Conférence de Denise Helly

Comprendre et débusquer l'islamophobie, de Trump au Québec

  • Donald Trump, d'après l'oeuvre de Jared Rodriguez.
  • Denise Helly donnait une conférence sur l'islamophobie à l'Université Laval le 3 décembre 2015.
Philippe Vaillancourt | Journaliste
Journaliste
2015-12-09 16:29 || Québec Québec

Aux États-Unis, la proposition du républicain Donald Trump de bloquer les frontières américaines aux musulmans soulève un tollé d’indignation, alors que le richissime aspirant à la Maison Blanche est taxé d’islamophobie.

Mais en amont de ces déclarations incendiaires se pose la question des racines de l’islamophobie en Occident.

Or, pour contrecarrer l’islamophobie, il faut d’abord la débusquer. L’une des grandes spécialistes canadiennes de cette question s’intéresse justement au contexte qui permet à ce sentiment anti-islam de se frayer un chemin dans le discours ambiant.

Le regard perçant, la langue affutée, Denise Helly donnait le 3 décembre une conférence à l’Université Laval portant sur l’islamophobie. Cette professeure à l’Institut national de la recherche scientifique au Centre Urbanisation Culture Société figure parmi les pionnières dans l’étude de l’immigration au Québec.

En moins d’une heure, elle présente de manière systématique l’islamophobie comme une pièce en trois actes, identifiant les liens entre les manières de penser, les contextes sociologiques et les acteurs qui, combinés, lui permettent d’être répercutée dans l’espace public.

Schèmes de pensée

La professeure rappelle que tout le monde a son idée sur l’islamophobie. Si certains nient son existence et la présentent comme une manière de museler les critiques possibles à l’endroit de l’islam, d’autres admettent son existence, mais l’estiment «justifiée et légitime» car ils jugent que cette religion est «archaïque et inapte à la modernité» et que c’est aux sociétés musulmanes de la réformer.

Mais ce qui intéresse particulièrement l’anthropologue Denise Helly, ce sont les schèmes de pensée qui donnent vie à l’idée et qui permettent aux gens de la situer dans leur vie.

Elle note d’abord qu’il y a cette idée selon laquelle l’Occident serait fondamentalement raciste et que l’islamophobie serait simplement la nouvelle forme d’une manière de penser ancienne profondément ancrée.

Elle croit en contrepartie qu’il existe un schème de pensée plus «puissant» pour situer l’islamophobie, c’est celui de la «difficulté» du libéralisme politique à penser la religion. «Ce qu’il y a de nouveau dans l’islamophobie par rapport aux autres formes d’ostracisme des minorités, c’est que tous les mouvements de gauche [y] adhèrent», remarque-t-elle. Une réalité qui la rend «plus prégnante, plus répandue et beaucoup plus dangereuse». Ce schème est alimenté en partie par cette vieille idée en Occident selon laquelle la religion serait un «archaïsme». «Au Québec et dans les sociétés catholiques, l’accusation portée contre la religion d’être un archaïsme intellectuel est très, très forte.»

À cela s’ajoute le schème de la rationalité, une «grande prétention en Occident» voulant que nous soyons tous menés par une pensée rationnelle. Ainsi, selon ce schème de pensée répandu, la piété serait «irrationnelle», voire «antimoderne».

De ce schème découle celui du nécessaire refoulement de la religion par l’État, idée promue par les cercles les plus laïcistes.

«Je suis profondément athée, confie la spécialiste. Je suis incapable de croire en quoi que ce soit.» Elle rappelle que le libéralisme politique lui permet cette liberté de croyance. «Pour avoir le droit d’être athée, je dois respecter ceux qui croient», dit-elle, précisant que ce contrat politique de base s'appuie sur la réciprocité.

Dans la mesure où la religion serait un archaïsme irrationnel appelé à disparaître, ce schème va plus loin en affirmant que l’État doit contribuer à cette disparition.

La professeure identifie enfin un dernier schème, l’idée que la société civile doive se séculariser. «C’est tout le débat sur les signes religieux dans la sphère publique», explique l’experte.

