Stratégies de rétention

Convaincre les visiteurs de Noël… de revenir le dimanche suivant

Les stragégies pour inciter ceux qui ne se présentent qu'à la messe de Noël à revenir plus souvent varient d'une communauté à l'autre.
Les stragégies pour inciter ceux qui ne se présentent qu'à la messe de Noël à revenir plus souvent varient d'une communauté à l'autre.   (Présence/Philippe Vaillancourt)
Philippe Jean Poirier | Journaliste
Journaliste
2018-12-17 18:55 || Québec Québec

Il y aurait environ un tiers des Canadienset près de la moitié des catholiques – qui continuent d’aller à la messe de Noël, nettement plus qu’en temps normal. Chaque année, des prêtres, pasteurs et évêques se posent une même question: est-il permis d’espérer que ces visiteurs occasionnels se transforment en fidèles réguliers? Et si oui, quelle attitude adopter? Sortir le grand jeu ou agir comme d’habitude?

Le curé Georges Pelletier, qui officie dans la paroisse Saint-Esprit de Rosemont, est a priori embêté par la question. «Si vous cherchez des stratégies pour attirer des fidèles, comme dans une approche marketing, je ne crois pas que ce soit notre rôle, en tant qu’Église, de faire cela… Notre mission est d’aider les gens à rencontrer Jésus Christ vivant, parmi nous. On ne doit jamais oublier une chose: ce n’est pas la religion qui sauve, c’est le Christ seul.»

Le curé reconnaît, dans la foulée, que la fête de la Nativité est un moment unique pour favoriser cette «rencontre». «Nous avons eu deux rencontres préparatoires. Nous voulons offrir une belle expérience aux paroissiens. Par la messe des enfants, avec une crèche vivante, puis par la qualité du chant.»

Interrogée sur la même question, l’évêque anglicane de Montréal, Mary Irwin-Gibson a une vision beaucoup plus proactive face à l’occasion de rejoindre de nouveaux fidèles à Noël. Le site Web de l’Église anglicane vient de publier ses «10 conseils à considérer pour les visiteurs de Noël», le dernier étant de «faire des annonces qui encouragent les gens à revenir».

«Nous voulons tout mettre en œuvre pour bien accueillir les gens, puis leur donner le goût de revenir vers nous. Aussi, nous encourageons les paroisses à être présentes sur les médias sociaux, à promouvoir leurs événements et à publier des photos des célébrations passées.»

Pas le temps des apitoiements

L’évêque anglicane et le curé catholique s’entendent sur une chose: Noël n’est pas le moment d’exprimer ses frustrations sur le déclin des assistances à la messe du dimanche, ou de la pratique religieuse en général.

«Certains prêtres profitent de l’assistance de Noël pour exprimer leur amertume ou faire des remontrances, reconnaît le curé Georges Pelletier. Je trouve cela très maladroit. Personnellement, je vois un sens positif [à la diminution des assistances]. Ça veut dire que les gens ne viennent plus par obligation, mais par conviction.»

Pour offrir un bel accueil, Mgr Mary Irwin-Gibson invite les célébrants à mettre toutes les chances de leur côté: «On doit être reposé, souriant, de bonne humeur et attentif aux nouveaux visages qui franchissent les portes de notre église. L’idée n’est pas de les presser de questions, mais plutôt d’être disponibles pour eux et de les accueillir chaleureusement, peu importe leur histoire ou leur parcours.»

Le curé de Saint-Esprit insiste pour sa part sur l’authenticité de la cérémonie, qui est à ses yeux empreinte d’un «grand mystère». «Je ne me tiens pas à l’entrée de l’église avec mon compteur. Je me concentre sur ce que je m’apprête à vivre. Jésus se donne à nous. Je pose chaque geste de manière solennelle, sans précipitation. Je veux communiquer ce sens du sacré.»

Faire une place aux enfants

Pour consolider les assistances de Noël, un des consensus qui se dégagent depuis déjà plusieurs années est de devancer l’heure de la cérémonie.

