Sœurs Salésiennes de Saint Jean Bosco

Inauguration d’un pôle pour la paix dans le quartier Mercier-Est

  • Un groupe de Salésiennes près du nouveau pôle de paix, le 24 septembre 2016. Sur le pôle, il est écrit en italien «que la paix règne sur la terre».
  • Soeur Éthel Rousselle.
Yves Casgrain | Journaliste
Journaliste
2016-10-05 09:55 || Québec Québec

C’est dans une atmosphère recueillie qu’une cinquantaine de personnes ont participé le samedi 24 septembre à la mise en terre d’un pôle pour la paix sur le terrain des Filles de Marie Auxiliatrice, plus communément appelées Salésiennes de Saint Jean Bosco, dans le quartier Mercier-Est à Montréal.

«Puisse la paix régner dans le monde.» Cette prière, inscrite en quatre langues sur le pôle de la paix, a été scandée à plusieurs reprises par la petite foule massée devant le minuscule parterre des sœurs salésiennes.

Montréal compte trois autres pôles, dont un dans le Jardin de la paix inauguré au Collège Dawson après qu’un tireur ait ouvert le feu sur les étudiants et les membres du personnel en 2006.

Par la mise en terre d’un pôle de la paix, les sœurs de la communauté fondée par saint Jean Bosco veulent promouvoir la paix dans le quartier. «Nous avons un Centre de la petite enfance dans lequel nous retrouvons des enfants dont les parents proviennent de plusieurs pays. Ils sont en quête de paix. Surtout, ceux qui viennent de pays arabes. En raison du conflit en Syrie et des attentats, ils sont parfois étiquetés. Nous sommes sensibles à leur vécu», a affirmé sœur Ethel Rousselle, membre de la communauté.

Les Salésiennes de Saint Jean Bosco espèrent que le pôle de la paix sera un signe pour les passants. «Nous considérons que notre communauté est une oasis de paix pour le quartier. C’est un lieu d’amour», a expliqué sœur Rousselle. 

Cette initiative est née en 1976 grâce à Masahisa Goi, mort en 1983. Il est le fondateur d’une nouvelle religion japonaise, la Byakko Shinko Kai. C’est lors d’une méditation que Masahisa Goi s’est senti appelé à répandre la prière «Puisse la paix régner dans le monde.» C’est à partir du début des années 80 que les premiers pôles de la paix ont fait leur apparition à l’extérieur du Japon. Cependant, les cérémonies religieuses, à l’image de celle animée par les Salésiennes de Saint Jean Bosco, sont nées en 1986. Aujourd’hui, c’est la World Peace Prayer Society, émanation de la Byakko Shinko Kai, qui est responsable de cette initiative internationale.   

 

du même auteur

Des hommes sont en deuil après un attentat islamiste à Kaboul, en Afghanistan, le 15 août 2018. L’Université de Montréal proposera cet automne un cours permettant de faire le point sur les enjeux actuels liés à l’islamisme qui insistera notamment sur le «début de la fin» du phénomène.
2020-08-21 17:13 || Québec Québec

L'UdeM propose un cours explorant «le début de la fin» de l'islamisme

L’abbé Jacques Dorélien est né en Haïti. Curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien à Montréal, l’abbé Dorélien est prêtre depuis 19 ans. Comme bien d’autres au Québec, il a été bouleversé par la mort de Georges Floyd.
2020-07-02 15:39 || Québec Québec

Le racisme vu par des clercs noirs du Québec

Lorraine Derocher, une spécialiste de la protection de l’enfance dans les milieux sectaires, craint que le développement physique et psychologique des mineurs soit compromis au sein de certains mouvements isolés qui prédisent l’apocalypse.
2020-04-23 15:18 || Québec Québec

Une sociologue s’inquiète pour les enfants membres de mouvements apocalyptiques

articles récents

Le curé de l'église Saint-Joachim de Pointe-Claire, l'abbé Alain Roy, préfère annuler des messes plutôt que de refuser la 26e personne qui souhaiterait entrer.
2020-09-23 15:07 || Québec Québec

Limité à 25 personnes, un curé préfère annuler des messes

L'église Saint-Laurent sur l'île d'Orléans. Au moment où la province connait une multiplication des cas de COVID-19 et que certaines fermetures ciblées sont évoquées, les lieux de culte doivent-ils craindre de devoir fermer à nouveau leurs portes?
2020-09-18 17:18 || Québec Québec

Reconfinement: bon espoir de voir les lieux de culte y échapper

Des hommes prient dans une mosquée de New Delhi le 1er mai 2020.
2020-09-18 09:53 || Monde Monde

Les minorités religieuses, boucs émissaires de la crise sanitaire