a-t-il lancé, la voix brisée par l'émotion.

L'archevêque Durocher a ensuite nommé Benoît Lacroix qui a fêté son 100e anniversaire de naissance le 8 septembre. Le dominicain avait prévu participer à la célébration, mais «un petit pépin de santé l'en a empêché».

Les évêques de tout le Canada sont actuellement réunis à Cornwall, en Ontario, pour leur rencontre annuelle. Soixante-quinze ont voyagé par autobus ce matin afin de prendre part à cette célébration à Montréal.

Nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi était aussi présent. Le représentant du pape a remercié les religieuses et les religieux du Canada «d'injecter dans cette maison qu'est l'Église le pain de l'amour, de la miséricorde, de la générosité».

Rappelant la «tradition glorieuse» du Canada en matière de recrutement pour la vie religieuse, le nonce a dit espérer que cette tradition se renouvelle dans l'avenir car, demande-t-il paraphrasant sainte Thérèse de Lisieux, «que serait le monde sans les religieux».

Le Canada compte actuellement 15 000 religieux et religieuses. 11 500 sont originaires du Québec. Les organisateurs estiment que 85 communautés et instituts religieux étaient représentés ce matin.

Déclaration conjointe

Au terme de cette messe de plus de deux heures, Rita Larivée, présidente de la Conférence religieuse canadienne, a souligné que «la vie consacrée est un don fait à l'Église dans la mesure où elle ne se lasse pas d'appeler à l'écoute attentive des besoins de ceux et celles qui sont moins favorisés».

Soeur Larivée, qui est aussi supérieure générale de la Congrégation des sœurs de Sainte-Anne, a comparé les religieux à des réveille-matin. «Il arrive que le timbre qui nous arrache au sommeil ne soit pas bienvenu. Mais tel est précisément le don que nous apportons à l'Église: nous sommes là pour réveiller le monde».

La Conférence épiscopale et la Conférence religieuse canadienne ont profité de la célébration pour rendre publique une lettre conjointe. Le document de quatre pages rappelle l'importance de la vie consacrée dans l'histoire de l'Église du Canada et dans la société actuelle.

«Le témoignage de la vie consacrée est contre-culturel au plus haut point» dit le document. «À travers leurs vœux publics, les personnes consacrées contestent une culture de complaisance dans l'Église et la société. Ce sont des prophètes, des témoins crédibles, appelés par le pape François à réveiller le monde et à devenir des signes du Royaume par une manière très différente de voir et d'agir.»

La déclaration conjointe reconnaît qu'au Canada la vie religieuse traverse actuellement «une période de transition».

«En lisant les signes des temps, nous savons que si certaines formes de vie consacrée s'éteignent, d'autres formes se développeront.» On mentionne notamment la création de regroupements d'associés, ces laïcs qui partagent le charisme et la mission des communautés religieuses.

«Depuis l'époque des colonies de la Nouvelle-France, Dieu a richement béni l'Église du Canada par le témoignage d'hommes et de femmes consacrées. Aujourd'hui plus que jamais, l'Église a besoin du même témoignage joyeux», conclut la déclaration conjointe de la CRC et de la CÉCC.

Mis à jour le 19 septembre à 10 h 27.