«La messe de minuit… c’est beaucoup trop tard! s’exclame Mgr Mary Irwin-Gibson. Quand j’officiais à Ste-Agathe, nous avions devancé l’heure de la messe vers 16-17 heures. Ça permet aux familles d’y assister avant le réveillon. Nous faisions une crèche vivante avec les enfants. C’était une messe très courte, avec seulement une lecture.»

Ce choix de déplacer la célébration en début de soirée, tout en misant sur une messe familiale animée d’une crèche vivante, semble aujourd’hui généralisé. Le curé de Saint-Esprit constate un réel engouement envers la formule, tant chez les parents que les enfants: «Les parents ne l’expriment pas nécessairement ainsi… Mais je crois que plusieurs d’entre eux préfèrent la messe pour enfants. C’est une cérémonie plus simple, qui leur parle sans doute davantage.»

Une charité qui interpelle

Un dernier front à ne pas oublier, qui fait partie intégrante de Noël, sont les œuvres de bienfaisance.

«À la naissance du Christ, personne ne doit être exclu, rappelle le curé Georges Pelletier. Jésus, dans son Salut, a commencé par les pauvres, et c’est très significatif. Nous devons partager cette joie immense avec tous, que ce soit par un cadeau, un panier de Noël ou autres. Et puis, quand nous aidons notre prochain dans sa chair, nous évangélisons.»

D’ailleurs, Mgr Mary Irwin-Gibson voit dans cet engagement à «aider son prochain» une manière de renouer avec les «non-pratiquants». «Proposer des activités mettant l’accent sur la justice sociale interpelle des gens de tous les horizons. Lorsque nous avons mis sur pied un atelier de confection de tapis isolants destinés aux gens dans la rue, une dame âgée est venue de très loin pour nous aider!»

Des besoins spirituels, «pas juste à Noël»

En fin d’entrevue, Mgr Mary Irwin-Gibson rappelle à juste titre que Noël n’est pas le seul moment propice pour accueillir de nouveaux fidèles ou renouer avec d’anciens.

«Je constate qu’il y a des moments charnières de la vie – comme les baptêmes, les mariages et les funérailles – où les gens sont en besoins spirituels. Ce n’est pas tout le monde qui a eu la même éducation religieuse, étant jeune. C’est une occasion de les accueillir et de les aider à approfondir leur foi.»

***

Présence a besoin de l'appui financier de ses lecteurs pour poursuivre sa mission.
Cliquez sur l'image de notre campagne de financement 2018 pour savoir comment votre don fait une différence.

 

du même auteur

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a invité les Québécois à être «dociles» et «obéissants» face aux consignes de la santé publique. Des internautes y ont vu un lien avec le passé religieux du Québec.
2020-05-07 13:42 || Québec Québec

La «docilité» des Québécois: un héritage catholique?

Le pape François baptisant un bébé au Vatican le 10 janvier 2016.
2019-03-25 12:24 || Québec Québec

Quel sens donner au déclin des baptêmes au Québec?

La méditation pleine conscience fait son entrée dans les écoles du Québec. Mais derrière les bienfaits qu’on lui attribue pour la gestion du stress, cette pratique est-elle aussi neutre et areligieuse qu’on le dit?
2019-03-12 18:20 || Québec Québec

La méditation pleine conscience est-elle «neutre»… ou même efficace?

articles récents

Alors que les abus physiques et sexuels au sein de l’Église sont aujourd’hui des réalités admises et mieux comprises, l’abus spirituel demeure pour plusieurs une notion aux contours flous et mal définis.
2021-03-05 17:18 || Monde Monde

Comment définir l’abus spirituel?

Paroles fortes et témoignages poignants étaient au cœur de la 4e commémoration citoyenne de l’attentat contre la grande mosquée de Québec. Aymen Derbali et Sébastien Bouchard se tiennent devant les micros le soir du 29 janvier 2021.
2021-01-29 19:34 || Québec Québec

Témoignages poignants et rejet du racisme marquent la commémoration virtuelle

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, salue la création d'une journée nationale d'action contre l'islamophobie et appelle le gouvernement du Québec à en faire plus pour reconnaître le racisme systémique et l'islamophobie.
2021-01-29 16:56 || Québec Québec

La lutte à l'islamophobie en filigrane des commémorations