«Tous ces schèmes de la rationalité, du refoulement de la religion par l’État, de la sécularisation absolument nécessaire et inévitable puisque nous sommes sur un axe de progrès perpétuel antireligieux sont complètement mis en cause par la réalité historique, puisqu’on a une permanence des croyances religieuses», soutient-elle.

Les activateurs

Dans l’histoire occidentale récente, ces schèmes s’inscrivent dans une mouvance de changement des formes de pratique religieuse et changement culturel et de changement des mœurs extrêmement important, surtout à partir des décennies 1950 et 1960. Elle rappelle que les grands mouvements sociaux de droits des minorités se sont butés et se butent encore à des tentatives d’endiguement de la part de l’establishment blanc.

«Même si on est contre des changements, ce n’est pas une raison pour ostraciser la religion», commente-t-elle.

«Quand vous écoutez un [Donald] Trump, c’est un discours des années 50-60», laisse-t-elle tomber, qualifiant avec dégoût ses positions comme étant «racistes».

«Maintenant, pourquoi ces schèmes de pensée sont-ils activés actuellement?»

Denise Helly évoque alors quelques activateurs sociaux de ces schèmes. Elle commence par les inégalités sociales croissantes, puis rappelle l’évolution du contexte géopolitique et la disparition d’une certaine stabilité associée à la Guerre froide.

La chercheure souligne par ailleurs les mouvements de revendication des droits par des minorités, souvent ethniques ou sexuelles. «On est dans une espèce de lutte pour les droits de minorités, et je pense que là-dessus, il y a une énorme opposition à ce mouvement-là», fait-elle valoir, précisant que les musulmans sont perçus comme la nouvelle figure de l’immigration et qu’ils sont en ce sens le nouveau visage d’une certaine minorité.

Ces activateurs, conclut-elle, sont très souvent actionnés par des individus qui se posent en fabricants de discours et qui sont dans certains cas des «entrepreneurs de l’islamophobie».

Ainsi, l’islamophobie en Occident prendrait forme dans la rencontre de ces schèmes de pensée, des contextes sociologiques qui les activent et des acteurs qui les répercutent.

Photo sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 2.0), d'après l'œuvre de Jared Rodriguez.

 

du même auteur

Stephen Harper lors d'un événement politique à Brampton, en Ontario, en mars 2011. L'ancien premier ministre prendra part à un souper-causerie organisé par l'organisation juive B'nai Brith Canada le 18 novembre 2021 à Montréal.
2021-10-26 11:06 || Canada Canada

B’nai Brith tiendra un souper-causerie avec Stephen Harper à Montréal

Émission Foi et turbulences du 21 octobre 2021, diffusée à l'antenne de Radio VM. Ce débat hebdomadaire sur l'actualité est animé par le journaliste Philippe Vaillancourt.
2021-10-22 15:05 || Québec Québec

DÉBAT : la fin pour ECR + le Québec missionnaire + territoires non cédés

Les débatteurs discutent du phénomène télévisuel Squid Game, la série dystopique pour public averti qui cartonne pourtant auprès des enfants.
2021-10-15 16:06 || Monde Monde

DÉBAT : Squid Game + synode + liberté de presse

articles récents

Le rédacteur en chef Philippe Vaillancourt lisant le mot de remerciement de la chroniqueuse Sabrina Di Matteo lors de la remise des prix annuels de l'AMéCO à l'Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, le 21 octobre 2021.
2021-10-22 18:12 || Québec Québec

Quatre prix d’excellence pour Présence

Une statue de Junípero Serra à la Mission San Carlos Borromeo, en Californie. Canonisé en 2015, son héritage historique est aujourd'hui pris dans la tourmente des mouvements sociaux antiracistes et anticolonialistes.
2021-10-12 14:55 || Monde Monde

Démon ou saint ? L’héritage complexe de Junípero Serra

Sous la responsabilité des Oblats de Marie-Immaculée, le pensionnat de Kamloops (Kamloops Indian Residential School) a ouvert ses portes en 1890. On y a retrouvé les restes de 215 enfants autochtones.
2021-09-24 11:27 || Canada Canada

Les évêques doivent officiellement inviter le pape au Canada, insiste un juge