Anniversaire de la canonisation de Kateri Tekekwitha

Hommage aux femmes autochtones disparues ou assassinées

De gauche à droite: Agnes Beauvais McDonald, Cheryl McDonald et Mary Ann McDonald au tombeau de sainte Kateri à Kahnawake. Le corps de Carleen McDonald a été retrouvé il y a 27 ans.
De gauche à droite: Agnes Beauvais McDonald, Cheryl McDonald et Mary Ann McDonald au tombeau de sainte Kateri à Kahnawake. Le corps de Carleen McDonald a été retrouvé il y a 27 ans.   (Présence/François Gloutnay)
François Gloutnay | Journaliste
Journaliste
2015-10-22 13:26 || Québec Québec

Cheryl McDonald a quitté son banc et a pris place à l'avant de la petite l'église Saint-François-Xavier de Kahnawake. Elle tenait contre elle la photo d'une jeune femme. Celle de sa soeur Carleen.

«Cela fait 27 ans que je souffre, que l'on souffre en silence», a-t-elle confié à l'assemblée, réunie à l'occasion du troisième anniversaire de la canonisation de Kateri Tekakwitha.

En octobre 1988, le corps de Carleen, 25 ans, était retrouvé par un chasseur. Sept semaines plus tôt, la famille, qui habitait Akwesasne, un territoire mohawk à la frontière du Québec, de l'Ontario et de l'État de New York, avait alerté les autorités policières afin de signaler la disparition de la jeune femme.

«Un soir, notre soeur est partie. Et elle n'est jamais revenue.»

«Avant cette année, je n'avais jamais parlé publiquement de ce qui est arrivé à notre sœur. C'est l'héritage d'un meurtre. Cela nous enlève la voix, cela nous réduit au silence.»

Au cours des trente dernières années, 1200 femmes des Premières Nations ont été assassinées ou ont été portées disparues au Canada.

Bien qu'elle n'ait pas été, selon ses mots, «baptisée catholique», Cheryl McDonald n'a pas hésité une seconde à venir à Kahnawake quand elle a appris, sur Facebook, qu'une marche à la mémoire des femmes Autochtones, assassinées ou portées disparues, se tiendrait lors des célébrations entourant l'anniversaire de la canonisation de Kateri Tekakwitha.

«Ici, c'est mon sanctuaire», lance-t-elle, regardant le tombeau de la première sainte autochtone de l'Amérique du Nord. «J'ai grandi auprès de Kateri.» Sa mère, Agnès Beauvais McDonald - la mère de Carleen -, et sa soeur, Mary Ann, l'accompagnaient.

Après son témoignage, l'assemblée a entonné le Notre-Père en langue mohawk.

Un peu plus tôt, les vingt-cinq personnes présentes au sanctuaire de Sainte Kateri Tekakwitha ont marché silencieusement, un flambeau à la main et au son du tambour, dans les rues de Kahnawake.

Escorté par les Peacekeepers, le corps policier de Kahnawake, le groupe a ensuite formé un cercle de prière, derrière l'église, sous un grand portait de sainte Kateri.

Kateri Tekakwitha a été canonisée par le pape Benoît XVI, trois cent trente-deux ans après sa mort. «La canonisation de Sainte Kateri est un grand honneur et un heureux événement pour les nombreux Nord-Américains et Autochtones qui chérissent le témoignage de sa foi ainsi que la force de son caractère», avait déclaré, le 21 octobre 2012, le premier ministre canadien Stephen Harper.

 

du même auteur

Le porte-clef en laiton indique le numéro de la chambre occupée par le cardinal Jorge Mario Bergoglio lors du conclave de 2013.
2019-08-21 16:12 || Vatican Vatican

La chambre du cardinal Bergoglio

Anne Godbout, directrice générale et fondatrice de Spiritours
2019-08-21 11:18 || Québec Québec

La fondatrice de Spiritours signe un guide sur les voyages spirituels

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

articles récents

Elle est juive, il est sikh. Le couple Singh-Guyver fait l'expérience de la diversité religieuse dans le quotidien de la famille.
2019-08-23 13:55 || Québec Québec

Trouver son identité dans la diversité religieuse

Le sort des six quotidiens du Groupe Capitales Médias, acculés à la faillite et désormais à la recherche de nouveaux propriétaires, inquiète des responsables religieux du Québec.
2019-08-20 11:04 || Québec Québec

Journalisme: préoccupations dans les milieux religieux

Greg Zanis, charpentier de métier originaire d’Aurora, dans l’Illinois, parcourt les États-Unis depuis plus de 20 ans pour y placer des croix en bois blanches à la mémoire des victimes de tuerie. Sur cette photo, il installait des croix en octobre 2017 après une tuerie à Las Vegas.
2019-08-08 10:49 || Monde Monde

Tueries de masse: le charpentier qui a fourni 26 000 croix en 20 ans